Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
La cabane aux oiseaux


France / 2019

06.02.2019
 



A LA PAGE







Ce programme de neuf courts métrages, qui s’adresse aux plus jeunes spectateurs, s’articule autour des oiseaux sous toutes leurs formes. On y raconte dans chaque film une histoire adaptée de la littérature jeunesse et respectant le graphisme d’origine. Dans le premier volet, La cabane à histoires, sorti en 2017, des enfants se lisaient des livres à tour de rôle. Cette fois, ce sont donc des oiseaux qui servent de fil rouge entre deux livres, permettant une plus grande fluidité dans la succession des courts métrages. On apprécie cette unité visuelle, ainsi que la suppression des saynètes en prise de vue réelle qui reliaient artificiellement chaque récit. On passe ainsi plus aisément d’un court métrage à l’autre, en se plongeant à chaque fois dans une forme de conte moderne ou plus traditionnel, comme Poucette, qui est inspiré d’Andersen.



Si l’impression générale est plutôt douce et légère, avec une pointe d’humour tendre, c’est comme toujours avec ce type de programme assez contrasté d’un film à l’autre. On craquera au choix pour le petit oiseau qui a avalé une étoile (et à qui tout le monde reproche d’être trop brillant), pour le papa plein de fantaisie qui imagine mille et une façons pour venir chercher son petit garçon à la crèche, ou encore pour l’adorable pingouin qui a froid sur la banquise. Mais toutes les histoires ont leur petit grain de malice ou de tendresse, proposant chacune à sa façon une petite fable destinée à faire rire, réfléchir et grandir les petits spectateurs, qu’il s’agisse d’aborder la question de la confiance en soi, celle de la rébellion face à l’autoritarisme, ou tout simplement des merveilles de l’imagination.
 
MpM

 
 
 
 

haut