copie montre




Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 20










Le cinéma prend des couleurs...





Un large panorama...
Une semaine après la sortie en salles de La Cité de Dieu de Fernando Meirelles et Katia Lund (qui a déjà réuni 50000 spectateurs), le 5e Festival de Cinéma Brésilien de Paris va présenter au public la diversité de la culture cinématographique brésilienne avec un ensemble de manifestations au cinéma L’Arlequin et au Cinéalternative, deux salles art et essai qui résistent aux multiplexes. Le cinéma invite aussi d’autres arts comme la musique (avec quelques concerts) et les lettres (avec des lancements de livres).
Comme à son habitude, le Festival présente un panorama complet de la production cinéma du Brésil avec des cycles de court-métrages, les films sortis de 2002, une programmation sur le " Sertao au cinéma ", et un hommage à l’actrice Marieta Severo. Un regard sur un cinéma en général, sur son passé et sur son actualité.
Le Festival va commencer par la présentation du film L’homme de l’année de José Henrique Fonseca. Présenté au dernier Festival de Berlin dans la sélection Panorama, le film s’inspire du roman " O Matador " (Le meurtrier) de Patricia Melo. C’est l’histoire d’un homme banal qui devient une star du crime, respecté par les malfrats, craints par les policiers et admirés des femmes. José Henrique Fonseca a écrit le scénario du film avec son père, l’écrivain Rubem Fonseca.

Toutes les cultures du Brésil...
La programmation du Festival comprend la présentation, souvent inédite, de la nouvelle production cinéma brésilienne avec Les Conteurs du Val de Javé d’Eliane Caffé (2003), Que sera sera de Murilo Sales (2002), Edifice Master d’Eduardo Coutinho (2002) ou Radio Favela de Helvecio Ratton (2002).
C’est également l’occasion de mettre en avant une personnalité comme Marieta Severo. A 57 ans, elle est l’une des actrices brésiliennes les plus populaires. Elle a joué dans plus de 40 films et a été l’héroïne de nombreuses séries télé (les fameuses telenovelas que tous les Brésiliens regardent).
En plus de cet hommage, le Festival continue son exploration des liens entre le territoire brésilien et le cinéma. Après l’Amazonie, le Sertao fait l’objet d’une rétrospective avec une présentation de longs et de court-métrages sur cette région. Une occasion de voir, au passage, les classiques de Glauber Rocha, Neslon Pereira dos Santos et Ruy Guerra.
En 2003, le Festival poursuit son développement : plus de 60 films présentés, des rencontres autour du cinéma et de la culture brésilienne, un jury de professionnels pour remettre un Prix du jury,... tout en respectant sa vocation et la grande qualité de sa programmation.

Festival du Cinéma brésilien de Paris
Du 26 mars au 1er avril 2003 à L’Arlequin (6e) et au Cinéalternative (10e).
Association Jangada : 01 55 26 98 50.