Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.



Blue Velvet
Femmes d'Argentine
Kongo
La bonne épouse
Le coeur du conflit
Les visages de la victoire
Radioactive
Trois étés
Un fils
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Vivarium
Yiddish



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  



Donnez votre avis...


Nombre de votes : 46

 
Todo sobre mi madre (All About My Mother - Tout sur ma mère)


Espagne / 1999

19.05.99
 



LE DESIR EST DIEU





"-Tu n'es pas un être humain, Lola. Tu es une épidémie."

Disons-le d'emblée: ce nouvel Almodovar est un chef d'oeuvre. Il combine une maîtrise totale du cinéma, une maturité rare, avec un style réel, toujours existant.
Almodovar nous immerge dans une tragédie légère et émouvante, folle et sentimentale, où chaque personnage est admirablement dessiné et précis. Evidemment, l'ensemble du casting est magnifique à voir, et plus que crédible. Cecilia Roth en infimière généreuse, détruite par la mort de son fils. Marisa Parédès en comédienne lesbienne, essayant de remplir sa vie, accro à une accro de l'héro. Pénélope Cruz, nonne enceinte d'un trans, et atteinte du SIDA. Son père qui a l'Alzheimer...

Lu comme ça, on sortirait volontiers les mouchoirs. Mais il ya aussi des répliques qui fusent, des personnages secondaires truculents, de quoi rire donc. Car chez ce cinéaste, il y a un immense paradoxe : d'un côté, un scénario irrémédiablement logique, et de l'autre des événements totalement absurdes, dignes des plus extrêmes Almodovar.
Dès le départ, le réalisateur nous teinte l'image d'une musique grave, d'un encéphalogramme plat, d'une femme forte mais sentimentale. Le ton est donné. On y retrouve toutes les influences du Maître (osons le mot), des clins d'oeil à ses précédents films (une femme seule sur une scène, un trans qui fait penser à Miguel Bosé en trav), et des références artistiques comme Un Tramway nommé Désir ou All About Eve. Talons Aiguilles prend un méchant coup de vieux...

Totalement équilibré, ce film excessif, profondément féministe (les hommes y sont rares, insignifiants ou alors transsexuels), signe la renaissance d'Almo. Après quelques films hésitants et sombres, passage entre le mélocomique Talons Aiguilles et celui-ci, le cinéaste retrouve le plaisir de jouer avec sa caméra, tout en gardant ses couleurs. Quelques cadres somptueux, une vraie liberté donné à ses actrices, et des transitions visuelles intelligentes (et cinétiques) mettent le film un cran au-dessus des autres. A croire que sortir de Madrid était aussi un besoin indispensable de se ressourcer pour lui.

On sent en lui un vrai désir de cinéma, un amour immense pour les femmes, une imagination plastique toujours vivante. Au final, il donne un vrai plaisir au spectateur.
Du sang neuf vient de débarquer à Cannes.
 
Vincy / 15 mai 99 / Cannes

 
 
 
 

haut