alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Chats par-ci, chats par-là
Couteau suisse
Deux
La fille au bracelet
Le prince oublié
Mamacita
Mickey and the Bear
Nightmare Island
Queen & Slim
Sonic le film
Toutes les vies de Kojin
Tu mourras à 20 ans
Un divan à Tunis



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Uglydolls


USA / 2019

10.07.2019
 



POUPÉES RUSÉES





«- Je voudrais surtout ne pas manquer Uglyville n’a pas de talent .»

Kelly Asbury a toujours aimé les personnages marginaux et un peu freaks, que ce soit avec Shrek 2, Gnomeo et Juliette ou encore Les schtroumpfs. Ugly Dolls, pas loin esthétiquement des Trolls de Mike Mitchell et Walt Dorhn, est dans la même veine, avec cette histoire de poupées ratées (dès l’usine) et vivant en communauté dans un village à l’écart du monde.

Très (trop) coloré, très (trop) chanté, le film fait partie de ces histoires où les moches et les losers réclament le droit à l’existence, et savent être joyeux, même si leur musique pop est rarement soutenable. C’est un monde de cookies et de cupcakes, un paradis où l’oisiveté est reine. Evidemment, il y. a une rebelle qui, par sa curiosité, va découvrir que ce paradis est artificiel et que la vérité est bien plus laide.

Etrangement Uglyville est glam alors que la ville parfaite où coexistent les poupées réussies est presque effrayante par son uniformité, son autorité et son diktat d’une certaine beauté. C’est l’effet voulu : un monde binaire où s’affrontent une perfection tyrannique et une imperfection assumée.

Très « girly », le film va partir dans une direction très (trop) attendue, avec son ode à la différence, un hymne à la solidarité (versus l’individualité, et un discours vantant la fierté d’être soi.

S’il n’était pas aussi banal graphiquement et aussi convenu dans sa morale, UglyDolls aurait pu avec un zest de Burton et une dose de Pixar être une histoire plus barrée, plus intense et bien plus en phase avec son enjeu. Cependant, le film conviendra aux 5-8 ans, c’est-à-dire aux enfants qui commencent déjà à faire de leurs poupées des Frankenstein à leur goût.
 
vincy

 
 
 
 

haut