90's, premier film du comédien Jonah Hill, est un portrait de jeunesse aussi délicat que touchant. Dans le lLos Angeles des skaters, où musique et skets dictent leurs lois, on suit une bande d'ados désœuvrés qui stoppent le temps sans cesser de rêver.



Cold Blood Legacy
Douleur et Gloire
Fight Club
Hard Paint
Just Charlie
Le Chinois et moi
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Mr Local
Passion
Permanent Green Light
Séduis-moi si tu peux
Swing Time in Limousin
The Dead don't Die
Tous les Dieux du ciel



C'est ça l'amour
Synonymes
90's
Ne coupez pas!
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra



Captain Marvel
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Triple frontière
Entre les roseaux
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 8

 
Amanda


France / 2018

21.11.2018
 



LE SENTIMENT D’INSÉCURITÉ





« Il faut absolument que votre nièce ait un père. »

Derrière son apparente banalité, Amanda aborde un sujet jusque là un peu tabou dans le cinéma français : le traumatisme post-attentats (dans un pays qui a subit plusieurs vagues d’attaques ces quarante dernières années). En optant pour une histoire simple : un oncle et sa nièce doivent gérer le deuil de leur sœur / mère tuée lors d’un pique-nique dans le bois de Vincennes.

Le deuil n’est jamais complètement noir chez Mikhaël Hers. Il tient plutôt d’un état entre-deux. Une sorte de conte (d’été) flottant, rohmérien dans sa manière d’appréhender les sentiments et le réel, plus proche de Rivette quand il s’agit de filmer la ville et la société, comme une flânerie qui s’échappe justement du réel. Une ballade en vélo à travers Paris mène à la tragédie, qui nous cueille. Entre errances et promenades, voyages et trajets routiniers, Amanda est un film mobile, sans mobile pour les crimes qui le dévaste.

Ce réalisateur iconoclaste, même si sa filiation cinéphilique semble évidente, cherche en fait une manière de filmer comme Modiano a trouvé une manière d’écrire. L’évitement du drame et l’échappée belle des personnages prennent le dessus sur le drame (un attentat terroriste) pour choisir une voie plus sentimentale et romanesque. C’était déjà le cas dans son précédent film.

Comme s’il s’attachait à fuir le pathos, préférant capter l’indicible douleur intérieure, avec ses soubresauts, à l’image de cette séquence finale où la petite fille passe par toutes les émotions : de l’angoisse au bonheur, de la peur à l’espoir.

Mikhaël Hers signe ainsi une chronique parisienne pudique et indécise qui peut séduire grâce à sa justesse. Elle peut aussi laisser le spectateur à l’écart. Les dialogues semblent pauvres. Les scènes paraissent terriblement fades. S’il n’y avait pas les comédiens, on pourrait même croire à un récit bancal, qui s’achève là où il peut.

Ce n’est pas tant l’histoire et les personnages qui nous déçoivent. L’histoire suit son cours au fil des petits événements du quotidien et les protagonistes ont la profondeur nécessaire pour être crédibles. C’est davantage le traitement « modianesque » justement qui gène. Comme si le cinéaste avait voulu écrire un film sur le trauma parisien des attentats de 2015 dans l’urgence, sans savoir lui-même s’il avait passé le cap du deuil. En étant trop léger et trop distant, il s’empêche de regarder en face une réalité plus troublante et plus remuante, qui fait défaut ici. Il frôle ce sentiment d’insécurité permanent mais ne cherche jamais à s'en évader. Pourtant, on ressent bien à quel point tous sont sur le fil, prêts à basculer dans le vide. Tout est incertain, l’avenir comme l’affectif. Et comme le film. Ou comme ce final suspendu dans le temps, avec le goût de ces larmes salées-sucrées.

Cela ne suffit pas, malgré tout, à être convaincu, sans doute parce qu’il manque une réelle émotion cinématographique à cette œuvre touchante mais trop délicate pour nous happer. Peut-être aussi, parce que nous n’avons pas non plus, nous-mêmes, fait notre deuil, digérer l’horreur.
 
vincy

 
 
 
 

haut