Spider-Man: New Generation est incontestablement le meilleur film d'animation américain de l'année. C'est peut-être le même Spider-Man jusqu'à présent. C'est sans doute le blockbuster qu'on attendait en 2018. Et enfin, peut-on oser dire qu'il est l'un des meilleurs Marvel au cinéma? Bref, ce Spider-Man est immanquable.



Hunter Killer
L'exilé
Mortal Engines
Nous les coyotes
Oscar et le monde des chats
Pachamama
Rémi sans famille
Rêver sous le capitalisme
Roma
Spider-Man: New Generation
Une affaire de famille
Utøya, 22 juillet



A Star is Born
Un 22 juillet
Le grand bain
En liberté !
Chien de garde
Festen
Outlaw King : Le Roi hors-la-loi
Diamantino
Les Veuves
Assassination Nation
Les Confins du monde



Capharnaüm
Bohemian Rhapsody
Breathe
Cold War
Silvio et les autres
Crazy Rich Asians
Heureux comme Lazzaro
Kursk
Samouni Road
Un amour impossible
8, avenue Lénine
Les animaux fantastiques: les crimes de Grindelwald
Millénium : Ce qui ne me tue pas
Mon cher enfant
Suspiria
Amanda
Les filles du soleil
Yomeddine
Le Grinch
Les héritières
Robin des Bois
Voyage à Yoshino
Astérix - Le secret de la potion magique
Leto
Pupille






 (c) Ecran Noir 96 - 18


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 13

 
The Town


USA / 2010

15.09.2010
 



GONE MOVIE GONE




"- J'ai besoin de ton aide. Ne me pose aucune question, on doit aller faire du mal à quelqu'un.
- On prend quelle voiture ?
"

Prenez n'importe quel film de braquage, ajoutez-y une musique tonitruante et répétitive, imaginez Ben Afflek dans le rôle principal, saupoudrez de course-poursuites et de dialogues pseudo-romantiques, plongez dans un bain de morale bien pensante et vous tenez The Town, nouvelle incursion de l'acteur derrière la caméra. Tout sarcasme mis à part, le film donne effectivement l'impression de mettre en scène platement une histoire on ne peut plus conventionnelle. Rien n'y manque, du traumatisme d'enfance à l'espoir de rédemption, et même la construction s'avère on ne peut plus classique, enchaînant comme à la parade les étapes incontournables du genre : le premier hold-up est un succès, le deuxième manque d'échouer, le troisième est une catastrophe... et ainsi de suite.

L'ambition de Ben Afflek est apparemment de réaliser un thriller qui ait du coeur et une âme. Il fait donc la part belle à l'aspect psychologique de l'intrigue, ce qui se traduit par de nombreuses scènes à tonalité romantique et intimiste (avec la ravissante Rebecca Hall, entre autres). Le revers de la médaille, c'est que ces séquences sont systématiquement trop bavardes, cherchant à expliquer ou justifier le comportement de son personnage principal. Surtout, il ne faudrait pas que celui-ci soit perçu comme quelqu'un de "mauvais"... De ce fait, le cinéaste laisse relativement peu de marge de manoeuvre au spectateur à qui il dicte ce qu'il faut penser, en faisant de chaque personnage un stéréotype dénué de profondeur ou de personnalité. Dans les scènes d'action, c'est la même chose. Chaque séquence est si découpée, presque dynamitée, qu'elle ne requiert que passivité du regard. Ça mitraille dans tous les sens, les pneus crissent sur la chaussée, le sang coule... et à l'écran, tout est recraché sous la forme d'une succession d'images figées, banales, presque vidées de leur sens.

Comme on ne peut s'empêcher de comparer avec le précédent long métrage du réalisateur, Gone Baby Gone d'où il se dégageait de la tension et du malaise, on est déçu, peut-être injuste. Car dans le fond The Town répond à une certaine forme de cahier des charges du film de gangster. Un peu comme un pianiste fait ses gammes, se contentant du minimum syndical de la créativité.
 
MpM (Venise)

 
 
 
 

haut