Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 22

 
Players (Runner Runner)


USA / 2013

25.09.2013
 



MAUVAISE MAIN

Le livre Bye Bye Bahia



A priori, le pitch de base pouvait être intéressant : l’élite de Princeton qui se laisse corrompre par l’enfer du jeu en ligne, vaste arnaque internationale organisée. Le crime financier comme mobile d’une enquête du FBI, ce n’est pas nouveau, mais cela change des simples truands. Ici point de Las Vegas comme décor, juste le Costa Rica, paradis judiciaire plus que fiscal. Et des ordinateurs qui régissent tout à distance.

Mais hélas le scénario de Players est paresseux, et le film mollasson. Après de multiples métaphores sur le risque que représente le vice du jeu, l’immoralité de notre civilisation cupide, et une vague devise qui relie l’échec, la chance et les incertitudes de la vie, nous voilà donc transportés dans une partie de poker menteur entre trois prédateurs.

La tricherie est à grande échelle. On n’y comprend pas grand chose au jargon, peu importe. Le Candide, pigeon qui va se transformer en Rastignac, doit ménager le flic pas si sympa et le requin vraiment salaud. Hélas aucun des trois n’est crédible. Justin Timberlake ressemble à un petit garçon dont les épaules ne sont pas assez larges pour une si grosse arnaque. Ben Affleck semble ronger son frein et manque d’ambigüité pour nous faire croire qu’il est malin. Anthony Mackie en fait trop, caricaturant le personnage du flic sous les tropiques. Sans oublier Gemma Arterton, femme fatale qui n’a rien de fatal.

Ils ne sont pas aidés : le film, court, ne s’embarrasse pas d'une quelconque psychologie, ni même d'une atmosphère pour mettre en relief leurs personnages. Le script est linéaire, mécanique, comme une copie scolaire correcte et sans singularité. A force, le spectateur a souvent un coup d’avance sur l’histoire. La fin n’arrangera rien, dénué de morale ou de cynisme. Juste un happy end sans profondeur. Bref, un vague divertissement, mis en scène sans originalité, à voir en vidéo un soir de disette.

Reste une très belle publicité touristique pour le Costa Rica – ses plages, ses fêtes, ses jolis villages. Espérons que la mise n’était pas trop importante pour les comédiens. Car pour le coup, Players ne leur rapportera rien.
 
vincy

 
 
 
 

haut