Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Effacer l'historique
Ema
Enorme
Eté 85
Irréversible - version intégrale
La daronne
Lucky Strike
Petit pays
Rocks
Tenet
The Climb
Yakari, le film



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 17

 
Eden à l'Ouest (Eden is West)


France / 2009

11.02.2009
 



A L’OUEST, RIEN DE NOUVEAU





« - Avez-vous du pain frais monsieur le boulanger ? »

Costa-Gavras retrace ici le parcours initiatique d’Elias. Quittant la mer Egée pour l’Eden, avec le E majuscule qu’il convient, le mystère enveloppe complètement son personnage. On ne sait pas exactement d’où il vient, ni quelle langue il parle (celle-ci ayant été inventée pour l’occasion), mais à l’image d’Ulysse et de son Odyssée, il traversera diverses épreuves, passant par le Paradis comme l’Enfer, pour enfin arriver chez lui, cette terre dont il a tant rêvé, ce nouvel endroit qui deviendra, il l’espère, le sien.
Elias symbolise tous les immigrés qui tentent ce Voyage et à la fois aucun d’entre eux. Il est tous en étant unique. Il marche sur des traces déjà faites tout en traçant son propre chemin. Elias est un personnage insaisissable à qui Riccardo Scamarcio (Nos meilleures années, Romanzo criminale, Mon frère est fils unique) donne magnifiquement vie. Son interprétation est sincère et poignante tout en jouant sur le fil de l’humour.
Car Costa-Gavras, dont on verra forcément un peu de lui à travers cette histoire, pose un regard différent sur le thème de l’immigration. Dans Eden à l’ouest, le tragique est bien évidemment présent mais pas uniquement. L’humour lui tient bien souvent compagnie. L’errance n’est alors plus seulement un parcours semé d’embûches mais devient aussi une route parsemée de belles rencontres au bout de laquelle un rêve scintille, Paris. Un rêve qui s’effacera peut-être ou se voilera, mais un rêve quand même. La réalité frappe Elias mais la magie plane toujours autour de lui. Et les nombreux personnages mis sur sa route ne sont pas toujours ce que l’on croit, ayant tous un petit quelque chose, une facette insoupçonnée. Ainsi Anny Duperey lui tendra la main, juste une seconde. Bruno Lochet apparaîtra lui aussi sur les pavés parisiens lui offrant un toit et Michel Robin lui ouvrira les portes. Tout le parcours et toutes ces rencontres ne sont finalement que surprises (bonnes ou mauvaises) donnant ainsi au film son rythme soutenu. Car Eden à l’ouest pose aussi son regard sur l’Autre et observe comment chacun accueille l’Etranger, le regard qu’il pose sur lui, la façon qu’il a de lui parler. L’immigration ne se vit pas uniquement par le regard de l’immigré mais également par le regard de celui qui accueille.
Eden à l’ouest ressemble à une fable, une Odyssée moderne où l’herbe est plus verte à l’ouest…même si ce n’est pas toujours aussi beau que dans les rêves.
 
Morgane

 
 
 
 

haut