M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 19

 
Jalouse


France / 2017

08.11.2017
 



DEPRESSION ORAGEUSE





Les frères Foenkinos, l’écrivain David et le casteur Stéphane, poursuivent leur étude cinématographique de femmes au bord de l’abime. Après le deuil dans La délicatesse, ils explorent la dépression dans Jalouse. Le principe est à peu près similaire : une femme cérébrale, oubliant ses émotions, rejetant son corps, est confrontée à une souffrance intime suite à un événement (la mort de son fiancé dans le premier, les 18 ans et la jeunesse insolente de sa fille dans le deuxième). Femme au bord de la crise de nerfs qui, ici, part en vrille en devenant aigrie, envieuse, sans filtre, et s’isole ainsi de ses proches qui ne la comprennent plus.

Jalouse raconte la période de « transit » d’une mère possessive, d’une ex remplacée, d’une prof passionnée, d’une quinquagénaire pré-ménopausée, d’une femme seule qui doit passer le cap, lâcher du lest, vivre pour elle et non plus en fonction des autres. Le parcours est assez classique. Karin Viard connaît d’ailleurs très bien ses classiques aussi puisqu’elle est en roue libre du début à la fin pour assurer le spectacle. Parfois, le jeu est visible, mais à certains moments, l’actrice fend l’armure et l’image, nous touchant droit au cœur, notamment quand son personnage réveille ses failles intérieures.

Le scénario, bien écrit mais sans surprise, parvient à maintenir son fragile équilibre entre humour et émotion, mélo et comédie. On retrouve la « délicatesse » et la légèreté propres à l’écriture des deux frères. Même si la mise en scène était bien mieux inspirée dans leur premier film, même si Paris y est assez moche, et même si la dramaturgie du récit reste assez convenue, Jalouse s’avère divertissant et plaisant.

Car les Foenkinos ont assurément un savoir-faire et un joli style dans l’écriture. Les répliques fusent avec jouissance quand la méchanceté, la mesquinerie ou la vacherie sont au rendez-vous des dialogues. Cela offre de beaux moments entre comédiens, qui se régalent visiblement à jouer la palette de mots offerte.
Avec un rôle qui rappellera celui de Yolande dans Un air de Famille, Marie-Julie Baup surclasse l’ensemble du casting, avec un premier degré qui déclenche les rires et qui désamorce les crises. Si chacun fait face à un réel complexe, dont les moments les plus intéressants sont hélas survolés (la relation entre Nathalie et ses élèves, son rapport à la mort, ou encore les deux couples qui l’entourent), ce personnage secondaire mais essentiel brille comme une pierre précieuse par sa sincérité loin de tout péché.

C’est sans doute elle qu’on envie le plus au sein de ce clan où l’amertume et la désillusion produisent de la colère, impuissante face au temps qui passe.
 
EN

 
 
 
 

haut