Wild Rose n'est pas seulement le film qui aura révélé Jessie Buckley. Entre réalité (sociale) et rêve (musical), le film est une pépite qui charme et enchante. Parfaits pour l'été.



Comme des bêtes 2
Fanny & Alexandre
Fast and Furious: Hobbs and Shaw
Halte
Hauts perchés
Late Night
Le Gangster, le Flic et l’Assassin
Le mystère des pingouins
Les Baronnes
Les faussaires de Manhattan
Nuits magiques
Once Upon a Time... in Hollywood
Perdrix
Playmobil, le film
Roubaix, une lumière
Thalasso
Une grande fille



Douleur et Gloire
Parasite
Etre vivant et le savoir
So long, My son
Toy Story 4
Le Roi Lion
Yuli
Wild Rose
Give Me Liberty
Ils reviennent...
L'étincelle, une histoire des luttes LGBT +



Avengers: Endgame
Rocketman
Sibyl
The Dead don't Die
Amazing Grace
Greta
Les Particules
Men in Black International
Zombi Child
X-Men: Dark Phoenix
Spider-Man: Far From Home
Yesterday
Anna
Les enfants de la mer
Uglydolls
Vita & Virginia
Yves
Ville neuve
The Mountain: une odyssée américaine
Contre ton cœur
Bunuel après l'âge d'or
Bixa Travesty
Noureev
Tolkien
L'œuvre sans auteur
Le coup du siècle
Factory






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 20

 
Les mondes de Ralph (Wreck-It Ralph)


USA / 2012

05.12.2012
 



SAME PLAYER PLAYS AGAIN… AND AGAIN… AND AGAIN…





"Je suis méchant et ça, c'est bien."

Le cru 2012 du Disney de Noël rompt avec les contes de fin d’année traditionnels en choisissant comme héros un "méchant" de jeu vidéo qui a la mauvaise habitude de tout casser et vit dans une décharge publique. Bien sûr, son parcours le conduira sur les traces d’un plus méchant que lui, et ce personnage atypique finira par découvrir que ses supers pouvoirs destructeurs peuvent être mis au service du bien. Malgré tout, cette idée de départ donne lieu à quelques scènes savoureuses (la réunion des méchants anonymes) et induit une intrigue (un peu) moins binaire que d’habitude.

Pourtant, plus que le "spleen" de Ralph, qui n’en peut plus de faire le mal, c’est l’univers cohérent, décalé et très "geek" dans lequel se déroule l’histoire qui séduit. Ici, les jeux vidéo sont comme des scènes de théâtre où chaque personnage a un rôle à jouer pendant la journée, puis mène sa vie comme il l’entend durant les heures de fermeture de la salle d’arcade. Ainsi, la gare centrale permet aux protagonistes de tous les jeux de se croiser, voire d’aller les uns chez les autres, formant une véritable société avec ses propres mythes et légendes mais aussi ses règles de fonctionnement.

Les différents jeux (on n’en visitera au final que trois, ce qui est un peu frustrant) correspondent chacun à un monde autonome à l’esthétisme très tranché. Les créateurs du film ont d’ailleurs fait preuve d’une grande inventivité pour les ambiances visuelles de ces trois lieux, notamment sur les décors en sucreries de Sugar rush (sorte de Mario Kart girly et acidulé), et ses dangereuses chutes de mentos dans des sources chaudes de coca…

Tout cela reste très potache et peut-être moins référencé que ce que l’on aurait souhaité. Quant au scénario, ultra classique dans sa construction, il ne parvient pas vraiment à gommer les facilités de l’intrigue. Passées les scènes d’exposition, plutôt prometteuses, on retombe donc dans un récit balisé et plein de bons sentiments qui ne prend guère de risques. Un service minimum qui devrait quand même plaire aux plus jeunes et permettre à leurs aînés de passer un moment agréable, à défaut d’être captivant ou enchanteur.
 
MpM

 
 
 
 

haut