Viendra le feu a reçu le prix du jury Un certain regard. Le film d'Oliver Laxe laisse au spectateur toute liberté de se projeter dans le film pour y lire son propre rapport à la nature et ses propres obsessions face à la déliquescence du monde. sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | sex toys | istanbul escort | sex toys | vibrators



Ad Astra
D'un clandestin, l'autre
De sable et de feu
Edith en chemin vers son rêve
El Otro Cristobal
Kusama: Infinity
Les fleurs amères
Lucky Day
Ma folle semaine avec Tess
Nous le peuple
Portrait de la jeune fille en feu
Trois jours et une vie
Un jour de pluie à New York



Parasite
Toy Story 4
Le Roi Lion
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +
Fanny & Alexandre
Une Fille facile
Viendra le feu
Deux moi



L'œuvre sans auteur
Comme des bêtes 2
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Une grande fille
Roubaix, une lumière
Thalasso
Les Baronnes
Late Night
Hauts perchés
Frankie
La vie scolaire
Fête de famille
Les hirondelles de Kaboul
Liberté
Jeanne
Music of My Life
The Bra
Tu mérites un amour






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 28

 
Alabama Monroe (The Broken Circle Breakdown)


Belgique / 2012

28.08.2013
 



LA PAIX EST DECLAREE





Alabama Monroe est précédé d’une aura si positive (avalanche de prix et excellent bouche à oreille) qu’on s’en voudrait presque d’émettre des réserves sur ce qui est, au fond, un mélodrame plutôt basique, assez tire-larmes, et pas franchement bien écrit. Au coeur du récit, il y a en effet l’histoire d’amour passionnelle entre Didier et Elise que, pour une raison parfaitement inconnue, le réalisateur a choisi de raconter façon puzzle. La narration ne cesse donc de faire des allers et retours entre présent et passé, puis, à partir d’un certain cap, entre présent et futur. A cette histoire d’amour se greffe celle, tragique, de la fille du couple, atteinte d’une maladie grave.

Partant de ces éléments, on pense bien à sur à La guerre est déclarée, dont Alabama Monroe n’a pourtant ni la légèreté, ni l’audace, ni (il faut quand même s’en réjouir) la propension à un kitsch étudié. Ici, le scénario se concentre plus sur le couple dans tous ses états que sur leur combat commun, et la noirceur des rebondissements finit par tout contaminer.

Et pourtant, quelque chose fonctionne dans la manière dont la musique (le style Bluegrass, instantanément remis au goût du jour grâce à la voix suave de Veerle Baetens et à l’harmonie déchirante qu’elle forme avec celle de Johan Heldenberg) accompagne le parcours des personnages. Chaque épreuve est adoucie par une mélodie qui semble prendre sur elle tout le tragique de la situation, chaque douleur trouve écho dans l’union (pour le coup magique) des voix et des corps. L’alchimie cinématographique est bien là, dans cette construction patiente de passages musicaux répondant aux passages dialogués.

Et à la fin, c’est encore cette association fragile entre la musique et les émotions qui emporte le morceau, faisant d’Alabama Monroe une oeuvre si profondément à fleur de peau que l’on en oublie d’être irrité par le manque de subtilité et les ficelles scénaristiques qui, d’ordinaire, caractérisent le mélo raté. Paradoxe d’un film cinématographiquement contestable et inexplicablement réussi à la fois.
 
MpM

 
 
 
 

haut