M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 16

 
Contrebande (Contraband)


USA / 2012

16.05.2012
 



CONTREFAÇON RATÉE





Avec Contrebande, le réalisateur islandais Baltasar Kormakur (101 Reykjavik, Jar City) réadapte à la sauce hollywoodienne le long-métrage Reykjavik-Rotterdam (2008) dans lequel il officiait en tant que producteur et acteur principal.

Qu’on se le dise, le réalisateur venu du froid vient de passer son examen d’entrée hollywoodien, stars à l’appui (Mark Wahlberg, Kate Beckinsale ou encore Ben Foster). Si le film obtient tout juste la moyenne au box-office, le résultat, d’un point de vue cinématographique, n’est pas vraiment à la hauteur. Sans être totalement désagréable, il lui manque cette once de relief – pour ne pas dire d’authenticité –, qui pourrait nous faire croire à ce genre d’histoire rebattue et calibrée en mode (majeur) stéréotype. Tout y passe, hélas. Événement déclencheur usant des poncifs du genre, scènes d’action obligatoires plutôt mal fichues, personnages découpés à la serpe, twist final à la limite du risible. Et nous rions…

Le trop est parfois l’ennemi du bon. Contrebande n’y échappe pas. Comme souvent dans le cinéma « ricain » de genre produit par les grands studios, les digressions apparaissent (grossières et nombreuses), s’accumulent tant et si bien qu’elles finissent par plomber une intrigue dès le départ bien faiblarde. Alors rien n’y fait. Pas même un super Mark Whalberg investit jusqu’à mouiller le tee-shirt pour sauver des eaux ce Contrebande de mauvaise facture aussi impersonnel qu’ennuyeux.
 
geoffroy

 
 
 
 

haut