Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde.



Ça - chapitre 2
Ça marche !?
Deux moi
Jeanne
L'insensible
Lucky Day
Mjolk
Music of My Life
Tempo Comum
The Bra
Tu mérites un amour
Un petit air de famille
Une joie secrète



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu



Spider-Man: Far From Home
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Uglydolls


USA / 2019

10.07.2019
 



POUPÉES RUSÉES





«- Je voudrais surtout ne pas manquer Uglyville n’a pas de talent .»

Kelly Asbury a toujours aimé les personnages marginaux et un peu freaks, que ce soit avec Shrek 2, Gnomeo et Juliette ou encore Les schtroumpfs. Ugly Dolls, pas loin esthétiquement des Trolls de Mike Mitchell et Walt Dorhn, est dans la même veine, avec cette histoire de poupées ratées (dès l’usine) et vivant en communauté dans un village à l’écart du monde.

Très (trop) coloré, très (trop) chanté, le film fait partie de ces histoires où les moches et les losers réclament le droit à l’existence, et savent être joyeux, même si leur musique pop est rarement soutenable. C’est un monde de cookies et de cupcakes, un paradis où l’oisiveté est reine. Evidemment, il y. a une rebelle qui, par sa curiosité, va découvrir que ce paradis est artificiel et que la vérité est bien plus laide.

Etrangement Uglyville est glam alors que la ville parfaite où coexistent les poupées réussies est presque effrayante par son uniformité, son autorité et son diktat d’une certaine beauté. C’est l’effet voulu : un monde binaire où s’affrontent une perfection tyrannique et une imperfection assumée.

Très « girly », le film va partir dans une direction très (trop) attendue, avec son ode à la différence, un hymne à la solidarité (versus l’individualité, et un discours vantant la fierté d’être soi.

S’il n’était pas aussi banal graphiquement et aussi convenu dans sa morale, UglyDolls aurait pu avec un zest de Burton et une dose de Pixar être une histoire plus barrée, plus intense et bien plus en phase avec son enjeu. Cependant, le film conviendra aux 5-8 ans, c’est-à-dire aux enfants qui commencent déjà à faire de leurs poupées des Frankenstein à leur goût.
 
vincy

 
 
 
 

haut