C'est le blockbuster aoutien. Mission:Impossible - Fallout reçoit louanges d'une presse chauvine et admiration des médias les plus intellos. Mais Tom Cruise réussit une fois de plus à captiver l'audience avec ses cascades à la Bébel. Du spectacle, de l'action, et Paris font le reste.



Alive in France
Capitaine Morten et la reine des araignées
Détective Dee : La légende des Rois Célestes
Equalizer 2
Happiness road
Le monde est à toi
Le poirier sauvage
Mario
Mary Shelley
Mission: Impossible - Fallout
My Lady
Papillon
Under the Silver Lake



Deadpool 2
Love, Simon
JSA (Joint Security Area)
Les Indestructibles 2
Central do Brasil
La ballade de Narayama
The Party
Blood simple



Jurassic World: Fallen Kingdom
La mauvaise réputation
Le voyage de Lila
Ocean's 8
Trois visages
How to Talk to Girls at Parties
Sans un bruit
Parvana
Tully
Un couteau dans le coeur
Le dossier Mona Lina
Joueurs
Au poste!
Dark River
Dogman
L'Envol de Ploé
Paranoïa
Skyscraper
Tulip Fever
Ant-Man et la Guêpe
Come As You Are
Fleuve noir
The Guilty
Hotel Artemis
Hôtel Transylvanie 3: Des vacances monstrueuses
La saison du diable
Mamma Mia! Here We Go Again
Roulez jeunesse






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 5

 
Contrebande (Contraband)


USA / 2012

16.05.2012
 



CONTREFAÇON RATÉE





Avec Contrebande, le réalisateur islandais Baltasar Kormakur (101 Reykjavik, Jar City) réadapte à la sauce hollywoodienne le long-métrage Reykjavik-Rotterdam (2008) dans lequel il officiait en tant que producteur et acteur principal.

Qu’on se le dise, le réalisateur venu du froid vient de passer son examen d’entrée hollywoodien, stars à l’appui (Mark Wahlberg, Kate Beckinsale ou encore Ben Foster). Si le film obtient tout juste la moyenne au box-office, le résultat, d’un point de vue cinématographique, n’est pas vraiment à la hauteur. Sans être totalement désagréable, il lui manque cette once de relief – pour ne pas dire d’authenticité –, qui pourrait nous faire croire à ce genre d’histoire rebattue et calibrée en mode (majeur) stéréotype. Tout y passe, hélas. Événement déclencheur usant des poncifs du genre, scènes d’action obligatoires plutôt mal fichues, personnages découpés à la serpe, twist final à la limite du risible. Et nous rions…

Le trop est parfois l’ennemi du bon. Contrebande n’y échappe pas. Comme souvent dans le cinéma « ricain » de genre produit par les grands studios, les digressions apparaissent (grossières et nombreuses), s’accumulent tant et si bien qu’elles finissent par plomber une intrigue dès le départ bien faiblarde. Alors rien n’y fait. Pas même un super Mark Whalberg investit jusqu’à mouiller le tee-shirt pour sauver des eaux ce Contrebande de mauvaise facture aussi impersonnel qu’ennuyeux.
 
geoffroy

 
 
 
 

haut