Avec Etre vivant et le savoir, Alain Cavalier montre que l'art rend hommage à l'art, que le cinéma peut être un hommage grâce à l'image. Dialogue incessant entre le réel des vivants et les souvenirs d'une morte, le film est d'une poésie sublime.



11 fois Fatima
Amazing Grace
Charlotte a 17 ans
Cyrano et la petite valise
Etre vivant et le savoir
Face au vent
Greta
L'autre continent
L'enseignante
Le chant de la couleuvre
Les Particules
Lucie, après moi le déluge
Lune de miel
Ma
Men in Black International
Palmyre
Parasite
Permaculture
Roxane
Salauds de pauvres
Sillages
Un havre de paix
X-Men: Dark Phoenix
Zombi Child



90's
Coming Out
Tremblements
Dieu existe, son nom est Petrunya
Drôles de cigognes
Les météorites
Petra
Douleur et Gloire
Tous les Dieux du ciel



Le garçon qui dompta le vent
Triple frontière
Dumbo
Blanche comme Neige
Le vent de la liberté
Les oiseaux de passage
Ray & Liz
The Highwaymen
Alpha - The Right to Kill
After : Chapitre 1
El Reino
Raoul Taburin
Liz et l'oiseau bleu
The Highwaymen
Avengers: Endgame
L'Adieu à la nuit
Gloria Bell
Coeurs ennemis
Jessica Forever
Hellboy
Les Crevettes pailletées
Le jeune Ahmed
Les plus belles années d’une vie
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Le huitième jour


Belgique / 1996


 



LE HEROS DE JACO





Les Néologistes du monde devront cuisiner de nouveaux mots pour définir "charmant" après avoir vu le Huitième Jour de Jaco Van Dormael, l'histoire d'un innocent affligé du syndrome de déficience mentale, qui apporte de la chaleur, de l'humanité et de la couleur dans la vie grise d'un homme d'affaires qui étouffent ses sentiments.
Pas assez cynique pour les cinémas d'art et d'essai, le film, par sa générosité aura sa place auprès d'un plus large public. Ici, et beaucoup plus que dans Toto le Héros, nous retrouvons les traces de l'ancien clown et directeur de théatre pour enfants, puisque Van Dormael invente en chansons et en moments d'exhubérance tout droit sortis d'une comédie musicale. Le film a ses mérites, et l'un d'entre eux est la performance extraordinaire de Pascal Duquenne.
L'histoire de deux mondes opposés est loin d'être originale, Le Huitième Jour est néanmoins une réussite technique considérable. Il impressionne avec son audace stylistique, son invention visuelle, son éblouissante utilisation des couleurs et sa variété d'émotion. Le vrai noyau du film est Duquenne. Son humour, son énergie, inévitables, sont communicatifs, et sa souffrance à chaque signe de rejet est génialement perceptible.
 
vincy

 
 
 
 

haut