J'veux du soleil pointe ses caméras sur les rond-points, pour écouter les "gilets jaunes" ou plutôt la classe moyenne occidentale de plus en plus précarisée. Un instantané d'une époque pour lutter contre la misère.



After : Chapitre 1
Alpha - The Right to Kill
Duelles
El Reino
Fanin hier, aujourd'hui
Just a Gigolo
L'époque
La Camarista
La malédiction de la dame blanche
La princesse des glaces
Le cercle des petits philosophes
Liz et l'oiseau bleu
Menocchio
Monsieur Link
Première campagne
Raoul Taburin
Seule à mon mariage
Working Woman



Green Book: sur les routes du sud
Une intime conviction
La Favorite
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals
M
Us
Boy Erased
C'est ça l'amour
Sergio et Sergeï
Synonymes
J'veux du soleil



Grâce à Dieu
Le Chant du loup
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie
Entre les roseaux
Sunset
Companeros
Dumbo
Los silencios
La Lutte des classes
Shazam!
Tel Aviv on Fire
Terra Willy, planète inconnue
Tito et les oiseaux
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
Dallas Buyers Club


USA / 2013

29.01.2014
 



LA MORT AUX TROUSSES





"Je dois porter plainte contre l’hôpital pour être soigné ?"

A travers l’histoire vraie de Ron Woodroof, le réalisateur Jean-Marc Vallée (C.R.A.Z.Y., Café de flore) ne raconte pas seulement l’évolution spectaculaire d’un homme (électricien macho et homophobe, il devint incollable sur le virus du SIDA et les effets des traitements disponibles, et fut amené à intégrer la communauté homosexuelle de la ville), mais relate également les années sombres de la maladie, une époque où les préjugés, la désinformation et l’absence de traitements efficaces allaient de paire avec une mort imminente et certaine.

Plus que le biopic lui-même, c’est cette facette du film qui fascine. On y découvre la genèse des traitements contre le SIDA et surtout le scandale autour de la FDA (agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) qui avait intérêt à promouvoir l’AZT au détriment d’autres types de traitements alternatifs. Le combat à l’originel personnel de Woodroof passe alors de simple réflexe de survie à un bras de fer symbolique et déterminé entre les malades du SIDA et une administration toute puissante. La création du "club privé" où sont distribués les médicaments non autorisés par la FDA, représentatif de nombreuses initiatives qui virent le jour dans tout le pays à la même période, est ainsi le pilier du film, auquel il donne son titre.

La grande force de Jean-Marc Vallée est de respecter l’ambiguïté de son personnage qui, tout au long du film, oscille entre profiteur cynique et égoïste et salaud franchement antipathique. Pas facile de laisser un tel personnage porter tout un film sur ses épaules, mais le réalisateur dispose de deux atouts de choix. D’abord, l’acteur Matthew Mc Conaughey qui livre une interprétation remarquable, à la fois dans son apparence de malade atteint du SIDA (il a perdu plus de 20 kilos pour le rôle) et dans la manière dont il s’approprie les défauts de son personnage. Comme un taureau lancé à toute allure contre tous ceux qui lui font obstacle, avec une seule obsession : survivre.

Deuxième atout, le "complice" de Ron, Rayon, un toxicomane transgenre magistralement interprété par un Jared Leto absolument méconnaissable, et qui apporte beaucoup d’humour et d’humanité au film. La relation entre les deux hommes s’avère à la fois savoureuse (le sourire dépité de Ron traîné dans un club gay où les clients lui font de l’œil) et primordiale pour accompagner l’intrigue, mais aussi assez stéréotypée dans le rapport de force qu’elle induit entre les deux. Au mieux, on se dit que Ron traite Rayon de la même manière que ses conquêtes féminines : en bon vieux macho. Au pire, on remarque que les personnages homosexuels sont globalement peu à leur avantage dans le film. Peut-être les scénaristes se sont-ils tant inspirés des témoignages du véritable Ron Woodroof qu’ils ont finit par en adopter machinalement le point de vue manichéen ?

Quoi qu’il en soit, Dallas Buyers Club est une fresque assez saisissante, qui a le mérite de mettre en lumière un aspect de la lutte contre le SIDA souvent méconnu du grand public. Construit comme un décompte géant (les 30 premiers jours après l’annonce de la maladie, puis les jours, semaines et mois de sursis qui se succèdent), le film dégage un sentiment d’urgence qui rythme habilement le récit. Cela empêche parfois d’être dans le vécu des personnages (les sauts dans le temps limitent l’émotion et les épanchements) mais il s’en dégage ainsi une sincérité supplémentaire, paradoxalement plus bouleversante que les rebondissements convenus du récit.
 
MpM

 
 
 
 

haut