Premier film "américain" de Mélanie Laurent, Galveston est un mélo noir, où l'humanité l'emporte sur la violence, où la nature est dominante et où la justice est défaillante. Mérite le détour.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 12

 
Super 8


USA / 2011

03.08.2011
 



FORMAT DE REVE





"- Personne ne me croit…
- Moi, je vous crois.
"

Quand J.J. Abrams s’attaque au film de genre, il ne faut attendre ni originalité débordante, ni réflexion profonde. En revanche, on peut compter sur lui pour raconter correctement une bonne histoire quand il en tient une. Car ce qui fonctionne dans Super 8, ce n’est pas tant la profusion d’effets spéciaux que l’hommage rendu au cinéma amateur des années 70, pratiqué par des ados inventifs et férus de 7e art dans le fameux format super 8. Un format bien connu par le réalisateur et par son producteur Steven Spielberg, qui ont tous deux fait de petits films en super 8 pendant leur enfance et leur adolescence.

C’est sans doute pourquoi on a bien plus l’impression d’avoir affaire à un "film de potes", nostalgique et parfois autobiographique, qu’à une réelle œuvre de science-fiction. Bien sûr, Abrams et Spielberg puisent dans leur imaginaire fantastique commun en truffant le film de références (évidemment E.T. et Cloverfield, mais aussi District 9) et d’éléments mystérieux. Pourtant, on sent bien que l’enjeu est ailleurs. L’histoire démarre lentement, prenant le temps de présenter les personnages et d’exposer leurs motivations et leurs dissensions. Le film dépeint avec un certain naturalisme les aspects les plus surannés de l’époque. Même le rythme du récit semble emprunté aux années 70.

L’intrigue devient alors accessoire, comme un ultime clin d’œil à ces séries Z tournées à la pelle par les jeunes Spielberg, Abrams et autres. D’ailleurs, le générique final présente un film amateur qui s’avère presque plus amusant, plus rafraichissant et plus réussi que Super 8 lui-même ! Nostalgie, vous avez dit nostalgie ?

Immanquablement, on prend alors un certain plaisir à suivre les mésaventures de cette équipe de tournage potache et débrouillarde. Abrams s’amuse à filmer des gens effrayés par quelque chose qu’on ne voit pas, des ombres qui bougent, des objets qui disparaissent. Tout en suggestion, il invente un climat de plus en plus anxiogène pour les personnages, mais assez peu inquiétant pour le spectateur qui y reconnaît tous les ingrédients du genre. Cette mise en abyme atténue la relative simplicité de l’intrigue (et son dénouement non moins facile) et gomme la frustration, voire la déception, que l’on aurait pu ressentir en découvrant le fin mot de l’histoire.

Au final, Super 8 joue suffisamment habilement de deux jokers de taille pour tirer son épingle du jeu. D’une part, il ne se prend jamais au sérieux, mettant systématiquement l’humour et l’auto-dérision au premier plan. D’autre part, il apporte un soin méticuleux à toutes les scènes d’action (notamment le déraillement du train) grâce à des effets spéciaux extrêmement réalistes. Or, il faut bien l’avouer : la technologie de pointe au service du cinéma "système D", difficile de rêver plus bel hommage aux cinéastes amateurs d’hier, d’aujourd’hui et de demain.
 
MpM

 
 
 
 

haut