Grand prix Nespresso de la Semaine de la critique Diamantino est un film aussi absurde que déjanté sur une star du ballon rond dont la vie comme la libido vont être bouleversées. Farfelu et iconoclaste, ce délire est bien plus profond qu'on ne le croit, abordant tous les sujets de société qui fâchent.



Assassination Nation
Astérix - Le secret de la potion magique
Back to School
Cassandro, the Exotico!
Champ de batailles
L'exorcisme de Hannah Grace
La veillée
Le sous-bois des insensés
Les Confins du monde
Leto
Ma mère est folle
Marche ou crève
Monsieur
Paddy, la petite souris
Pig
Pupille
What you gonna do when the world's on fire?



A Star is Born
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North
Carmen et Lola
Chien de garde
Festen
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi
Diamantino
Les Veuves



Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible
8, avenue Lénine
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Amanda
Les filles du soleil
Yomeddine
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 11

 
Rampage - Hors de contrôle (Rampage)


USA / 2018

02.05.2018
 



ALERTE À CHICAGO !





« - C’est bizarre que tu préfères les animaux aux hommes.
- Ils me comprennent.
»

On va être aussi fast que furious pour évoquer ce produit de grande consommation, aussi gras que sucré. Film-catastrophe avec des monstres, sous-produit de Jurassic Park 2, Rampage se nourrit aussi bien de Godzilla (expérience génétique malheureuse), de King Kong (on remplace juste le gratte-ciel de Manhattan par la plus haute tour de Chicago) et de Pacific Rim (ou tout autre film irréel qui oppose armée, humains et gros monstres tout en dévastant une métropole comme un gamin détruit son château de sable).

Autrement dit, rien de singulier ni même d’innovant. Malgré un prologue sous tension, on comprend vite que l’idée n’est pas de nous épater mais de nous gaver. Le film se précipite ainsi vers son final attendu sans se soucier de distiller un zeste de suspens ou un twist dans le récit.

A l’image du prologue, on fait monter la sauce (façon Alien), mais tout se termine de manière très rapide. Brad Peyton ne prend jamais la peine d’installer une séquence ou d’imaginer des rebondissements imprévus.

Le scénario n’est pas aidé par la multitude de vannes plates, des personnages basiques dont la seule fonction est liée à leur job, et dépourvus d’un milligramme de psychologie. Tout se résume à un affrontement entre le lobby militaro-scientifico-capitaliste (l’armée est du bon côté pourtant, mais elle ne comprend rien) contre une poignée d’individus un peu écolos, servant l’intérêt général et désobéissant à tout.

Entre GI Joe et La Tour infernale, le film ne choisit pas. Avec un cousin albinos de King-Kong, un loup gigantesque et un reptile-dino en guest-star (on ne nous le révèle qu'au deux tiers du film), on balaie d’un revers (de queue) toutes les incohérences pour arriver, in fine, à la défaite (burlesque) des méchants (les odieux ont osé maltraiter des bêtes qui n’ont rien demandé).

Comme dans un jeu vidéo, rien n’est crédible ou réaliste. Certains effets spéciaux sont assez visibles. Tout manque de subtilité et de vraisemblance. Même la souffrance semble inexistante. Le pire est à venir : les scénaristes offrent sur un plateau de bons sentiments un happy end (mal écrit) où Dwayne Johnson réussit à sourire en lançant un « Merci d’avoir sauvé le monde » sans ironie.
 
vincy

 
 
 
 

haut