Avec Etre vivant et le savoir, Alain Cavalier montre que l'art rend hommage à l'art, que le cinéma peut être un hommage grâce à l'image. Dialogue incessant entre le réel des vivants et les souvenirs d'une morte, le film est d'une poésie sublime.



11 fois Fatima
Amazing Grace
Charlotte a 17 ans
Cyrano et la petite valise
Etre vivant et le savoir
Face au vent
Greta
L'autre continent
L'enseignante
Le chant de la couleuvre
Les Particules
Lucie, après moi le déluge
Lune de miel
Ma
Men in Black International
Palmyre
Parasite
Permaculture
Roxane
Salauds de pauvres
Sillages
Un havre de paix
X-Men: Dark Phoenix
Zombi Child



90's
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel



Le garçon qui dompta le vent
Triple frontière
Dumbo
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Edmond


France / 2017

09.01.2019
 



CYRANO M’ETAIT CONTE





A l’origine, Edmond était un film. Un Shakespeare in Love à la française autour d’Edmond Rostand et sa création phare, Cyrano de Bergerac. Alexis Michalik n’a pas réussi à faire aboutir son projet, et l’a transformé en pièce de théâtre.

C’était là sans aucun doute son idée la plus brillante : faire d’une pièce classique un spin-off comique non moins classique. Deux ans et demi après, la pièce triomphe toujours sur les planches. Et arrive au cinéma.

Nombreuses sont les pièces de théâtre populaires qui ont réussi leur passage sur le grand écran. Pas forcément pour la réalisation, mais parce que la force des dialogues et des situations résiste à ce voyage du spectacle vivant au cinéma. Citons, pour ne rester que dans l’Hexagone, Knock, On purge bébé, Pouic-Pouic, Oscar, La cage aux folles, Le père noël est une ordure, Cuisine et dépendances, Un air de famille, Le dîner de cons, Huit femmes, Potiche, Le prénom, …

Edmond pourrait prétendre à entrer dans ce cercle (vertueux). C’est élégant, léger, bien rythmé. Et le récit originel est efficace : un créateur dans la tourmente qui va accoucher d’un chef d’œuvre le sauvant de tous ses malheurs. On ne peut rêver mieux. Il y a de la comédie américaine dans ce tourbillon de vie, où les acteurs les moins connus volent la vedette aux têtes d’affiche.

Mais l’ironie est que le film est avant tout un hommage au théâtre. Autrement dit, il se défait très vite de toute ambition cinématographique, de tout désir de s’affranchir de ses origines. Un paradoxe pour la création de Michalik, qui avait, comme on l’a dit, imaginé un film avant d’en faire une pièce.

Edmond, le film, reste vif et agréable. C’est avant tout très sage, pour ne pas dire consensuel. Il manque un nouveau regard et une direction artistique qui valorisent le récit. La carte postale est à la limite d’une époque mythifiée où, rarement, on en voit autre chose qu’une farce de boulevard. Car, heureusement, c’est drôle et cela reste brillant.

Cela manque juste un peu de panache…
 
vincy

 
 
 
 

haut