Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



100 kilos d'étoiles
Folle nuit russe
Her Smell
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Le Roi Lion
Le voyage de Marta
Les beaux menteurs
Navajo Songline
Persona Non Grata
Roads
Te Ata
Wild Rose
Yuli



Tremblements
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 3

 
Pupille


France / 2018

05.12.2018
 



L' ENFANT





« Mon travail, c’est pas de trouver un enfant à des parents qui souffrent. Mon travail, c’est de trouver les meilleurs parents possibles à des enfants en difficulté »

Pupille, deuxième long métrage de Jeanne Herry, est un grand film populaire, au sens le plus noble du terme. De par son sujet, son casting et son écriture sensible, il offre au cinéma français l’une de ces belles surprises désarmantes que l’on ne peut s’empêcher d’aimer. Bien sûr, le film n’échappe pas à quelques ressorts scénaristiques un peu épais, à quelques effets faciles, à quelques bons mots trop écrits pour sonner parfaitement justes. C’est vrai qu’on est même déçu de le voir dévier, vers le milieu, de la ligne presque purement documentaire qu’il s’était fixée, pour aller vers un ton plus convenu de fiction grand public dans laquelle il se doit d’y avoir du suspense et une histoire d’amour.

Mais hormis ces afféteries (une manière de céder aux lois du marché ?), Pupille fait preuve d’une sincérité et d’une sensibilité à toute épreuve, capable de faire verser des tombereaux de larmes à ses spectateurs non par des effets artificiels de cinéma, mais par sa manière de recréer le réel sous nos yeux : l’histoire de ce bébé abandonné dès sa naissance par une (trop) jeune mère qui ne peut pas l’assumer, devient immédiatement l’histoire de tous. C’est ce mécanisme collectif que filme Jeanne Herry : cette chaîne humaine qui se met en place pour prendre en charge un enfant qui est littéralement seul au monde. Elle le fait avec retenue et pudeur, au travers de scènes courtes, souvent interrompues, qui laissent l’émotion en suspens, et privilégient une certaine forme de réalisme. Les flashs-back, notamment, permettent de comprendre le parcours du combattant que représente l’adoption. Les scènes plus administratives viennent en rappeler les enjeux, au cœur de questions de société brûlantes. Et si toutes les séquences mettant en scène le bébé ont un fort potentiel lacrymal, elles permettent aussi d’incarner l’idée théorique d’enfants en attente d’adoption. De leur donner un corps bien réel, qui pleure, qui a faim, qui ressent la peur et le doute.

En rendant concret ce qui d’habitude ne l’est pas, en racontant la rencontre presque miraculeuse entre une mère en quête d’enfant et un enfant en quête de mère, Jeanne Herry s’exposait au risque de l’angélisme, de l’émotion facile et des bons sentiments. Pourtant, magie du cinéma, on est bien loin du compte, avec un récit qui certes remue les tripes, mais surtout dévoile avec une extrême pudeur la naissance d’un lien indéfectible entre deux parfaits étrangers amenés à être tout l’un pour l’autre. Une autre forme de naissance, un autre moyen de mettre au monde. Bien loin des clichés rances sur ce que devrait être une famille, l’indéfectibilité supposément sacrée des liens du sang ou toute autre faribole sur ce qui est « naturel » et ce qui ne l’est pas.
 
MpM

 
 
 
 

haut