alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



Adoration
Bad Boys For Life
Garanbadal
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
K contraire
La Llorana
Le photographe
Le réseau Shelburn
Luciérnagas
Nanga Parbat
Pygmalionnes
Qu'un sang impur
Scandale



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Le Voyage du Prince
Ils aimaient la vie (Kanal)
Jeune Juliette
La vie invisible d'Euridice Gusmao
Marriage Story
The Lighthouse
First Love, le dernier Yakusa
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917



La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima
Brooklyn Affairs
La Famille Addams
Lola vers la mer
Une vie cachée
Notre Dame
Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Cunningham
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Le garçon qui dompta le vent (The Boy Who Harnessed the Wind)


Royaume Uni / 2019

01.03.2019
 



MOULIN VERT





A partir d’une histoire vraie, racontée dans un livre sous forme de témoignage du héros, Chiwetel Ejiofor réalise son premier film, Le garçon qui dompta le vent.

Entièrement tourné au Malawi, le film répond à tous les critères d’un scénario hollywoodien. Le mélodrame est bien huilé et dispose de l’énergie nécessaire pour produire un bon feel-good movie, pas avare en émotions jusqu’au happy end salutaire et attendu.

Le film profite d’un sujet riche : la relation conflictuelle père/fils, une famille soudée mais fragile, un village victime de la sécheresse, une campagne électorale pas si démocratique, la famine, l’absence d’électricité, les fléaux climatiques et la difficulté financière à éduquer les jeunes.

Pourtant, habilement, le réalisateur et scénariste Chiwetel Ejiofor s’en sort très bien en construisant une mécanique narrative aussi classique que fluide, portée par une troupe d’acteurs parfaitement dirigés. De l’expérimentée Aïssa Maïga au nouveau venu Maxwell Simba, le casting ne fait pas défaut à cette histoire bienveillante.

On peut reprocher au film de n’avoir aucune audace formelle ou de suivre une voie très prévisible. Mais on sera gré au réalisateur de vouloir filmer avec authenticité une Afrique souvent stéréotypée par le cinéma occidental. De même, s’il utilise les codes occidentaux du 7e art (de la musique au découpage), il se focalise sur un récit proprement africain et somme toute universel, sans vouloir apporter un jugement moral sur ses personnages ou la société dans laquelle ils évoluent.

Evidemment, après de nombreuses déceptions et autant de rebondissements, après un peu de suspens dans certaines situations, et beaucoup d’humanité au fil des évènements, Le garçon qui dompta le vent s’avère avant tout comme un hymne à la jeunesse, débrouillarde et hardie, insolente et prête à prendre la place des aînés, qui ont échoué.

Sur fond de cataclysme climatique, le film est aussi une ode écologique, critique sur la cupidité et l’égoïsme. A moins d’être cynique, on ne voit pas bien ce qu’on pourrait reprocher à ce film convenu mais lumineux et touchant.
 
vincy

 
 
 
 

haut