alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



2040
Chut...!
Cyrille, agriculteur, 30 ans, 10 vaches...
Dark Waters
Invisible Man
Judy
Juste Sam
L'etat sauvage
Lara Jenkins
Le fils d'un roi
Lucky
Mine de rien
The Boy



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Greta


USA / 2019

12.06.2019
 



GRETA BARJOT





Il faudra un jour écrire une thèse sur Isabelle Huppert la maléfique. Son visage glaçant et glacé inspire apparemment les rôles les plus cruels. Greta ne fait pas exception. Et elle prolonge ainsi cette saga d'empoisonneuse où s’alignent les astres noirs Eva, Une jeunesse dorée, Blanche comme Neige, Frankie et donc Greta. Et on ne parle pas de ses rôles de reines aliénées sur scène. Huppert semble se complaire dans ces personnages où la seule transgression est celle de dominer et de faire du mal.

Diva inaccessible, reine sorcière, ou femme-araignée, elle compose ainsi le visage d’une Cruella froide et distante où toutes ses proies semblent empoisonnées par son venin. Et quand on lui résiste, souvent par simple aspiration à la liberté, elle ne le supporte pas. Neil Jordan en fait des tonnes dans ce thriller très convenu pour rendre la psychopathe qu’elle est effrayante. De la même manière Ira Sachs essayer de nous la rendre humaine, Anne Fontaine tentait de la banaliser dans sa folie, Eva Ionesco cherchait de la normalité dans la perversion narcissique et Benoït Jacquot la métamorphosait en femme fatale (aux autres).

Mais à chaque fois cela échoue. N’est pas Chabrol ou Haneke qui veut. Paraître un monstre ne veut pas dire qu’on va y croire. Greta, plein de promesses, s’avère faussement intense tant le cinéaste joue sur les ambivalences et l’ambiguïté comme d’autres multiplient les twists pour créer du rythme.

Isabelle Huppert, sans doute laissée à son sort, nous fait une sorte de caricature de la vilaine (sans jamais atteindre le niveau d’une Glenn Close), ce qui rend le film souvent grotesque. Experte en torture psychologique et physique, l’actrice n’a rien qui lui sert à transcrire ce sadisme naturel qui lui sied si bien.

Finalement, dans un film plus binaire que double, plus simple que dual, le spectateur n’est jamais étonné et le final vire au cauchemar burlesque, sorte de farce plus vulgaire que conte fantasque. Ses allures de « fantasy » réaliste ne sauve rien de ce nanar kitsch qui préfère opter pour le jeu de massacre et massacrer le jeu de ses actrices.

A vouloir faire un film d’horreur, Neil Jordan a fait un film horrible.
 
vincy

 
 
 
 

haut