J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



After : Chapitre 1
Alpha - The Right to Kill
Avengers: Endgame
Duelles
El Reino
Fanin hier, aujourd'hui
Just a Gigolo
L'époque
La Camarista
La malédiction de la dame blanche
La princesse des glaces
Le cercle des petits philosophes
Liz et l'oiseau bleu
Menocchio
Monsieur Link
Première campagne
Raoul Taburin
Seule à mon mariage
Working Woman



Green Book: sur les routes du sud
Une intime conviction
La Favorite
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
L'échappée belle (The Leisure Seeker)


Italie / 2017

03.01.2018
 



TENDRES PASSIONS





«- Va au Diable !
- Ça tombe bien, on y va ensemble !
»

Paolo Virzi continue de scruter la folie ordinaire des hommes, et une fois de plus sous la forme d’un road-movie. Si L’échappée belle est moins convaincant que ses précédents films c’est peut-être aussi parce qu’il change de territoire, passant de son Italie à l’Amérique et ses vastes étendues. On comprend très vite ce qui l’a attiré dans ce projet, outre le fait de diriger deux monstres sacrés du cinéma, Helen Mirren et Donald Sutherland. Le cinéaste aime la liberté, l’anti-conformisme, les personnages qui se jouent des conventions pour tracer leur propre route, quitte à être hors des sentiers battus au grand désespoir de leur entourage, souvent terriblement conventionnel pour ne pas dire conservateur.

Et c’est ce qu’il y a d’intéressant dans L’échappée belle : tourné en pleine campagne électorale où Donald Trump affrontait Hillary Clinton, le réalisateur a inséré cette période passionnelle et politique dans son film, montrant une Amérique qui a oublié sa littérature et les séances diapos.

A contrario, le vieux couple s’offre une virée finale. L’épouse est atteinte d’un cancer généralisé, l’époux de la maladie d’Alzheimer. Ensemble, ils vont s’offrir un dernier voyage avant le grand voyage, se rappelant leur vie, et assumant leur choix égoïste. Ce duo érudit, attendrissant, humain révèle une époque révolue, celle où un professeur était une demi-divinité, où Hemingway était un culte, où les vacances en camping-car était l’occasion de découvrir l’Histoire d’un pays.

Dans ce couple, la femme porte la culotte. La vieillesse est peut-être un naufrage, mais le radeau, L’échappée belle, vieux camping-car comme on n’en fait plus, tient bon. Mais tenir un road-movie sur la longueur nécessite un scénario un peu singulier, ou au moins rythmé.

Escales prévisibles

Or, ici, le film enchaîne des étapes convenues, des rebondissements peu palpitants et se traîne parfois dans une mélancolie et une nostalgie sans folie.

Ce qui ne retire rien au ton caustique du film ni à la délicieuse ironie des dialogues. C’est même parfois franchement drôle. Et certaines séquences ne manquent pas de poésie. Dans cette recherche des souvenirs perdus, la liberté semble le seul médicament contre la souffrance et la déchéance. Le vieil homme et la mère séduisent surtout par l’amour qui transpire de leur relation ancestrale, fusionnelle, évidente.

Si Virzi a oublié, en traversant l’Atlantique, la couleur des sentiments excessifs, il a su porter un regard juste sur le 4e âge, si rarement filmé dans les films populaires. L’épilogue sera moins poignant qu’attendu parce qu’il est la conclusion logique de ce récit. Mais l’ensemble du final, à partir d’une crise de nerf anthologique d’une Helen Mirren « over the top », montre que le cinéaste excelle quand il s’agit de passer de la fracture (à travers un acte dingue) à la réconciliation (car l’humain l’emporte surtout par amour).

Ainsi, sans être trop correct, le film demeure révérencieux. Mais le réalisateur signe un film touchant sur le libre arbitre avec deux personnages dignes jusque dans leur cercueil sur roues.
 
vincy

 
 
 
 

haut