Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
Une sirène à Paris



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Tel Aviv on Fire


Palestine / 2018

03.04.2019
 



DRÔLE DE FLAMME





Dans le registre de la comédie absurde du Proche-Orient, Tel Aviv on Fire est un bon ambassadeur. Acide et noir, ce film corrosif, profondément humaniste, appuie parfois trop fort sur son message réconciliateur, mais il tente un difficile exercice d’équilibrisme entre deux points de vue antagonistes, deux pays en guerre, deux genres – l’humour et le suspens.

Mais comme tout le monde aime le houmous, le chemin de la paix n’est jamais très loin, malgré les frontières, les murs, les préjugés. Le conflit volcanique entre Israël et la Palestine trouve ici une forme réjouissante de satire, au point d’oublier les morts, les drames, et d’avoir un peu d’espoir et un grand sourire sur la fin.

Feel-good movie parfois maladroit mais toujours touchant, Tel Aviv on Fire assume sa vulnérabilité et son kitsch. Tel un feuilleton télévisé, puisqu’il s’agit de l’histoire d’un tournage d’une série, le romantisme factice sert de vernis à un discours politique gigogne, où chacun en prend pour son grade.

Car c’est bien une comédie politique dans ce film qui souffre parfois de son manque de moyens. On pense alors à To Be or Not to Be d’Ernst Lubitsch, quand le tragique et le burlesque s’allient pour un combat commun, soulignant l’ironie des situations.

Si la forme est peu convaincante, mais plaisante, l’écriture est d’une finesse exquise. A l’époque des infox et des cristallisations nationalistes, Tel Aviv on Fire cherche un consensus où l’imagination prend le pouvoir, ce que les cyniques et adeptes de la real-politik réprouveront, mais que les spectateurs applaudiront, espérant toujours que la paix l’emporte sur ce bout de terre promise, toujours en feu.
 
vincy

 
 
 
 

haut