Once Upon a Time... in Hollywood, 9e film de Tarantino, est reparti les mains vides de Cannes. Mais le public est bien présent. Et les Oscars sont en ligne de mire pour ce film nostalgique où le fantasme est au coeur de tout...



Good boys
Hauts perchés
L'affaire Pasolini
Late Night
Le déserteur
Les Baronnes
Ma famille et le loup
Mes autres vies de chien
Reza
Roubaix, une lumière
Scary Stories
Thalasso



Parasite
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre



Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Yves
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Le garçon qui dompta le vent (The Boy Who Harnessed the Wind)


Royaume Uni / 2019

01.03.2019
 



MOULIN VERT





A partir d’une histoire vraie, racontée dans un livre sous forme de témoignage du héros, Chiwetel Ejiofor réalise son premier film, Le garçon qui dompta le vent.

Entièrement tourné au Malawi, le film répond à tous les critères d’un scénario hollywoodien. Le mélodrame est bien huilé et dispose de l’énergie nécessaire pour produire un bon feel-good movie, pas avare en émotions jusqu’au happy end salutaire et attendu.

Le film profite d’un sujet riche : la relation conflictuelle père/fils, une famille soudée mais fragile, un village victime de la sécheresse, une campagne électorale pas si démocratique, la famine, l’absence d’électricité, les fléaux climatiques et la difficulté financière à éduquer les jeunes.

Pourtant, habilement, le réalisateur et scénariste Chiwetel Ejiofor s’en sort très bien en construisant une mécanique narrative aussi classique que fluide, portée par une troupe d’acteurs parfaitement dirigés. De l’expérimentée Aïssa Maïga au nouveau venu Maxwell Simba, le casting ne fait pas défaut à cette histoire bienveillante.

On peut reprocher au film de n’avoir aucune audace formelle ou de suivre une voie très prévisible. Mais on sera gré au réalisateur de vouloir filmer avec authenticité une Afrique souvent stéréotypée par le cinéma occidental. De même, s’il utilise les codes occidentaux du 7e art (de la musique au découpage), il se focalise sur un récit proprement africain et somme toute universel, sans vouloir apporter un jugement moral sur ses personnages ou la société dans laquelle ils évoluent.

Evidemment, après de nombreuses déceptions et autant de rebondissements, après un peu de suspens dans certaines situations, et beaucoup d’humanité au fil des évènements, Le garçon qui dompta le vent s’avère avant tout comme un hymne à la jeunesse, débrouillarde et hardie, insolente et prête à prendre la place des aînés, qui ont échoué.

Sur fond de cataclysme climatique, le film est aussi une ode écologique, critique sur la cupidité et l’égoïsme. A moins d’être cynique, on ne voit pas bien ce qu’on pourrait reprocher à ce film convenu mais lumineux et touchant.
 
vincy

 
 
 
 

haut