alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Chats par-ci, chats par-là
Couteau suisse
Deux
La fille au bracelet
Le prince oublié
Mamacita
Mickey and the Bear
Nightmare Island
Queen & Slim
Sonic le film
Toutes les vies de Kojin
Tu mourras à 20 ans
Un divan à Tunis



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Les enfants de la mer (Kaijû no kodomo)


Japon / 2018

10.07.2019
 



COSMIC TRIP





C’est l’un des films d’animation japonais les plus audacieux de ces dernières années. En mélangeant images analogiques et numériques, Ayumu Watanabe propose une animation singulière dans un environnement souvent formaté.

Si le récit métaphysique, et parfois mystique, peut parfois dérouter là où la fable écologique est beaucoup plus convaincante, Les enfants de la mer, lointain cousin de Ponyo d’Hayao Miyazaki, surprend davantage par son renversement des genres.

Ici l’univers aquatique a tout du monde souterrain. Les sirènes sont deux mâles adolescents et jumeaux. Et l’océan est l’avenir de la terre.

D’une beauté somptueuse, Les enfants de la mer est un film mélancolique qui préfère se laisser voguer et même flotter dans un rythme qui s’éloigne des rivages de l’animation grand public. Les plans s’étirent et les dialogues, comme les monologues, se taisent. Ce minimalisme absolu, doublé d’une créativité visuelle inspirée, conduit naturellement l’humain et la nature à fusionner jusqu’à la composition de personnages hybrides et même jusqu’à illustrer ce qui n’est pas visible.

Les limbes du cosmos

Ce procédé visuel et narratif conduit logiquement à une forme d’abstraction fascinante, qui déroutera forcément les plus cartésiens. En chorégraphiant une danse entre les éléments, les technologies, l’infiniment petit et l’immensément grand, le cinéaste propose un trip psycho-pop acide qui rappelle un big bang cosmique sous LSD.

La splendeur graphique et la sensibilité du film emportent tout tel un tsunami. On reste plus indifférent au discours philo-existantialo-cosmique tout comme on peut regretter cette épopée initiatique trop classique. Rarement, cependant, les milieux subaquatiques ont été aussi beaux. <^> Une abstraction colorée et lumineuse, vive et sauvage qui donne un sens à l’allégorie. Se reconnecter à la nature, se rappeler que nous ne sommes qu’un maillon entre les amibes et les étoiles. Sans faire la leçon, le réalisateur joue les lanceurs d’alerte et indique l’une des voies que l’on peut emprunter, quitte à recourir au psychédélisme et au spectaculaire pour nous hypnotiser ou nous ensorceler. Cette méditation, fantastique mais pas si irréelle, se traduit par une poésie psychédélique où chaque élément naturel, même le plus petit détail, est transcendé visuellement. Une ode ondoyante qui plaide la photosynthèse entre la nature et l’humain.
 
vincy

 
 
 
 

haut