alsancak escort izmir escort buca escort bornova escort adana escort amasya escort aydın escort bilecik escort bolu escort burdur escort çanakkale escort çorum escort diyarbakır escort edirne escort erzurum escort giresun escort ısparta escort karabük escort karaman escort kilis escort kıbrıs escort kırşehir escort manisa escort muğla escort niğde escort ordu escort rize escort tokat escort yozgat escort escort konya konya escort konya escort bayan







1917 est une prouesse visuelle épatante avec ce faux plan séquence permanent qui suit deux jeunes soldats sur le front entre tranchées et snipers. Succès inattendu, le film de Sam Mendès est aussi parmi les favoris aux Oscars depuis son Golden Globe.



10 jours sans maman
Amare Amaro
D'étoile en étoile
Des hommes
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Le cas Richard Jewell
Lettre à Franco
Sortilège
Tout peut changer
Une mère incroyable
Wet Season



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés
It must be heaven
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'adieu
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis



Star Wars, épisode IX : L'Ascension de Skywalker
La Vérité
Le lac aux oies sauvages
Les deux papes
Official Secrets
Les siffleurs
Les enfants du temps
Nina Wu
Swallow
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 1

 
Assassination Nation


USA / 2018

05.12.2018
 



LES SORCIÈRES DE SALEM (2.0)





Je m'appelle Lily Colsen et j'ai 18 ans, et je vais vous raconter comment ma ville a perdu la tête...

Bienvenue dans l'âge ingrat de cette nouvelle génération Z de millennials qui se regarde le nombril et celui des autres sur les réseaux sociaux, cet internet qui fait le baromètre des scandales du jour. Dès son introduction Assassination Nation annonce que des évènements vont s'emballer vers une hystérie collective, des milliers de messages privés ont été piratés et vont être exposés à tous, avec des conséquences violentes. En apparence voila un nouveau film à sensations fortes pour adolescents mais c'est bien plus que ça puisqu'il s'agit aussi d'une satire contre une certaine Amérique pro-Trump et une allégorie d'un féminisme dominant. Bienvenue en zone de turbulences...

Assassination Nation joue beaucoup avec les mots : déjà ceux du titre, surtout la voix-off de l'héroïne principale qui se fait narratrice, mais aussi ceux des messages envoyés ou lus sur les réseaux. Les évènements sont racontés, discutés et commentés autant entre copines que sur internet. Les plus jeunes ont l'habitude de partager les selfies sur Instagram, le viral sur Facebook, le bad buzz sur Twitter, les scandales via 4chan. Tout ce qui est personnel et intime reste privé via différentes messageries. Ce qui met le feu au poudre dans cette petite ville de Salem, et qui conduira à une folle chasse aux sorcières, est justement le piratage de quantité de fichiers de données de conversations alors publiées sur internet à la vue de tous, soit un leak lourd de scandales. En modernisant le mythe des Sorcières de Salemn, Sam Levinson montre que finalement rien ne change vraiment dès lors qu'on se laisse dicter ses opinions.

Mais c'est surtout le mensonge qui est ciblé. Le Fake. L’homme politique local aux positions anti-LGBT est désormais vu sur des photos en travesti pervers, le directeur du lycée se retrouve accusé de pédophilie, la ville est secouée par ce piratage. Les secrets et les infidélités de plusieurs milliers de citoyens deviennent exposés. En particulier des photos coquines d’une adolescente à un père de famille marié, peut-être cette lycéenne Lily Colsen ? Ce piratage sera l’étincelle qui fera exploser le puritanisme de façade de Salem...

Le scénario est habile et cynique, la mise-en-scène est rythmée et dynamitée (split-screen lors d’une fête pour observer en même temps différents personnages, textes des emails sur l’image, long plan-séquence pour l’attaque d’une maison, du sang qui gicle…), Assassination Nation est autant fun et drôle pour la forme que férocement subversive pour le fond. On y parle de l’injonction d’apparaître toujours belle en photo et de jouissance féminine, de tuerie dans un lycée et des victimes d’armes en circulation, de cyber-réputation et de harcèlement, de viol et même de lynchage façon Ku-Klux-Klan et surtout d’un machisme toxique oppressant… Il y a du Harmony Korine et du John Hugues gore.

Le cinéaste Sam Levinson avait déjà été remarqué pour sa dissection de la famille avec le drame Another happy day en 2012. Si Assassination Nation se montre outrancier et provocateur, et bien entendu "un peu" violent, c’est sans aucun doute pour interpeller autant les hashtags #HatersGonnaHate que les #GirlPower qui à force d'être abusés textuellement se vident de leur sens.
 
Kristofy

 
 
 
 

haut