Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Mango (Strike)


/ 2018


 



TIP TAUPE





"- Normalement, les blaireaux ne peuvent pas monter aux arbres !
- Est-ce que normalement les animaux parlent ?
"

Au premier abord, ce premier film de Trevor Hardy (Pumpkin) ne semble pas particulièrement briller par son originalité, avec ses enjeux classiques, exposés de manière presque scolaire dans les premières scènes du film, et ses habituels personnages archétypaux remplissant toutes les cases du genre « film initiatique jeune public ». On se cale donc dans son fauteuil en pilote automatique, persuadé que l’histoire de cette jeune taupe qui rêve de devenir footballeur, alors que tout le monde attend de lui qu’il aille travailler à la mine voisine, ne parviendra guère à nous surprendre. Pourtant, si la trame du scénario reste effectivement relativement attendue, le traitement de l’intrigue, l’humour des dialogues et la créativité dans le design des personnages (dans une laine duveteuse qui permet un joli travail visuel sur les textures) et des lieux nous tirent assez rapidement de notre torpeur. On rit beaucoup devant ce film farfelu qui n’hésite pas à multiplier les clins d’œil à l’adresse du spectateur et à se moquer de lui-même, en tournant en dérision toutes les étapes habituelles de ce type de film.

On sent clairement chez Hardy l’influence de Aardman (chez qui il a travaillé quelques temps), notamment dans ses enchaînements très visuels d’actions (par exemple lorsque la mère de Mango cuisine ou fait la valise de son fils) qui évoquent les mécanismes plus ou moins bien huilés et les machines infernales de Wallace et Gromit. Le cœur du film (la nécessité de gagner un match de foot pour préserver la vie de son village) n’est pas non plus très loin du Cro Man sorti par Aardman en 2018.

Mais on pourra difficilement se plaindre que le réalisateur ait su adapter à son propre projet la maîtrise et la virtuosité développée dans le studio britannique. Au contraire, c’est justement ce qui permet au film de s’extraire du motif ronronnant du récit initiatique pour aller vers plus de folie et de fantaisie. Ça, et des dialogues qui n’hésitent pas à solliciter la complicité du spectateur, voire à prendre un recul presque ironique par rapport au récit. Si les petits spectateurs risquent de connaître quelques moments de tristesse et de peur, vite balayés par l’hilarante bêtise crasse des personnages négatifs, les adultes, eux, devraient passer un moment plutôt agréablement régressif.
 
MpM

 
 
 
 

haut