Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 31

 
Les figures de l'ombre (Hidden Figures)


USA / 2016

08.03.2017
 



LES CONQUÊTES





"Egalité des droits : j'ai le droit de savourer toutes les couleurs !"

Dans les années 60, dans le contexte de la guerre froide, la rivalité était forte entre les Etats-Unis et l'URSS. A la NASA, tout était mis en oeuvre pour que les Américains puissent devancer les soviétiques dans la course à l'espace. Tous les talents étaient sollicités: femmes, hommes, blancs, noirs. Pourtant, tout le monde n'était pas logé à la même enseigne. La ségrégation était de mise, et même considérée comme normale. Des toilettes étaient réservées aux noirs, et d'autres aux blancs au sein même de l’agence spatiale américaine. Trois mathématiciennes afro-américaines vont se dresser contre les discriminations dont elles font l'objet.

Après St. Vincent, Les figures de l'ombre est le deuxième long-métrage de Theodore Melfi. Le film est inspiré du livre Hidden Figures de Margot Lee Shetterley. L’écriture du scénario a été confiée à Allison Schroeder, qui connaît bien la NASA pour y avoir été stagiaire. Quant à la musique, elle a notamment été composée par Pharrell Williams, bien connu pour son tube Happy< (chanson originale du film d'animation Moi, moche et méchant 2).

Le casting est excellent, avec trois actrices très crédibles dans leurs rôles d’Afro-américaines ultra-déterminées. Tarah P. Henson, déjà vue dans L'étrange histoire de Benjamin Button, incarne la brillante mathématicienne Katherine Johnson. Octavia Spencer (Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle en 2012 pour La Couleur des sentiments) interprète Dorothy Vaughan, qui va devenir la première superviseuse noire de la NASA. Et Janelle Monae, connue jusqu'ici pour ses talents de chanteuse, fait des débuts prometteurs au cinéma dans le rôle de Mary Jackson. Janelle Monae a aussi un petit rôle dans Moonlight, qui vient de rafler l'Oscar du meilleur film. Le reste de la distribution est au diapason, avec notamment Kevin Costner et Kirsten Dunst. Enfin, les décors et les costumes, très soignés, contribuent à nous replonger dans les Etats-Unis des années 60.

Le film est rythmé, et on suit avec beaucoup d'intérêt le destin croisé de ces trois femmes, tant sur le plan professionnel que personnel. Elles sont solidaires les unes des autres, et l'adversité les amène à se serrer les coudes. Les figures de l'ombre est ainsi une réussite, avec un scénario bien ficelé racontant la lutte d'un groupe de femmes contre les préjugés, sur fond de conquête spatiale. Leurs calculs ont été déterminants pour la mission qui a permis à John Glenn de devenir le premier Américain à accomplir un vol orbital autour de la Terre en 1962. Si le film est un brin manichéen, il est émouvant, parfois drôle, et cette histoire est la bienvenue dans une période où les différences sont souvent source de conflits.
 
Pierre-Yves Roger

 
 
 
 

haut