Alita Battle Angel, manga culte, production de James Cameron, réalisation de Robert Rodriguez. Avec sa dose d'action et son héroïne cyborg plus vraie que nature, le blockbuster va essayer de conjurer le mauvais sort fait aux adaptations hollywoodiennes des mangas japonais.



Alita: Battle Angel
All Inclusive
Comme un seul homme
Dans la terrible jungle
Deux fils
Happy Birthdead 2 You
L'illusion verte
Le silence des autres
Les drapeaux de papier
Long Way Home
Moi, maman, ma mère et moi
Ralph 2.0
Regarde ailleurs
The Raft
Un ange
Vice



Une affaire de famille
Spider-Man: New Generation
Roma
Les invisibles
Glass
The Front Runner
Green Book: sur les routes du sud
Le château de Cagliostro
Un grand voyage vers la nuit
Sorry to Bother You
Tout ce qu'il me reste de la révolution
Une intime conviction
La Favorite



Asako I & II
Aquaman
Mirai, ma petite soeur
Le retour de Mary Poppins
Premières vacances
Border
Creed 2
Edmond
L'ange
L'heure de la sortie
Ayka
Ben Is Back
Colette
L'incroyable histoire du facteur Cheval
Holy Lands
Une jeunesse dorée
Doubles vies
Another Day of Life
La Mule
The Hate U Give, La haine qu'on donne
Un berger et deux perchés à l'Elysée
Si Beale Street pouvait parler
Pearl
Minuscule 2 - les mandibules du bout du monde
Les estivants
L'amour debout
Mango
La cabane aux oiseaux
Dragons 3: Le monde caché
My Beautiful Boy
Nicki Larson et le parfum de Cupidon






 (c) Ecran Noir 96 - 19


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 18

 
The Beach (La plage)


USA / 2000

16.02.00
 



EXCLUSIFS





"- C'était un club de vacances pour des gens allergiques aux clubs de vacances..."

Voix Off. Musique techno. Images speed. Discours critique sur la société, le tourisme, la mondialisation. Non ce n'est pas Trainspotting. Mais presque. Danny Boyle nous livre la suite de son film culte, en envoyant un gars occidental, paumé, en quête d'un idéal à des milliers de kilomètres de nos banlieues sordides.
On retrouve donc un personnage qui se marginalise d'une société qu'il ne supporte plus : trop banale, trop aliénante, trop uniformisée. Ce même personnage trouve son paradis - un microcosme sans argent, ce qui rompt radicalement avec les 3 précédents films du cinéaste; ici ce n'est ni la drogue (Trainspotting), ni l'amour (Une vie moins ordinaire), mais bien un mode de vie. Et, comme dans les autres films, tout rentre dans l'ordre, et lui rentre dans le rang.
C'est tendance : les scripts du moment se rebellent contre notre univers impitoyablement matérialiste, de Fight Club à American Beauty. Seul problème à cette critique, une fois la solution dans une impasse, aucun de ses films n'apportent une autre alternative à ces extrêmes impossibles.
Cependant, ne boudons pas notre plaisir. Film techno-pop esthétique et hédoniste, The Beach est un jeu d'arcade, ponctué d'obstacles (bandits, saut dans le vide...), qui séduira un public encore plein d'illusions sur la vision de Paradis, à la fois kitsch et cliché.
Le Paradis se transforme donc, "softement", en enfer. La tribu devient boat people. La plage turquoise se noie dans le sang, la peur, et pousse la petite communauté à l'exil. Paradis perdu.
Beau portrait d'une communauté et de ses failles, cette régression sociale qui atteint son apogée avec le bonheur de Richard (excellent Di Caprio), amène inévitablement aux erreurs individuelles et collectives, aux irresponsabilités et aux mensonges, au pétage de plomb et à l'ultime psychodrame. Boyle ne fait pas que critiquer le tourisme de masse et plaisanter sur la différence entre l'Europe et les USA; il détruit les rêves d'une génération.
Il ne suffit pas de vivre d'amour et d'eau fraîche, de joints et de fêtes. Il reste une dépendance à la civilisation (du PQ aux capotes), un rapport aux autres (voisins, villes), un retour aux rituels ancestraux.
Lorsque Richard est anéanti, à la limite de l'exclusion, le film plonge dans l'univers d'Apocalypse Now, et transforme Di Caprio en Rambo. Un peu trop?
Avec quelques drames (sanglants), le groupe se retrouve face à ses responsabilités. Quelle place a la souffrance, la douleur, l'horreur, et finalement l'humain dans une atmosphère iréelle de beauté, de désir et de plaisir? Lorsque l'autorité d'une chef anihilie les volontés de chacun, lorsque ces pacifistes idéalistes se retrouvent face à un choix, leur bonheur ou le sacrifice d'un des leurs, on s'aperçoit que The Beach n'est rien d'autre qu'une secte, qui envoûte et détruit le mental des plus lucides.
Et finalement, Richard et Etienne (Canet, parfait) sont les seuls rescapés de ce radeau d'un autre temps, en partance vers le monde qu'ils décriaient tant; ce sont les seuls à avoir gardé leur dignité humaine, et leur propre morale. Les seuls à avoir trouvé ce qu'ils cherchaient : exister en donnant un vague sens à leur vie. Les pieds dans le sable et la tête dans les nuages.
 
vincy

 
 
 
 

haut