Grand prix Nespresso de la Semaine de la critique Diamantino est un film aussi absurde que déjanté sur une star du ballon rond dont la vie comme la libido vont être bouleversées. Farfelu et iconoclaste, ce délire est bien plus profond qu'on ne le croit, abordant tous les sujets de société qui fâchent.



Assassination Nation
Astérix - Le secret de la potion magique
Back to School
Cassandro, the Exotico!
Champ de batailles
L'exorcisme de Hannah Grace
La veillée
Le sous-bois des insensés
Les Confins du monde
Leto
Ma mère est folle
Marche ou crève
Monsieur
Paddy, la petite souris
Pig
Pupille
What you gonna do when the world's on fire?



A Star is Born
Un 22 juillet
Yéti & Compagnie
Le grand bain
En liberté !
The Spy Gone North
Carmen et Lola
Chien de garde
Festen
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi
Diamantino
Les Veuves



Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Bohemian Rhapsody
Breathe
Chacun pour tous
Cold War
Jean-Christophe & Winnie
Quién te cantará
Silvio et les autres
Ta mort en shorts
Touch Me Not
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible
8, avenue Lénine
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Amanda
Les filles du soleil
Yomeddine
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
L'échappée belle (The Leisure Seeker)


Italie / 2017

03.01.2018
 



TENDRES PASSIONS





«- Va au Diable !
- Ça tombe bien, on y va ensemble !
»

Paolo Virzi continue de scruter la folie ordinaire des hommes, et une fois de plus sous la forme d’un road-movie. Si L’échappée belle est moins convaincant que ses précédents films c’est peut-être aussi parce qu’il change de territoire, passant de son Italie à l’Amérique et ses vastes étendues. On comprend très vite ce qui l’a attiré dans ce projet, outre le fait de diriger deux monstres sacrés du cinéma, Helen Mirren et Donald Sutherland. Le cinéaste aime la liberté, l’anti-conformisme, les personnages qui se jouent des conventions pour tracer leur propre route, quitte à être hors des sentiers battus au grand désespoir de leur entourage, souvent terriblement conventionnel pour ne pas dire conservateur.

Et c’est ce qu’il y a d’intéressant dans L’échappée belle : tourné en pleine campagne électorale où Donald Trump affrontait Hillary Clinton, le réalisateur a inséré cette période passionnelle et politique dans son film, montrant une Amérique qui a oublié sa littérature et les séances diapos.

A contrario, le vieux couple s’offre une virée finale. L’épouse est atteinte d’un cancer généralisé, l’époux de la maladie d’Alzheimer. Ensemble, ils vont s’offrir un dernier voyage avant le grand voyage, se rappelant leur vie, et assumant leur choix égoïste. Ce duo érudit, attendrissant, humain révèle une époque révolue, celle où un professeur était une demi-divinité, où Hemingway était un culte, où les vacances en camping-car était l’occasion de découvrir l’Histoire d’un pays.

Dans ce couple, la femme porte la culotte. La vieillesse est peut-être un naufrage, mais le radeau, L’échappée belle, vieux camping-car comme on n’en fait plus, tient bon. Mais tenir un road-movie sur la longueur nécessite un scénario un peu singulier, ou au moins rythmé.

Escales prévisibles

Or, ici, le film enchaîne des étapes convenues, des rebondissements peu palpitants et se traîne parfois dans une mélancolie et une nostalgie sans folie.

Ce qui ne retire rien au ton caustique du film ni à la délicieuse ironie des dialogues. C’est même parfois franchement drôle. Et certaines séquences ne manquent pas de poésie. Dans cette recherche des souvenirs perdus, la liberté semble le seul médicament contre la souffrance et la déchéance. Le vieil homme et la mère séduisent surtout par l’amour qui transpire de leur relation ancestrale, fusionnelle, évidente.

Si Virzi a oublié, en traversant l’Atlantique, la couleur des sentiments excessifs, il a su porter un regard juste sur le 4e âge, si rarement filmé dans les films populaires. L’épilogue sera moins poignant qu’attendu parce qu’il est la conclusion logique de ce récit. Mais l’ensemble du final, à partir d’une crise de nerf anthologique d’une Helen Mirren « over the top », montre que le cinéaste excelle quand il s’agit de passer de la fracture (à travers un acte dingue) à la réconciliation (car l’humain l’emporte surtout par amour).

Ainsi, sans être trop correct, le film demeure révérencieux. Mais le réalisateur signe un film touchant sur le libre arbitre avec deux personnages dignes jusque dans leur cercueil sur roues.
 
vincy

 
 
 
 

haut