M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
My Lady (The Children Act)


Royaume Uni / 2017

01.08.2018
 



FEMME D’HONNEUR





« Sa vie sera plus importante que sa dignité. »

Si en anglais, le film porte le titre du roman de Ian McEwan dont il est inspiré, The Children Act, en français, il est sobrement intitulé My Lady, titre du poste de cette juge chargée d’affaires délicates touchant à la religion, la société, la politique et l’éthique. Une fois n’est pas coutume, le titre français est plus juste tant le film se focalise sur ce personnage incarné par Emma Thompson, tant le film est celui d’Emma Thompson.

Rares sont les comédiens/comédiennes qui vampirisent à tel point une œuvre au point de ne voir qu’eux et d’en oublier la mise en scène et même le scénario. C’est d’autant plus remarquable ici que la réalisation de Richard Eyre est élégante et sobre et le scénario de Ian McEwan sans anicroches. Sans oublier les autres acteurs - Stanley Tucci en mari délaissé, Jason Watkins en greffier dévoué et Fionn Whitehead en adolescent troublant et troublé – qui réussissent à exister face à elle avec brio.

Mais on ne retient que Dame Emma. Elle est cette femme dévorée par son travail, déterminée à le faire le mieux possible contre vents et marées, déchirée par l’adultère de son époux, désirée par ce jeune homme qu’elle a sauvé d’une mort certaine grâce au fameux Children Act, contre la volonté de ses parents et de leur religion (ils sont témoins de Jéhovah).

Si My Lady pose de vraies questions sur la justice, la foi, l’humain, bref ce fameux conflit entre religion et science, entre fatalité et humanité, entre vie et mort, entre morale et loi, le tout dans un ordre bien construit, il oppose surtout l’obscurantisme d’êtres faibles à la lumière éclairante d’une femme forte. Le film déroule son argumentaire dialectique sans didactisme.

Même si on comprend bien le parti pris initial – grâce à un cours mené par Tucci – que la religion a enfermé l’esprit occidental, le scénario fait bien comprendre que rien n’est si simple, arbitraire. Le débat rhétorique et judiciaire est une chose : la vie, les émotions, l’humain en est une autre.

Ainsi, la juge, autorité suprême qui a droit de vie ou de mort sur des cas de conscience épouvantables, se voit répliquer par un jeune mourant, qui, par sa foi, ne doit pas être transfusé quitte à en mourir, ne doit pas se masturber ou ne doit pas être homosexuel : « vous ne savez pas ce que c’est que de se soumettre à une autorité supérieure ».

La Lady vs Dieu. Tout un débat. La critique de la secte est explicite. Tel un thriller, le film va s’attacher à montrer que tout est plus compliqué à vivre : le manque d’affection peut-être un virus terrible qui mène aux frontières de l’immoralité ou de l’injustice. On se laisse ainsi emporter dans les tourments de cette Juge, qui ne culpabilise jamais en apparence, mais qui se responsabilise toujours, inflexible et vulnérable à fois. Fiona, surnommée Fi (comme Phi, soit la sagesse en grec), apparaît moins raisonnable qu’elle n’en a l’air. Emma Thompson joue la moindre nuance de son tempérament, de ses sentiments, de ses contradictions. C’est d’ailleurs grâce à elle et à un final qui la laisse désemparée que l’émotion nous gagne si facilement dans l’épilogue.

La vie n’est pas un procès. Elle ne repose pas sur une Loi écrite, froide et tranchante. Elle n’est pas une interprétation de cette Loi au gré des circonstances ou des croyances. Toute Lady qu’elle soit, elle voit bien qu’il y a cette zone floue où l’incertain, l’irrationnel, et l’indécision prennent le dessus. Emma Thompson en est l’incarnation majestueuse en guidant cette histoire qui nous laisse trouver notre propre réponse à toutes ces questions.
 
vincy

 
 
 
 

haut