Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 60

 
Creed: L'héritage de Rocky Balboa (Creed)


USA / 2015

13.01.2016
 



DES COUPS DE POING DANS LE MUR






"Je me suis toujours battu...j'ai pas eu le choix!"

Ryan Coogler (Fruitvale Station et prochainement Black Panther pour Marvel) ressuscite le mythe de Rocky sans mettre une seule fois ce dernier sur un ring, préférant miser sur le jeune Michael B Jordan. Le jréalisateur n'a pas tort puisque son acteur a du talent en plus de savoir exhiber ses muscles saillants, mais cela suffit-il réellement à emballer les spectateurs? A parti d'un vieux pot, même avec un chef inventif, peut-on faire une meilleure soupe?

40 ans après l'avènement de Rocky, naissance d'un double mythe - le boxeur fictif qui se déclinera en franchise et Sylvester Stallone qui se transformera en star -, quatre décennies où la boxe a été surexploitée sur le grand écran (et souvent en nous faisant croire qu'un blanc bec pouvait mettre k.o. un afro-américain), nous revoici sur le ring. Effet de miroir, la nostalgie de ce vieux héros (Stallone est là pour faire le lien) donne une patine vintage plutôt savoureuse à un film très dans l'air du temps.

Si les intentions initiales étaient bonnes, le résultat final est bancal. Entre personnages légèrement stéréotypés - tel notre héros qui passe son temps à se battre car il a ça dans le sang (si son père était fermier il aurait élevé des vaches en plein Brooklyn?), sa petite amie (joliment interprétée par Tessa Thompson) au look d'Alicia Keys qui pousse la chansonnette et une scène au cimetière pour voir papa - et séquences clichés, l'oeuvre est dénaturée de toute originalité. Il faut la rage de Creed pour surmonter la facilité du scénario, à savoir un respect trop cérémonial au scénario hollywoodien, avec l'ascension en trois actes, et un certain sens du spectacle, plus immersif que passif.

Car les matchs sent intenses et titillent nos rétines, les acteurs sont impeccables et la mise en scène efficace. Mais c'est la nostalgie qui prend souvent le dessus, avec une romance à l'ancienne, une musique hommage au thème de Rocky, et Stallone en petit vieux rital touchant et attendrissant. Ça a son charme. Mais la soupe manque d'épices pour être tout à fait inoubliable. On est davantage dans une madeleine de Proust, avec, en arrière plan, un contexte plus social (les injustices, la discrimination), mais qui n'est jamais original. Il n'y a presque pas de surprise hormis cet étrange arrière-goût velouté: Rocky n'est pas mort, et ce personnage d'un autre temps survit à tout (les seventies, la guerre froide, le hip hop, l'âge canonique de son créateur). Qui aurait pu croire que ce héros oscarisé en pleine vague du nouveau cinéma américain, devenu star de blockbuster, allait s'offrir une deuxième jeunesse en 2015? Creed est avant tout un film hommage et, comme Star Wars, puise dans un univers peuplés d'icônes d'un autre temps. De la bonne soupe de grand mère, avec des ingrédients bio.
 
Cynthia

 
 
 
 

haut