Avec Dark Waters, Todd Haynes s'invite dans le film engagé (côté écolo), le thriller légaliste et l'enquête d'un David contre Goliath. Le film est glaçant et dévoile une fois de plus les méfaits d'une industrialisation sans régulation et sans normes.

Best LawyersNewyork Lawyers




Be Natural
Bitero
Canción Sin Nombre
D'égal à égal
De Gaulle
Ducobu 3
Green Boys
Invisible Man
J'irai décrocher la lune
Kongo
L'esprit de famille
La bonne épouse
La communion
La petite taupe aime la nature
Le capital au XXIe siècle
Les visages de la victoire
Mickey and the Bear
Mon nom est clitoris
Mosquito
Nous les chiens
Pappi-sitter
Radioactive
Si c'était de l'amour
Sonic le film
The Demon Inside
The Great Green Wall
The Hunt
Trois étés
Une sirène à Paris
Visions chamaniques
Where is Jimi Hendrix?
Woman



J'ai perdu mon corps
Les misérables
The Irishman
Marriage Story
Les filles du Docteur March
L'extraordinaire voyage de Marona
1917
Jojo Rabbit
L'odyssée de Choum
La dernière vie de Simon
Notre-Dame du Nil
Uncut Gems
Un divan à Tunis
Le cas Richard Jewell
Dark Waters
La communion



Les deux papes
Les siffleurs
Les enfants du temps
Je ne rêve que de vous
La Llorana
Scandale
Bad Boys For Life
Cuban Network
La Voie de la justice
Les traducteurs
Revenir
Un jour si blanc
Birds of Prey et la fantabuleuse histoire de Harley Quinn
La fille au bracelet
Jinpa, un conte tibétain
L'appel de la forêt
Lettre à Franco
Wet Season
Judy
Lara Jenkins
En avant
De Gaulle






 (c) Ecran Noir 96 - 20


  

Production : Soudaine Compagnie, Arte France Cinema, Pandora Film
Distribution : Wild Bunch distribution
Réalisation : Claire Denis
Scénario : Claire denis, Jean-Pol Fargeau
Montage : Guy Lecorne
Photo : Agnès Godard
Format : 1.85, Dolby Digital
Décors : Arnaud de Moleron
Musique : Tindersticks
Costumes : Judy Shrewsbury
Durée : 100 mn
 

Alex Descas : Lionel
Mati Diop : Joséphine
Nicole Dogué : Gabrielle
Grégoire Colin : Noé
Ingrid Caven : la tante
Julieth Mars : René
Adèle Ado : La patronne du bar
 

site internet du film
Claire Denis sur Ecran Noir
 
 
35 Rhums


France / 2008

18.02.2009
 

Ozu et le grand père. Claire Denis : "c’est une histoire qu’on m’a racontée tout le temps dans mon enfance. L’histoire de mon grand-père qui était un homme veuf, qui a élevé seul ma mère, qui n’a pas eu d’autres enfants, qui ne s’est jamais remarié. Avec mes frères et soeurs, on sentait à quel point le moment où notre mère l’avait quitté avait dû être crucial. Car elle était la fille unique de cet homme-là. On se disait que nous, qui étions frères et soeurs avec un père et une mère, nous n’aurions probablement jamais une chose aussi cruelle à faire.




Et puis des années plus tard, il y a eu une rétrospective Ozu à Paris, un été, et plusieurs soirs de suite, j’ai emmenée ma mère voir des films d’Ozu : je sentais que la présence du père chez Ozu, ça la concernerait, ça lui rappellerait son père, mon grand-père. Les sentiments y ont une façon particulière d’être exprimés. Je sentais bien que je m’acheminais vers l’envie d’un film. En réalité je repoussais l’idée car je ne voyais pas qui pouvait être cet homme. Je n’avais pas envie d’une réplique, pour moi c’était ailleurs que l’histoire se passait.
Mon grand-père était brésilien, je sentais bien qu’il n’était pas de France. Le fait d’être étranger, c’est comme si sa seule famille, c’était sa fille. Déjà toute petite, je voyais qu’il n’y avait qu’elle. Et quand ma mère s’est mariée, qu’elle a eu des enfants, il était un grand-père très particulier parce qu’il était d’abord le père de notre mère, beaucoup plus que notre grand-père. On comprenait qu’il nous aimait beaucoup moins qu’il ne l’aimait elle. Le projet de film était bloqué en moi parce que de toute façon j’avais l’impression que personne ne pouvait interpréter cet homme-là.
"


 
in dp
 
 
 
 

haut