Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Domingo


Brésil / 2018

10.10.2018
 



LAURA ET LULA





« Tu bandes mou ? »

Après Gabriel et la Montagne, Fellipe Barbosa revient dans un tout autre registre, la chronique familiale. Coréalisé avec son assistante habituelle, Clara Linhart, et toujours scénarisé par Lucas Paraizo, Domingo est un mélange de dimanche à la campagne, de week-end familial, et de portrait d’un Brésil en mutation.

Le film se déroule à cheval entre 2002 et 2003, au moment où Lula prend le pouvoir. 15 ans plus tard, on sait que c’est l’extrême-droite qui va s’emparer du Brésil. Mais ce qui intéresse Barbosa et Linhart est ailleurs. C’est le tableau, un peu grossier, d’un pays où le fossé entre les classes semble toujours béant.

Si le scénario est facile, manquant de relief, se complaisant dans des scènes déjà vues ou prévisibles, le film a le mérite de montrer le racisme social (qui est souvent lié à la couleur de peau, hélas) de la part des dominants. Ici, la « mamie » Laura, qui aimerait que tout soit comme avant (c’est tellement mieux, on était tellement plus heureux). Femme de la classe moyenne supérieure (se prenant pour une milliardaire aristocrate), elle n’a aucun scrupule à jouer les esclavagistes, les despotes et à acheter l’affection de ses descendants.

Ceux-ci, assez banals, souffrent d’une écriture assez simpliste. Hormis quelques scènes où les uns et les autres, chez les adultes, brillent, les séquences collectives noient vite leur individualité et les rendent stéréotypés. Les jeunes s’en sortent mieux, avec leur apprentissage de la sexualité et du genre. C’est d’ailleurs les personnages les plus intéressants dans ce film où les adultes semblent inconscients ou insouciants.

On comprend vite, c’est un peu didactique, que ce collectif se divise entre pro-Lula (ami du peuple) et opposants (ou inquiets). Même si, finalement, rien ne change pour personne : ce que saisit l’aigrie Laura en écoutant attentivement le nouveau président, ses inquiétudes se dissipent, et elle-même se laisse séduire.

Pourtant, c’est bien d’émancipation et d’ascension sociale dont il s’agit avec un prof de tennis qui rentre dans le cercle et deux domestiques qui prennent leur distance. Ce que Domingo raconte, c’est l’espoir porté par Lula. Si les dominants sont oisifs et névrosés, les dominés peuvent croire que le monde ne sera plus seulement à leurs « maîtres ». Quoique...
 
vincy

 
 
 
 

haut