Premier film "américain" de Mélanie Laurent, Galveston est un mélo noir, où l'humanité l'emporte sur la violence, où la nature est dominante et où la justice est défaillante. Mérite le détour.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
22 Jump Street


USA / 2014

27.08.2014
 



Y A-T’IL DEUX FLICS POUR SAUVER UN POULPE ?





«- Tu me dois une Lamborghini, salope !»

Tout est question d’équilibre : le Yin, le Yang. Le beau gosse, le bon gros, le boulet cérébral et le boulet à gros bras. Les complices Channing Tatum et Jonah Hill refont équipe dans cette suite de 21 Jump Street. Comme c’est si bien dit, « personne ne s’attendait à ce que Jump Street soit relancé, mais vous avez eu de la chance : le budget est doublé ». Alors ils s’amusent ouvertement. Deux tocards assez délirants qui pourraient faire des étincelles si le scénario n’était pas si convenu, pour ne pas dire un peu faible. C’est dommageable car il y a de bons gags et les personnages, principaux comme secondaires, nous régalent avec leurs défauts.

Puisque le QG a déménagé sur l’autre trottoir, au 22 Jump Street, il fallait « upgrader » toute l’histoire. On passe du lycée à la fac, dans le pur style américain (il suffit de revoir Monstres Academy de Pixar). Mais globalement, rien ne change. D’ailleurs, c’est dans le cahier des charges de leur boss : « faites comme la dernière fois, tout le monde sera content ».

Il n’y a donc rien de spectaculaire. Les vieilles recettes font les meilleures scènes. Le film se laisse aller à suivre les deux comédiens, qui excellent dans l’auto-dérision. Leur alchimie « fraternelle » et tendancieuse fonctionne parfaitement. Les scénaristes ont imaginé quelques joyeuses scènes burlesques (l’attaque du poulpe reste la meilleure), un humour décalé, voire une mise en abîmes des comédies policières avec poursuites absurdes, combats tocs et espionnage de pacotille. On est plus proche d’un Zucker Abraham Zucker que d’un Arme Fatale dérivé. De toute façon, la petite trentaine, infiltrés à la fac, ces flics ont déjà « passé l’âge de ces conneries ». Ils en font du coup un peu trop pour exploiter une scène jusqu’à la moelle. Mais Jonah Hill est réellement attendrissant en gamin blessé, paumé, complexé et inadapté. Et Channing Tatum lui rend bien le change en frimeur manquant de reconnaissance.

Cependant, à trop se reposer sur le duo, compères ou paire con, le film en oublie d’avoir un fil conducteur palpitant. Plus farceur qu’aventureux, 22 Jump Street devient presque potache. Graveleux, avec des sous entendus crypto-gays, moqueur (les bibliothèques, ce lieu inutile et idéal pour un trafic de drogue), la comédie s’aventure davantage vers le cartoon où les losers sont indestructibles et les winners juste chanceux.

Ainsi, malgré son rythme inégal, ses tonalités trop changeantes pour donner une œuvre véritablement consistante, son récit facile (et prévisible), cette « gross comédy » charme car la relation entre les deux flics ratés est attachante. Le film tend d’ailleurs un miroir à nos doubles, qui sont pourtant autre : frères jumeaux, faux frères, père et fille (côté gentils et côté méchants). La dualité est partout : complémentaire ou illusoire.

Le plus drôle reste quand même le générique final qui imagine, séquences et posters à l’appui, les suites de cette franchise : 23 Jump Street, 24 Jump Street, … 30 Jump Street, 31 Jump Street, etc… On sait déjà qu’ils iront à la fac de médecine, à l’école vétérinaire, dans des cours de cuisine, dans des échanges linguistiques, dans une académie militaire, chez les pompiers. Cet enchaînement hilarant se rit d’Hollywood: quelques problèmes de contrats produisent des changements (provisoires) de casting.

Ce mauvais esprit aurait mérité d’être constant dans le film. A défaut, un 23 Jump Street (on leur proposera des ponts d’or vu le succès du film) pourrait avoir lieu dans un studio hollywoodien. Pour le coup, la satire serait cohérente.
 
vincy

 
 
 
 

haut