Et puis nous danserons était l'un de coups de cœur cannois. Enivrant, exaltant, brillant! La répression des homosexuels et l'élan romantique qui prend tous les risques, la danse comme lien sensuel et la musique euphorisante. A voir! A découvrir!



Brooklyn Affairs
Ceux qui nous restent
Ils aimaient la vie (Kanal)
It must be heaven
Jumanji: Next level
La Famille Addams
Le meilleur reste à venir
Le Voyage du Prince
Les reines de la nuit
Ode Bertrand
Premiers pas dans la forêt
Seules les bêtes
Souviens-toi de ton futur
The Irishman
Un été à Changsha



Joker
Shaun le mouton le film : la ferme contre-attaque
La cordillère des songes
Et puis nous danserons
J'ai perdu mon corps
La belle époque
Le monde animé de Grimault
J'accuse
L'incinérateur de cadavres
Les enfants d'Isadora
Les misérables
The Irishman
À couteaux tirés



La fameuse invasion des ours en Sicile
Maléfique 2: le pouvoir du mal
Martin Eden
Matthias & Maxime
Queens
Abominable
5 est le numéro parfait
Hors normes
Au bout du monde
Sorry We Missed You
Le Traître
Retour à Zombieland
Mon chien stupide
The Laundromat
Un monde plus grand
Une Colonie
Adults in the Room
Le Mans 66
Little Joe
La reine des neiges 2
Le Roi
Gloria Mundi
Chanson douce
L'orphelinat
Last Christmas
Proxima






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 21

 
Les mondes de Ralph (Wreck-It Ralph)


USA / 2012

05.12.2012
 



SAME PLAYER PLAYS AGAIN… AND AGAIN… AND AGAIN…





"Je suis méchant et ça, c'est bien."

Le cru 2012 du Disney de Noël rompt avec les contes de fin d’année traditionnels en choisissant comme héros un "méchant" de jeu vidéo qui a la mauvaise habitude de tout casser et vit dans une décharge publique. Bien sûr, son parcours le conduira sur les traces d’un plus méchant que lui, et ce personnage atypique finira par découvrir que ses supers pouvoirs destructeurs peuvent être mis au service du bien. Malgré tout, cette idée de départ donne lieu à quelques scènes savoureuses (la réunion des méchants anonymes) et induit une intrigue (un peu) moins binaire que d’habitude.

Pourtant, plus que le "spleen" de Ralph, qui n’en peut plus de faire le mal, c’est l’univers cohérent, décalé et très "geek" dans lequel se déroule l’histoire qui séduit. Ici, les jeux vidéo sont comme des scènes de théâtre où chaque personnage a un rôle à jouer pendant la journée, puis mène sa vie comme il l’entend durant les heures de fermeture de la salle d’arcade. Ainsi, la gare centrale permet aux protagonistes de tous les jeux de se croiser, voire d’aller les uns chez les autres, formant une véritable société avec ses propres mythes et légendes mais aussi ses règles de fonctionnement.

Les différents jeux (on n’en visitera au final que trois, ce qui est un peu frustrant) correspondent chacun à un monde autonome à l’esthétisme très tranché. Les créateurs du film ont d’ailleurs fait preuve d’une grande inventivité pour les ambiances visuelles de ces trois lieux, notamment sur les décors en sucreries de Sugar rush (sorte de Mario Kart girly et acidulé), et ses dangereuses chutes de mentos dans des sources chaudes de coca…

Tout cela reste très potache et peut-être moins référencé que ce que l’on aurait souhaité. Quant au scénario, ultra classique dans sa construction, il ne parvient pas vraiment à gommer les facilités de l’intrigue. Passées les scènes d’exposition, plutôt prometteuses, on retombe donc dans un récit balisé et plein de bons sentiments qui ne prend guère de risques. Un service minimum qui devrait quand même plaire aux plus jeunes et permettre à leurs aînés de passer un moment agréable, à défaut d’être captivant ou enchanteur.
 
MpM

 
 
 
 

haut