Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Ailleurs
Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 26

 
Effets secondaires (Side effects)


USA / 2012

03.04.2013
 



SEXE, MENSONGES ET ANTIDEPRESSEURS





"Tout le monde sait tout sur tout."

On peut résumer le nouveau film de Steven Soderbergh (son avant-dernier, d’après lui) comme la rencontre de deux désirs antagonistes : d’une part celui de dénoncer un système et de l’autre la volonté de réaliser l’un de ces petits thrillers musclés qu’il semble affectionner depuis toujours. Effets secondaires aborde donc la (sur)consommation de médicaments des sociétés contemporaines, et notamment des antidépresseurs qui s’affichent en 4 par 3 dans le métro. Mais pour ce faire, il invente une intrigue policière alambiquée, quoiqu’aux rouages relativement classiques, qui gomme paradoxalement une grosse partie de la critique sociale attendue.

Le problème, c’est que le spectateur de 2013 est plus réticent qu’autrefois à se laisser mener en bateau. Pour l’accrocher, il faut de plus en plus d’audace et de faux semblants en miroir. Or ici, le déroulé de l’intrigue est presque convenu (il rappelle un film pourtant pas mémorable des années 90, Sang chaud pour meurtre de sang-froid de Phil Joanou), si plein de rebondissements que la tentation est grande, devant chaque retournement de situation, de s’écrier "olé !". Les ficelles sont si grosses, les personnages si stéréotypés, que le procédé de fabrication prend le pas sur le récit. Trop de manipulation tue la manipulation, la crédibilité du film… et surtout l’intérêt du spectateur.

Reste que Steven Soderbergh est un cinéaste talentueux, aussi efficace en réalisateur – chef d’orchestre que dans ses rôles "secondaires" de monteur et directeur de la photographie (il est crédité aux deux postes). Il surclasse en effet la faiblesse de son scénario avec une mise en scène élégante et nerveuse qui fait la part belle aux plans originaux et aux scènes courtes, ultra signifiantes. On peut donc se rassurer sur son compte : dès qu’il se sera assez ressourcé et aura enfin mis la main sur un scénario digne de ce nom, il reviendra au top, avec un vrai grand film. En attendant, hasta siempre !
 
MpM

 
 
 
 

haut