Premier film "américain" de Mélanie Laurent, Galveston est un mélo noir, où l'humanité l'emporte sur la violence, où la nature est dominante et où la justice est défaillante. Mérite le détour.



Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
Grande-Synthe
Impulso
Johnny English contre-attaque
L'amour flou
La mort du Dieu serpent
La particule humaine
Le rat scélérat
Lindy Lou, jurée n°2
RBG
Tazzeka
Terra Franca
Venom
Voyez comme on danse



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss



The Guilty
Hôtel Transylvanie 3: Des vacances monstrueuses
Le monde est à toi
Mission: Impossible - Fallout
Silent Voice
Under the Silver Lake
Bonhomme
Burning
Miracle à Santa-Anna
Shéhérazade
Harry Potter L'école des sorciers
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 7

 
Rampage - Hors de contrôle (Rampage)


USA / 2018

02.05.2018
 



ALERTE À CHICAGO !





« - C’est bizarre que tu préfères les animaux aux hommes.
- Ils me comprennent.
»

On va être aussi fast que furious pour évoquer ce produit de grande consommation, aussi gras que sucré. Film-catastrophe avec des monstres, sous-produit de Jurassic Park 2, Rampage se nourrit aussi bien de Godzilla (expérience génétique malheureuse), de King Kong (on remplace juste le gratte-ciel de Manhattan par la plus haute tour de Chicago) et de Pacific Rim (ou tout autre film irréel qui oppose armée, humains et gros monstres tout en dévastant une métropole comme un gamin détruit son château de sable).

Autrement dit, rien de singulier ni même d’innovant. Malgré un prologue sous tension, on comprend vite que l’idée n’est pas de nous épater mais de nous gaver. Le film se précipite ainsi vers son final attendu sans se soucier de distiller un zeste de suspens ou un twist dans le récit.

A l’image du prologue, on fait monter la sauce (façon Alien), mais tout se termine de manière très rapide. Brad Peyton ne prend jamais la peine d’installer une séquence ou d’imaginer des rebondissements imprévus.

Le scénario n’est pas aidé par la multitude de vannes plates, des personnages basiques dont la seule fonction est liée à leur job, et dépourvus d’un milligramme de psychologie. Tout se résume à un affrontement entre le lobby militaro-scientifico-capitaliste (l’armée est du bon côté pourtant, mais elle ne comprend rien) contre une poignée d’individus un peu écolos, servant l’intérêt général et désobéissant à tout.

Entre GI Joe et La Tour infernale, le film ne choisit pas. Avec un cousin albinos de King-Kong, un loup gigantesque et un reptile-dino en guest-star (on ne nous le révèle qu'au deux tiers du film), on balaie d’un revers (de queue) toutes les incohérences pour arriver, in fine, à la défaite (burlesque) des méchants (les odieux ont osé maltraiter des bêtes qui n’ont rien demandé).

Comme dans un jeu vidéo, rien n’est crédible ou réaliste. Certains effets spéciaux sont assez visibles. Tout manque de subtilité et de vraisemblance. Même la souffrance semble inexistante. Le pire est à venir : les scénaristes offrent sur un plateau de bons sentiments un happy end (mal écrit) où Dwayne Johnson réussit à sourire en lançant un « Merci d’avoir sauvé le monde » sans ironie.
 
vincy

 
 
 
 

haut