Les étendues imaginaires de Slew Hua Yeo a reporté le Léopard d'or à Locarno en août dernier. Portrait de Singapour et de son arrière-cour (pas forcément reluisante), le film est une splendeur, à la fois surprenant et singulier.



Aïlo : une odyssée en Laponie
Convoi exceptionnel
Depuis Médiapart
Dragon Ball Super: Broly
La petite fabrique de nuages
Les témoins de Lendsdorf
Lune de miel
Ma vie avec John F. Donovan
Maguy Marin, l'urgence d'agir
McQueen
Meltem
Mon bébé
Pau
Quand je veux, si je veux!
Rebelles
Rosie Davis
Teret
Triple frontière
Un lien qi nous élève
Wall
We The Animals



Une affaire de famille
Spider-Man: New Generation
Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan



L'incroyable histoire du facteur Cheval
La Mule
Si Beale Street pouvait parler
Pearl
Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Les estivants
L'amour debout
Mango
La cabane aux oiseaux
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 14

 
The Descendants


USA / 2011

25.01.2012
 



QUAND HAWAÏ RIME AVEC BATAILLE





«- - j’ai toujours été le parent de secours. »

Sa femme dans le coma, deux jeunes filles à éléver, un amant dans le placard… Matt doit désormais faire face à une toute autre vie. Alors, lorsqu’il entreprend ce voyage étrange (avec ses deux filles et un ami d’Alex) à la recherche de celui qui le fait cocu, il part avant tout à la recherche de lui-même et de cette nouvelle famille qu’il doit reconstruire.
Semaine de vacances sur fond de voyage initiatique, The Descendants a parfois des airs de Away we go ou bien encore de Little miss sunshine. Payne aime ces virées américaines (en camping car dans Mr Schmidt, dans les vignobles californiens dans Sideways). Une Amérique de carte postale, mais banale, sans exotisme ou glamour. Cette envie de partir pour mieux se retrouver et cette façon d’aborder les accrocs dramatiques de la vie en utilisant le pinceau de l’humour qui permet de tout surmonter, ou presque.
À la fois drôle et émouvant, le film est captivant. Le décor « idyllique » d’Hawaï tend à accentuer ce décalage et marie à merveille le drame et l’humour car, comme le dit Matt au début du film, « - mes amis s’imaginent qu’à Hawaï on vit au paradis ». Un paradis perdu, à l'image de l'Amérique. Gaché par la cupidité et le tourisme de masse, où les grands hôtels détruisent les plus beaux paysages. Car les apparences, du cadre de vie au sentiments hypocrites, sont trompeuses et la réalité est tout autre. A l'instar de ces costumes : pauvres et riches portent les mêmes vêtements, croyant, les uns et les autres, appartenir au même monde.
En parfait funambule, Alexander Payne maîtrise cet art du jonglage à merveille penchant tantôt vers le drame tantôt vers la comédie sans jamais tomber ni dans les clichés ni dans la surenchère, son mot d’ordre étant ici justesse. Certes Payne a abandonné la cruauté, le cynisme et l'ironie des ses trois précédents films. Mais il gagne aussi en subtilité quant aux comportements humains. Au fil de sa filmographie, le drame l'emporte sur la comédie.

Le film repose également sur les épaules de deux acteurs, George Clooney, "who else?", et Shailene Woodley qui interprète sa fille aînée, Alexandra.
George Clooney tient ici un de ses plus beaux rôles et excelle en père quelque peu maladroit et en mari jaloux après l’heure. Loin de son image de séducteur qu’il a dans la vie, en anti-héros, il fait preuve de beaucoup d’auto-dérision (sourires et sourcils sont calculés avec soin et précision pour mettre un peu de détachement dans ce chaos) et réussit la prouesse d’incarner parfaitement cet homme sensible, dépassé par les événements mais qui fait de son mieux pour ne pas perdre pied et pour recoller les morceaux qui peuvent encore s’assembler.
Quant à Shailene Woodley, dans son premier rôle sur grand écran, elle est une véritable révélation. Sensible et juste dans son rôle d’adolescente à fleur de peau, elle réussit à n’en faire jamais trop; la très belle, et difficile, scène de la piscine, est là pour le prouver.

The Descendants est une oeuvre douce et acide, amère parfois, qui questionne la famille, l’héritage laissé aux prochains, la reconstruction après un deuil etc. A l'image des autres films de Payne. Qu'est-ce que réussir sa vie? Nombreuses questions susceptibles de toucher tout un chacun. Mais là où The Descendants frappe juste c'est qu’il ne fait pas dans le registre didactique. Il évoque des éléments de réponses, des pistes, sans rien imposer. George Clooney en est le parfait fil conducteur dans son rôle d’homme, de père, qui avance à tâtons sans savoir exactement où tout cela le mènera. Et c’est bien cela qui fait la force de ce drame en apparence léger, cette honnêteté d’avouer que l’on n’a pas toujours réponse à tout… et que, finalement, c’est cela qui fait que la vie peut encore nous surprendre. Peut-être parce que le réalisateur signe une grande déclaration d'amour à ces misérables humains, et à ses grandioses comédiens.
 
morgane

 
 
 
 

haut