M, primé à Locarno, Namur et séville, est le documentaire choc du moment. Yolande Zauberman réussit à allier bienveillance et effroi, scandale pédosexuel chez les juifs ultra-orthodoxes et parcours d'hommes fragiles et touchants.



Comprame un revolver
Dernier amour
Du miel plein la tête
Entre les roseaux
L'homme qui a surpris tout le monde
Le corps sauvage
Le rêve de Sam et autres courts
Leur souffle
M
Qui m'aime me suive
Résistantes
Sauvages
Social Business
Sunset
Us
Walter



Roma
Les invisibles
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite
La chute de l'empire américain
Les funérailles des roses
Nice girls don't stay for breakfast
Les étendues imaginaires
Funan
We The Animals



Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon
Alita: Battle Angel
Deux fils
Les drapeaux de papier
Ralph 2.0
Vice
Destroyer
Euforia
Les moissonneurs
Grâce à Dieu
La grande aventure Lego 2
Le Chant du loup
The Wife
Celle que vous croyez
Le garçon qui dompta le vent
Marie Stuart, Reine d'Ecosse
Les éternels
Wardi
Captain Marvel
Exfiltrés
Le garçon qui dompta le vent
Le mystère Henri Pick
Stan et Ollie
Triple frontière
McQueen
Rosie Davis
Ma vie avec John F. Donovan
Convoi exceptionnel
Aïlo : une odyssée en Laponie






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 15

 
The Town


USA / 2010

15.09.2010
 



GONE MOVIE GONE




"- J'ai besoin de ton aide. Ne me pose aucune question, on doit aller faire du mal à quelqu'un.
- On prend quelle voiture ?
"

Prenez n'importe quel film de braquage, ajoutez-y une musique tonitruante et répétitive, imaginez Ben Afflek dans le rôle principal, saupoudrez de course-poursuites et de dialogues pseudo-romantiques, plongez dans un bain de morale bien pensante et vous tenez The Town, nouvelle incursion de l'acteur derrière la caméra. Tout sarcasme mis à part, le film donne effectivement l'impression de mettre en scène platement une histoire on ne peut plus conventionnelle. Rien n'y manque, du traumatisme d'enfance à l'espoir de rédemption, et même la construction s'avère on ne peut plus classique, enchaînant comme à la parade les étapes incontournables du genre : le premier hold-up est un succès, le deuxième manque d'échouer, le troisième est une catastrophe... et ainsi de suite.

L'ambition de Ben Afflek est apparemment de réaliser un thriller qui ait du coeur et une âme. Il fait donc la part belle à l'aspect psychologique de l'intrigue, ce qui se traduit par de nombreuses scènes à tonalité romantique et intimiste (avec la ravissante Rebecca Hall, entre autres). Le revers de la médaille, c'est que ces séquences sont systématiquement trop bavardes, cherchant à expliquer ou justifier le comportement de son personnage principal. Surtout, il ne faudrait pas que celui-ci soit perçu comme quelqu'un de "mauvais"... De ce fait, le cinéaste laisse relativement peu de marge de manoeuvre au spectateur à qui il dicte ce qu'il faut penser, en faisant de chaque personnage un stéréotype dénué de profondeur ou de personnalité. Dans les scènes d'action, c'est la même chose. Chaque séquence est si découpée, presque dynamitée, qu'elle ne requiert que passivité du regard. Ça mitraille dans tous les sens, les pneus crissent sur la chaussée, le sang coule... et à l'écran, tout est recraché sous la forme d'une succession d'images figées, banales, presque vidées de leur sens.

Comme on ne peut s'empêcher de comparer avec le précédent long métrage du réalisateur, Gone Baby Gone d'où il se dégageait de la tension et du malaise, on est déçu, peut-être injuste. Car dans le fond The Town répond à une certaine forme de cahier des charges du film de gangster. Un peu comme un pianiste fait ses gammes, se contentant du minimum syndical de la créativité.
 
MpM (Venise)

 
 
 
 

haut