Hors-compétition à Cannes, The Spy Gonbe North est l'un des rares grands films coréens de cette année à sortir en salles. Ce thriller d'espionnage vaut le détour, sans passer par la Corée du nord.



8, avenue Lénine
André Robillard en compagnie
Arthur et la magie de Noël
Carmen et Lola
Célébration
Chien de garde
Festen
Frères de sang
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Les chatouilles
Les neiges de la soie
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Petits contes sous la neige
Pour l'amour de l'art
Premières solitudes
Sami, une jeunesse en Laponie
Suspiria



A Star is Born
Chris the swiss
RBG
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North



Mademoiselle de Joncquières
Première année
Les Frères Sisters
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom
Tazzeka
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
The House that Jack Built
Bamse au pays des voleurs
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Un amour impossible


France / 2018

07.11.2018
 



MON PÈRE, CE FLÉAU





« - Mais ça va tu tiens le coup ?
- Faut bien.
»

On pourrait croire qu’Un amour impossible est un film de commande avec son casting dans l’air du temps pour une adaptation d’un roman populaire et primé. Après tout, le scénario ne fait pas beaucoup d’efforts. Il suit à la ligne la fiction autobiographique de Christine Angot. Il suit fidèlement l’écriture du livre. Il en remodèle les scènes, sans chercher à le trahir. ET puis il y a cette voix off, celle de la narratrice, la fille. Les mots d’Angot, à la ponctuation près parfois. Ces mots sont collés à des images, qui n’ont pas forcément un rapport évident. On parle de décharge de foutre et on voit une jeune femme au milieu de marguerites immaculées.

Tout cela créé une forme de distance durant tout le film : on suit la « belle » histoire, celle des trente glorieuses françaises, de cette Province où les barres de HLM semblaient un horizon idéal. On voit cette France évoluer, cette « carte postale » vintage parfaitement reconstituée. En fait, on ne voit pas grand chose d’important. La tragédie est cachée, ignorée, masquée. Aussi bien à l’écran que dans la relation entre la mère et la fille. Ce n’est pas un déni mais un aveuglement. On s’est laissé berné par ce bonheur de façade. Et même quand la « vérité » éclate, on se surprend à être à l’écart, à ne pas « capter » l’horreur des faits révélés.

« Mais pourquoi le Brésil ? »

Un amour impossible n’est pas un film commode. Catherine Corsini y trouve toute la matière qui lui plaît dans le cinéma : un portrait de femme et même un certain féminisme, la fracture sociale entre un monde « prolétaire » et un autre bourgeois, toujours un peu malade, l’histoire contemporaine du pays. Tout ce que l’on croise dans ses films, de plus en plus soignés, depuis une quinzaine d’années.

Le mépris de classe est évident. C’est même tout le fondement du film décrypté par la fille en une tirade littéraire sans appel : tout est une histoire de rejet et de honte, de domination sociale. L’inceste subit n’en est qu’un instrument.

Pourtant, si le film arrive à nous amener jusqu’à cet épilogue bouleversant où une mère et une fille s’expliquent enfin sur le drame qui les a séparées malgré elle, c’est bien parce que Corsini s’est laissée envoûtée par une autre facette du roman : la mère.

« Toutes les mamans ne vivent pas avec le papa, c’est comme ça. »

C’est là qu’Un amour impossible se détache de son matériau littéraire pour devenir un objet de cinéma, qui rend hommage au passage à Truffaut et Demy, deux réalisateurs magnifiant les femmes. La réalisatrice, finalement, s’intéresse peu à ce père absent, érudit, fascinant, monstrueux, ce beau pervers de bout en bout. La fille n’est qu’un prisme : elle grandit, elle devient Angot dans une forme de mimétisme un peu raté. Là aussi, la cinéaste n’en fait qu’une femme dont on comprend mal les évolutions ou les motivations.

Non, ce qui fait d’Un amour impossible un film possible c’est bien la mère, incarnée par une Virginie Efira bluffante de maîtrise. On assiste avec elle à la formidable émancipation d’une femme. Une modeste secrétaire de Châteauroux qui va devenir une cadre indépendante, curieuse et indépendante. Une femme libre, naturellement, et déterminée, farouchement. Face à un homme toxique, emprisonné dans ses carcans sociologiques et asphyxié par sa culture envahissante, elle suit sa vie en saisissant ses chances. Et c’est le moteur le plus fort du récit.

Mais ce que l’on voit, avant tout, c’est qu’elle encaisse la mère courage. Elle encaisse tout : les humiliations, la honte, les offenses, la vérité, les colères, l’âge, l’ingratitude… Sous le choc ou sans voix, mutique ou stupéfaite, dévastée ou résistante, la mère est plus passionnante que tous les autres. C’est son silence qui fait monter l’émotion. C’est son amour qui nous fait tenir dans les moments les plus creux ou qui renforcent les instants les plus tendus.

Car Un amour impossible c’est une lettre d’amour à une mère, femme seule et salie, et finalement réhabilitée. Un film sur une femme forte et fragile, dont le seul crime est d’avoir été amoureuse d’un salaud charismatique. Tout le reste n’est que littérature.
 
vincy

 
 
 
 

haut