Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Canción Sin Nombre
De Gaulle
Eté 85
L'envolée
La bonne épouse
La communion
Le capital au XXIe siècle
Lucky Strike
Radioactive
The Climb
Tiempo después
Une sirène à Paris
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
C'est ça l'amour


France / 2018

27.03.2019
 



GONE GIRL





« Nos enfants seront plus beaux et plus heureux que nous. »

Pour son premier long métrage en solo, Claire Burger (révélée avec ses courts métrages Forbach ou C’est gratuit pour les filles, co-réalisés avec Marie Amachoukeli, et lauréate d’une Caméra d’or à Cannes pour Party girl, également co-réalisé avec Marie Amachoukeli, ainsi qu’avec Samuel Theis) s’empare d’une histoire en apparence banale et rebattue, la détresse d’un homme que sa femme vient de quitter, et la transcende jusqu'à atteindre l’équilibre parfait entre récit ténu et sentiments véritables. Entre humour et émotion, C’est ça l’amour, qui porte plutôt joliment son titre aux sens multiples, accompagne en effet un père et ses deux filles, qui sont tous les trois, chacun à leur niveau, aux prises avec l’amour et les sentiments.

Toujours sur le fil, déjouant les attentes et les écueils, le film ne fait pas de remous, et pourrait même paraître trop modeste. C’est pourtant tout le contraire tant cette simplicité narrative exhale la complexité émotionnelle et la justesse des élans du cœur. On est tout entier avec Mario, perdu dans sa propre vie, abasourdi par le vide dans lequel le laisse l’abandon, mais aussi avec Frida, qui découvre les premiers émois amoureux, et avec Niki, qui refuse ces mêmes émois, éprise de liberté et d’indépendance.

Par quel mécanisme étrange ne comprend-on jamais autant la vie réelle que lorsqu’on la découvre sur grand écran ? Avec les yeux tristes et paumés de Bouli Lanners, on a l’impression de redécouvrir comme pour la première fois les conséquences des jeux de l’amour et du désamour. Peut-être parce que Claire Burger manie avec autant de précision la bienveillance que la retenue, et n’a pas peur de filmer frontalement les moments de creux, les instants de désespoir, et même les coups de folie. Sûrement aussi parce qu’elle ne juge personne, et ne cherche pas à psychologiser les errements et les douleurs de ses personnages. C’est vrai, certaines scènes pourraient sembler appuyées ou caricaturales, et pourtant tout tend vers une sorte d’état de grâce inattendu où l’on ne distingue plus la vie réelle de la fiction.

Ne serait-ce que pour ce miroir-là, il ne faut pas rater C’est ça l’amour, et vibrer, rire, pleurer, s’énerver, et rire à nouveau avec des personnages qui nous ressemblent, englués dans des vies qui pourraient être les nôtres, aux prises avec des montagnes russes émotionnelles que l’on a tous traversées au moins une fois.
 
MpM

 
 
 
 

haut