Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 35

 
Les innocentes


France / 2015

10.02.2016
 



LE SECRET DES VIERGES






"Et aucune d'elles n'a perdu la foi?"

1945, une jeune médecin va être le témoin de l'horreur de la guerre en plein couvent. Anne Fontaine explore un fait historique à travers un huis clos où le gris domine : les âmes, abimées par l’horreur de la guerre, les pierres d’un couvent froid comme l’hiver, le ciel polonais, plombé.
L'esprit transgressif du scénario le fait jongler entre la foi sans failles, la honte et l'horreur de l'homme et de la guerre. En adoptant un regard de compassion, sans jugement sur ces femmes bafouées, enfermées avec leur secret pour éviter le qu'en dira-t-on - mais ne dit-on pas que Dieu Seul est juge? - la réalisatrice continue de revendiquer un cinéma humaniste et féministe. Liberté pour toutes celles qui doivent affronter les préjugés et survivre aux atrocités. Ces bonnes sœurs aveuglées par la honte d'un acte inavouable tentent de se noyer dans la prière (en larmes) tout en acceptant l'inacceptable.

"Femmes malades, s'il vous plaît!" Des femmes malades, voilà comment qualifie l'une des sœurs l'état dans lequel se trouvent ses camarades. Derrière ces grossesses honteuses ne serait-ce pas le poids du secret qui serait la véritable maladie, cancer qui ronge les consciences des victimes plutôt que de culpabiliser les bourreaux, moralistes ou tout simplement mâles insouciants ?

Ce drame bouleversant nous plonge avec douceur et délicatesse dans l'enfer personnel de ces femmes à l'innocence perdue. Les interprètes (Lou de Laâge, sublime de retenue) donnent chair à leurs naissances, leur renaissance, et leurs démons intérieurs. Car Les innocentes est un plaisir douloureux à regarder. La sensibilité de la cinéaste transpire dans cette histoire conflictuelle (contre les hommes, entre femmes, face à Dieu, sous l’emprise de la religion). Si cela manque un peu de passion, c’est sans doute que le récit est un peu trop attendu, un peu trop lissé. Mais il reste ce sentiment intense qu’il faut savoir croire en son prochain.
 
cynthia

 
 
 
 

haut