Berlin 2016
18 films en compétition pour le jury de Meryl Streep. Le grand chelem des festivals est lancé pour la saison 2016, avec, au programme Denis Côté, Jeff Nichols, André Téchiné et Mia Hansen-Love.replika órák rolex replika


- Oscars 2018

- Césars 2018

- Oscars 2017

- Césars 2017








 (c) Ecran Noir 96 - 19






Du 25 novembre au 11 décembre 2006

Site officiel et programme

MK2 Quai de Loire : projections

Accès
MK2 Quai de Loire : 7 Quai de Loire 75019 M° Jaurès
Les Souffleurs : 7 rue de la Verrerie 75004 M° Hôtel-de-ville

Tarifs
MK2 Quai de Loire : 5€30 (matinée), 9€80 (soirée), 6€90 (tarifs réduits)
Les Souffleurs : gratuit

- Le cauchemar de Darwin, H. Sauper, 2004
- The constant Gardener, F. Mereilles, 2004
- Les raisins de la colère, J. Ford, 1940
- Les glaneurs et la glaneuse, A. Varda, 1999
- La ville est tranquille, R. Guediguian, 2000
- Riff Raff, K. Loach, 1991
- Ca commence aujourd’hui, B. Tavernier, 1998





FESTIVAL ETATS D’URGENCE : LA PAUVRETE DANS L’ABONDANCE





Organisé par l’association Le cri du peuple, le festival "Etats d’urgence" présente deux fois par an des œuvres de fiction et des documentaires réunis autour de thèmes sociaux, économiques et politiques communs. Pour cette deuxième édition 2006, le festival s’est intéressé au thème de la pauvreté dans l’abondance. Le but visé était de s’interroger sur les liens entre croissance économique et inégalités, en suscitant des discussions à l'issue de la projection d'œuvres de fiction et de documentaires. Ces derniers ont en effet souvent cherché à rendre compte de ce paradoxe entre pauvreté et abondance, aussi bien entre pays du Nord et pays du Sud ou même à l’intérieur des pays développés. Parmi les films proposés, les spectateurs ont ainsi pu redécouvrir des œuvres cinématographiques de qualité comme The Constant Gardener ou Les raisins de la colère, des messages à la fois artistiques, sociaux et politiques, qui ont pour objectif de porter la discussion sur les formes différentes que prennent ces inégalités.

Pour clôturer ce festival, le réalisateur Bertrand Tavernier était invité au MK2 Quai de Loire afin de participer à une discussion avec le public réuni. Suite à la projection de son film, Ca commence aujourd’hui, spectateurs et réalisateur se sont en effet entretenu autour d’un des problèmes majeurs soulignés par le film : la pauvreté dans la scolarité. Pour cela, Tavernier a d’abord évoqué la genèse de son film qui s’est construit autours d’une déclaration fait par un parent d’élève à un professeur, lui annonçant qu’il lui arriver de finir le mois avec trente francs. Parmi tous les enseignants réunis dans la salle, nombreux sont ceux qui se sont senti touché par le film et qui se sont reconnu au travers de cette situation difficile. Les témoignages se faisaient l’écho d’un terrible constat, celui de la dure réalité du milieu : il est souvent difficile de continuer tout en sachant que dans certaines situations, 70% de ces enfants ne trouveront jamais de travail. Certains se sont accordés à dire que le métier de professeur constituait avant tout un soutien affectif pour ces enfants. Le réalisateur est d’ailleurs revenu sur une déclaration de Lionel Jospin qui avait trouvé le film trop noir, mais lui s’est plutôt étonné de sa vision trop rose des choses. En parcourant le monde, Tavernier a fait face à de nombreux enseignants avouant se trouver dans une situation semblable à celle du film, se déroulant pourtant en France. « Vous avez raconté l’histoire de ma vie » lui a ainsi confié un spectateur japonais. Voici un film qui n’apporte justement pas de solution, mais nous laisse dans le doute en présentant un professeur se bagarrant pour ses idées mais qui se retrouve rapidement dépassé par l’ampleur du problème. Un portrait contraire à celui de "L’instit", s’est amusé le réalisateur, réconfortant et télévisuel à souhait.

Bilan
Malgré le mauvais temps, les spectateurs ont répondu présent pour cette séance de clôture , de même que Tavernier qui s’est prêté au jeu de la dédicace en se laissant emporter dans une longue discussion (de 2h!) avec son public. Pour les autres projections, les résultats demeurent aussi satisfaisants, supérieurs aussi bien le samedi que le dimanche à des films de premier passage. Notons pour terminer que les films du festival repasseront en matinée au MK2 Quai de Loire jusqu'à la fin des vacances de Noël.





ninteen