Jours de France est le premier long de Jérôme Reybaud. Entre Depardon, Guiraudie et Vecchiali, le film est une quête de soi et un portrait d'un pays. Ce road-movie aussi intriguant que passionnant, romanesque que sensible, mérite qu'on s'y arrête.



1336 jours
Brimstone
Camino a la paz
Ewa
Fantastic Birthday
Fiore
Fixeur
Islam pour mémoire
La Belle et la Bête
La Fontaine fait son cinéma
La grand miracle
London House
N'importe qui
Sage femme
The Warriors Gate
Une vie ailleurs
Werewolf
Wrong Elements



La La Land
Lumière! L'aventure commence
Moonlight
Split
20th Century Women
Logan
T2 Trainspotting
Terre de roses
Traque à Boston
Grave
The Lost City Of Z
L'Autre côté de l'espoir



Il a déjà tes yeux
Un sac de billes
Tous en scène
Raid Dingue
Sahara
American Honey
Cinquante nuances plus sombres
Lego Batman, le film
Silence
Alibi.com
L'indomptée
Loving
Rock'n Roll
Underworld: Blood Wars
Certaines femmes
Fences
Les Fleurs bleues
Lion
À ceux qui nous ont offensés
Patients
Citoyen d'honneur
De Plus Belle
Kong: Skull Island
Le secret de la chambre noire
Les figures de l'ombre
Miss Sloane
Monsieur & Madame Adelman
Paris pieds nus
Jours de France
Mate-me por favor






 (c) Ecran Noir 96 - 17


  

Production : Akson studio
Distribution : KMBO
Réalisation : Andrzej Wajda
Scénario : Andrzej Mularczyk
Montage : Pawel Edelman
Photo : Grazyna Gradon
Décors : Marek Warszewski
Durée : 98 mn
 

Boguslaw Linda : Wladyslaw Strzeminski
Aleksandra Justa : Katarzyna Kobro
Bronislawa Zamachowska : Nika Strzeminska
Zofia Wichlacz : Hania
Krzysztof Pieczynski : Julian Przybos
Mariusz Bonaszewski : Madejski
 

Wladyslaw Strzeminski (wiki)
 

 
Les Fleurs bleues (Afterimage - Powidoki)



/ 2016

22.01.2017
 

Dans la Pologne d’après-guerre, le célèbre peintre Władysław Strzemiński, figure majeure de l’avant-garde, enseigne à l’École Nationale des Beaux Arts de Łódź. Il est considéré par ses étudiants comme le grand maître de la peinture moderne mais les autorités communistes ne partagent pas cet avis. Car, contrairement à la plupart des autres artistes, Strzemiński ne veut pas se conformer aux exigences du Parti et notamment à l’esthétique du « réalisme socialiste ». Expulsé de l'université, rayé du syndicat des artistes, il subit, malgré le soutien de ses étudiants, l’acharnement des autorités qui veulent le faire disparaître et détruire toutes ses œuvres.


 
Kristofy

 

haut