M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 0

 
Creed 2 (Creed II)


USA / 2017

09.01.2019
 



"Un boxer qui n’a rien à perdre est dangereux."





OU EST PASSE LE SOLDAT COOGLER ?

Attention, cette critique contient quelques spolies.

Quatre ans après le succès de Creed : L’héritage de Rocky Balboa, Michael B. Jordan renfile les gants d’Adonis Johnson Creed. Sous la direction de Steven Caple Jr., la nouvelle star du cinéma américain donne tout ce qu’elle a dans ce film qui ressemble à un désastre. Explications.

Une impression de déjà-vu

Devenu champion du monde poids lourds sous le mentorat de Rocky Balboa, Creed vit sa meilleure vie. Il est même sur le point de demander Bianca en mariage. Mais ses plans sont bouleversés lorsque Viktor, le fils d’Ivan Drago, l’homme qui a tué son père Apollo, décide de le défier. Trois décennies plus tard, Creed accepte le combat dans le but de venger son père. Mais est-ce suffisant pour l’emmener vers la victoire ?

Ecrit par Juel Taylor et Sylvester Stallone, le scénario de Creed 2 ressemble au fur et à mesure que l’on avance dans le film à un véritable naufrage. Convaincu de pouvoir insuffler une dimension dramatique et politique au projet comme l’avait plus tôt Ryan Coogler, l’interprète de Rocky enchaîne les clichés sur la boxe.

D’un prétendu talent inné (mais hérité du père) à la métaphore de toucher le fond en passant par la figure de la femme qui sacrifie sa carrière au détriment de celle de son époux, Creed 2 ne révolutionne plus rien. Un comble quand on pense aux efforts mis à l’ouvrage par Ryan Coogler pour justement faire un film résolument moderne.

Si les scènes de combat de Creed 2 sont encore plus impressionnantes que celles de Creed, force est de reconnaître que c’est avant tout dû au charisme de Michael B. Jordan, la véritable star de Black Panther et au talent brut du boxeur germano-roumain Florian Munteanu. Du haut de ses 28 ans, il crève l’écran avec cette seconde expérience cinématographique.

La fin d’une ère

Au centre de ce scénario axé sur la filiation, Sylvester Stallone a eu la bonne idée de résoudre une intrigue que les fans voulaient voir développée : sa relation avec son fils Robert. Incarné par Milo Ventimiglia (This Is Us), le duo nous offre une scène pleine de tendresse, ce à quoi nous n’étions pas habitués. A l’instar de Phylicia Rashad (Mary Anne Creed) et Tessa Thompson (Bianca Porter) qui incarnent avec brio les rares figures féminines de Creed 2.

Basé sur une multitude de duos, Creed 2 enchaîne les séquences remplies d’émotion et celles de contemplation. Une bonne chose puisque le maître-mot de ce que l’on peut considérer comme le 8e volet de la saga Rocky est d’offrir à Creed sa propre histoire, sa propre saga. Et cela passe notamment par des combats hors du ring. Et quel plus beau combat que celui d’un père pour sa fille malentendante ?

En dépit d’une réalisation qui a du mal à égaler celle de Ryan Coogler et d’une suresthétisation des scènes de combat, Steven Caple Jr. fait le boulot. Cette suite ravira les fans de Michael B. Jordan tant son corps est sublimé et mis à rude épreuve tandis que les fans de films d’action et de boxe seront ravis d’apercevoir ici et là Brigitte Nielsen, Michael Buffer, Roy Jones J;, Evander Holyfield ou encore Sugar Ray Leonard.
 
wyzman

 
 
 
 

haut