Damien Chazelle retrouve Ryan Gosling pour un biopic bipolaire: First Man est à la fois un drame intime et un ballet spatial. Immersif dans les étoiles et intériorisé sur terre, le film démontre une ambition cinématographique à l'écart du formatage hollywoodien.



Black indians
Capharnaüm
First Man: le premier homme sur la lune
Je suis resté dans les bois
La grande aventure de Non-Non
Le flic de Belleville
Le jeu
Le procès contre Mandela
Sans jamais le dire
Six portraits XL 1
The House that Jack Built
The Predator
Un 22 juillet
Wine Calling
Yéti & Compagnie



BlacKkKlansman
Sauvage
Whitney
Guy
Climax
A Star is Born
Chris the swiss
RBG



Mission: Impossible - Fallout
Burning
Shéhérazade
Mademoiselle de Joncquières
Première année
Searching : Portée disparue
L'amour est une fête
Leave No Trace
Les Frères Sisters
Donbass
Hostile
L'ombre d'Emily
Rafiki
Un peuple et son roi
Amin
Frères ennemis
La saveur des ramen
Nos batailles
Dilili à Paris
Domingo
Galveston
Girl
La particule humaine
Venom






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 10

 
The Town


USA / 2010

15.09.2010
 



GONE MOVIE GONE




"- J'ai besoin de ton aide. Ne me pose aucune question, on doit aller faire du mal à quelqu'un.
- On prend quelle voiture ?
"

Prenez n'importe quel film de braquage, ajoutez-y une musique tonitruante et répétitive, imaginez Ben Afflek dans le rôle principal, saupoudrez de course-poursuites et de dialogues pseudo-romantiques, plongez dans un bain de morale bien pensante et vous tenez The Town, nouvelle incursion de l'acteur derrière la caméra. Tout sarcasme mis à part, le film donne effectivement l'impression de mettre en scène platement une histoire on ne peut plus conventionnelle. Rien n'y manque, du traumatisme d'enfance à l'espoir de rédemption, et même la construction s'avère on ne peut plus classique, enchaînant comme à la parade les étapes incontournables du genre : le premier hold-up est un succès, le deuxième manque d'échouer, le troisième est une catastrophe... et ainsi de suite.

L'ambition de Ben Afflek est apparemment de réaliser un thriller qui ait du coeur et une âme. Il fait donc la part belle à l'aspect psychologique de l'intrigue, ce qui se traduit par de nombreuses scènes à tonalité romantique et intimiste (avec la ravissante Rebecca Hall, entre autres). Le revers de la médaille, c'est que ces séquences sont systématiquement trop bavardes, cherchant à expliquer ou justifier le comportement de son personnage principal. Surtout, il ne faudrait pas que celui-ci soit perçu comme quelqu'un de "mauvais"... De ce fait, le cinéaste laisse relativement peu de marge de manoeuvre au spectateur à qui il dicte ce qu'il faut penser, en faisant de chaque personnage un stéréotype dénué de profondeur ou de personnalité. Dans les scènes d'action, c'est la même chose. Chaque séquence est si découpée, presque dynamitée, qu'elle ne requiert que passivité du regard. Ça mitraille dans tous les sens, les pneus crissent sur la chaussée, le sang coule... et à l'écran, tout est recraché sous la forme d'une succession d'images figées, banales, presque vidées de leur sens.

Comme on ne peut s'empêcher de comparer avec le précédent long métrage du réalisateur, Gone Baby Gone d'où il se dégageait de la tension et du malaise, on est déçu, peut-être injuste. Car dans le fond The Town répond à une certaine forme de cahier des charges du film de gangster. Un peu comme un pianiste fait ses gammes, se contentant du minimum syndical de la créativité.
 
MpM (Venise)

 
 
 
 

haut