J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



After : Chapitre 1
Alpha - The Right to Kill
Duelles
El Reino
Fanin hier, aujourd'hui
Just a Gigolo
L'époque
La Camarista
La malédiction de la dame blanche
La princesse des glaces
Le cercle des petits philosophes
Liz et l'oiseau bleu
Menocchio
Monsieur Link
Première campagne
Raoul Taburin
Seule à mon mariage
Working Woman



Green Book: sur les routes du sud
Une intime conviction
La Favorite
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La cabane aux oiseaux


France / 2019

06.02.2019
 



A LA PAGE







Ce programme de neuf courts métrages, qui s’adresse aux plus jeunes spectateurs, s’articule autour des oiseaux sous toutes leurs formes. On y raconte dans chaque film une histoire adaptée de la littérature jeunesse et respectant le graphisme d’origine. Dans le premier volet, La cabane à histoires, sorti en 2017, des enfants se lisaient des livres à tour de rôle. Cette fois, ce sont donc des oiseaux qui servent de fil rouge entre deux livres, permettant une plus grande fluidité dans la succession des courts métrages. On apprécie cette unité visuelle, ainsi que la suppression des saynètes en prise de vue réelle qui reliaient artificiellement chaque récit. On passe ainsi plus aisément d’un court métrage à l’autre, en se plongeant à chaque fois dans une forme de conte moderne ou plus traditionnel, comme Poucette, qui est inspiré d’Andersen.



Si l’impression générale est plutôt douce et légère, avec une pointe d’humour tendre, c’est comme toujours avec ce type de programme assez contrasté d’un film à l’autre. On craquera au choix pour le petit oiseau qui a avalé une étoile (et à qui tout le monde reproche d’être trop brillant), pour le papa plein de fantaisie qui imagine mille et une façons pour venir chercher son petit garçon à la crèche, ou encore pour l’adorable pingouin qui a froid sur la banquise. Mais toutes les histoires ont leur petit grain de malice ou de tendresse, proposant chacune à sa façon une petite fable destinée à faire rire, réfléchir et grandir les petits spectateurs, qu’il s’agisse d’aborder la question de la confiance en soi, celle de la rébellion face à l’autoritarisme, ou tout simplement des merveilles de l’imagination.
 
MpM

 
 
 
 

haut