Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Comme des bêtes 2 (The Secret Life of Pets 2)


USA / 2019

31.07.2019
 



PAW AND ORDER

« Disons qu’il s’est passé des trucs et que maintenant c’est fini. »





Illumination a sans doute manqué un peu d’inspiration pour cette suite de Comme des bêtes. Techniquement, il n’y a rien à dire. Le studio maîtrise parfaitement l’animation à la Pixar. Mais le scénario souffre d’une certaine paresse et d’un manque de renouvellement.

Le prologue – un bébé arrive dans le foyer du chien Max depuis que sa maîtresse est tombée amoureuse d’un new yorkais en surpoids – induit même le spectateur en erreur puisque ce ne sera pas le sujet. Cette introduction plombe d’ailleurs le film : il conduit à une morale très convenue et souffre d’une voix off qui exaspère. L’image n’a rien à raconter.

Cela ne va pas forcément mieux après, mais au moins le divertissement sera au rendez-vous. Trois récits vont s’alterner : le chien citadin Max en virée à la ferme pour une initiation virile avec un cador à la Clint Eastwood ; la chienne glamour Gidget qui doit se déguiser en chat pour une récupération périlleuse d’un objet fétiche ; le lapin vantard Snowball qui se met en tête d’être un super-héros devant sauver un tigre maltraité par un propriétaire de cirque.
Soit un film familial, un segment plus proche du film horrifique et un hommage décalé aux super-héros, avec, à chaque fois, son lot d’ennemis ou d’obstacles.

Ce qui aurait fait trois bons courts métrages. Assemblés, ils ralentissent la dynamique (certains étant quand même plus inspirés que d’autres). Il faut attendre le final, seule réelle prouesse d’action avec un train à pleine vitesse (qui rappellera X-Men Dark Phoenix), pour que le rythme s’emballe.

Comme des bêtes 2 ne parvient pas à puiser de l’originalité dans les névroses de ses héros à quatre pattes. La folie de ces animaux ne se traduit pas en aventures frénétiques. Pourtant, ça ne manque pas de bonnes idées. Du dindon barré à la mamie à chats, de l’apprentissage d’être félin (quand on est canin) à la première poursuite en trottinette électrique, les auteurs avaient du potentiel.

En décalant l’intrigue d’un bébé à la « Baby Boss » à un tigre importé qu’il faut sauvé, en construisant trois histoires parallèles, les scénaristes ont composé un puzzle un peu bricolé, sans savoir dans quelle direction aller (même si convergera vers une même destination). C’est d’autant plus dommage que les personnages sont toujours aussi attachants, même si le « leader » Max est sans aucun doute le moins intéressant de tous. Mais, surtout, à la différence d’un Pixar, Comme des bêtes 2 manque de complexité et d’enjeux dramatiques multiples pour plaire à la fois aux petits et aux grands.


 
vincy

 
 
 
 

haut