Damien Chazelle retrouve Ryan Gosling pour un biopic bipolaire: First Man est à la fois un drame intime et un ballet spatial. Immersif dans les étoiles et intériorisé sur terre, le film démontre une ambition cinématographique à l'écart du formatage hollywoodien.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 5

 
Domingo


Brésil / 2018

10.10.2018
 



LAURA ET LULA





« Tu bandes mou ? »

Après Gabriel et la Montagne, Fellipe Barbosa revient dans un tout autre registre, la chronique familiale. Coréalisé avec son assistante habituelle, Clara Linhart, et toujours scénarisé par Lucas Paraizo, Domingo est un mélange de dimanche à la campagne, de week-end familial, et de portrait d’un Brésil en mutation.

Le film se déroule à cheval entre 2002 et 2003, au moment où Lula prend le pouvoir. 15 ans plus tard, on sait que c’est l’extrême-droite qui va s’emparer du Brésil. Mais ce qui intéresse Barbosa et Linhart est ailleurs. C’est le tableau, un peu grossier, d’un pays où le fossé entre les classes semble toujours béant.

Si le scénario est facile, manquant de relief, se complaisant dans des scènes déjà vues ou prévisibles, le film a le mérite de montrer le racisme social (qui est souvent lié à la couleur de peau, hélas) de la part des dominants. Ici, la « mamie » Laura, qui aimerait que tout soit comme avant (c’est tellement mieux, on était tellement plus heureux). Femme de la classe moyenne supérieure (se prenant pour une milliardaire aristocrate), elle n’a aucun scrupule à jouer les esclavagistes, les despotes et à acheter l’affection de ses descendants.

Ceux-ci, assez banals, souffrent d’une écriture assez simpliste. Hormis quelques scènes où les uns et les autres, chez les adultes, brillent, les séquences collectives noient vite leur individualité et les rendent stéréotypés. Les jeunes s’en sortent mieux, avec leur apprentissage de la sexualité et du genre. C’est d’ailleurs les personnages les plus intéressants dans ce film où les adultes semblent inconscients ou insouciants.

On comprend vite, c’est un peu didactique, que ce collectif se divise entre pro-Lula (ami du peuple) et opposants (ou inquiets). Même si, finalement, rien ne change pour personne : ce que saisit l’aigrie Laura en écoutant attentivement le nouveau président, ses inquiétudes se dissipent, et elle-même se laisse séduire.

Pourtant, c’est bien d’émancipation et d’ascension sociale dont il s’agit avec un prof de tennis qui rentre dans le cercle et deux domestiques qui prennent leur distance. Ce que Domingo raconte, c’est l’espoir porté par Lula. Si les dominants sont oisifs et névrosés, les dominés peuvent croire que le monde ne sera plus seulement à leurs « maîtres ». Quoique...
 
vincy

 
 
 
 

haut