Avec Etre vivant et le savoir, Alain Cavalier montre que l'art rend hommage à l'art, que le cinéma peut être un hommage grâce à l'image. Dialogue incessant entre le réel des vivants et les souvenirs d'une morte, le film est d'une poésie sublime.



11 fois Fatima
Amazing Grace
Charlotte a 17 ans
Cyrano et la petite valise
Etre vivant et le savoir
Face au vent
Greta
L'autre continent
L'enseignante
Le chant de la couleuvre
Les Particules
Lucie, après moi le déluge
Lune de miel
Ma
Men in Black International
Palmyre
Parasite
Permaculture
Roxane
Salauds de pauvres
Sillages
Un havre de paix
X-Men: Dark Phoenix
Zombi Child



90's
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel



Le garçon qui dompta le vent
Triple frontière
Dumbo
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Domingo


Brésil / 2018

10.10.2018
 



LAURA ET LULA





« Tu bandes mou ? »

Après Gabriel et la Montagne, Fellipe Barbosa revient dans un tout autre registre, la chronique familiale. Coréalisé avec son assistante habituelle, Clara Linhart, et toujours scénarisé par Lucas Paraizo, Domingo est un mélange de dimanche à la campagne, de week-end familial, et de portrait d’un Brésil en mutation.

Le film se déroule à cheval entre 2002 et 2003, au moment où Lula prend le pouvoir. 15 ans plus tard, on sait que c’est l’extrême-droite qui va s’emparer du Brésil. Mais ce qui intéresse Barbosa et Linhart est ailleurs. C’est le tableau, un peu grossier, d’un pays où le fossé entre les classes semble toujours béant.

Si le scénario est facile, manquant de relief, se complaisant dans des scènes déjà vues ou prévisibles, le film a le mérite de montrer le racisme social (qui est souvent lié à la couleur de peau, hélas) de la part des dominants. Ici, la « mamie » Laura, qui aimerait que tout soit comme avant (c’est tellement mieux, on était tellement plus heureux). Femme de la classe moyenne supérieure (se prenant pour une milliardaire aristocrate), elle n’a aucun scrupule à jouer les esclavagistes, les despotes et à acheter l’affection de ses descendants.

Ceux-ci, assez banals, souffrent d’une écriture assez simpliste. Hormis quelques scènes où les uns et les autres, chez les adultes, brillent, les séquences collectives noient vite leur individualité et les rendent stéréotypés. Les jeunes s’en sortent mieux, avec leur apprentissage de la sexualité et du genre. C’est d’ailleurs les personnages les plus intéressants dans ce film où les adultes semblent inconscients ou insouciants.

On comprend vite, c’est un peu didactique, que ce collectif se divise entre pro-Lula (ami du peuple) et opposants (ou inquiets). Même si, finalement, rien ne change pour personne : ce que saisit l’aigrie Laura en écoutant attentivement le nouveau président, ses inquiétudes se dissipent, et elle-même se laisse séduire.

Pourtant, c’est bien d’émancipation et d’ascension sociale dont il s’agit avec un prof de tennis qui rentre dans le cercle et deux domestiques qui prennent leur distance. Ce que Domingo raconte, c’est l’espoir porté par Lula. Si les dominants sont oisifs et névrosés, les dominés peuvent croire que le monde ne sera plus seulement à leurs « maîtres ». Quoique...
 
vincy

 
 
 
 

haut