Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 59

 
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald (Fantastic Beasts: The Crimes Of Grindelwald)


USA / 2018

14.11.2018
 



NOT A KIND OF MAGIC





« -Vos yeux sont comme ceux de la salamandre. »

Episode de transition ? Suite inaboutie ? Saga à bout de souffle ? La réponse définitive tombera sans doute avec le troisième film à venir. Mais déjà le premier épisode de ce spin-off d’Harry Potter, efficace et maîtrisé, nous avait laissés un peu à distance avec une froideur, sans doute liée au personnage principal : Newt / Norbert est introverti, peu charismatique, timide, et assez mutique.

Cette suite, Les Crimes de Grindelwald, n’est pas plus aidée par son héros, ni par ses animaux « fantastiques » (et en fait rares et peu utiles pour l’intrigue). Il est paradoxal de constater que l’intrigue est conduite par les personnages satellites, notamment les femmes. L’humour ne repose que sur le seul non-magicien (et un running-gag sur les yeux de Tina). Et l’excitation n’est stimulée que par les deux nouveaux venus, qui plus est queers (Dumbledore aka Jude Law et Ezra Miller).

C’est étonnant qu’une production de cette ampleur cumule autant de défauts d’écriture. Si J.K. Rowling est une grande romancière, c’est une piètre scénariste. Le film manque de rythme à trop vouloir étirer une histoire qui aurait pu tenir en une heure trente. Ponctuée de plusieurs scènes sympathiques censées nous émerveiller, il manque à la fois une dynamique dramatique et de grandes séquences marquantes, et n’est d’ailleurs pas aidé par la mise en scène de David Yates : on est même stupéfaits de voir les rares scènes d’action complètement ratées, tant elles sont confuses. Y compris le prologue.

Cette narration, à la fois didactique (le récit oppose autoritaires, obscurantistes et esprits éclairés) et brouillonne, fait croire à une histoire complexe comme les effets visuels et le casting, la reconstitution de Paris dans les années 1920 et les étranges créatures numériques font croire à un film riche.

Malheureusement, ce duel théâtral entre deux amis d’enfance (qui rappelle Magneto vs Professeur X ou Moïse contre Ramsès) n’a rien de vraiment original. L’indifférence nous gagne assez vite. L’absence de tension, le manque d’enjeu, et un héros dans la lune conduisent ces Crimes à être bien gentillets. L’ensorcellement ne fonctionne plus, la magie n’est plus là. Il n’y a finalement que les animaux qui sont fantastiques tant le reste est terriblement banal, à l’image de ce caricatural Grindelwald incarné par un Johnny Depp, qui lui-même ne semble pas y croire.
 
vincy

 
 
 
 

haut