Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Mike Mills
Mohamed Ben Attia
Majd Mastoura
Jihane Chouaib
João Pedro Rodrigues
Radu Mihaileanu
Lucy Boynton
Todd Solondz







 (c) Ecran Noir 96 - 17



Venu assurer la promotion de sa nouvelle pépite Tangerine, le réalisateur Sean Baker a accepté de répondre à toutes nos questions. Les Oscars, la communauté LGBT ou encore le sexe, il se confie et dit tout. Absolument tout !
Ecran Noir: Comment expliquer le titre du film, Tangerine?





Sean Baker: Ce n'est pas un titre littéral dont le sens est clair dès le départ. Je trouve que le cinéma est le seul endroit où l'on demande aux artistes de nommer leur œuvre précisément. Il faut que ça ait du sens. Mais lorsque l'on a commencé à bosser sur ce projet avec mon équipe, l'idée de "Tangerine" ne cessait de revenir ici et là, alors on l'a gardé. J'ai déjà entendu de superbes interprétations de la part de spectateurs et j'ai hâte d'en entendre de nouvelles.

EN: Comment définiriez-vous votre film?

SB: Je dirais que c'est une comédie sur l'amitié et la famille à Los Angeles. Les gens utilisent souvent le terme "dramédie" aujourd'hui, mais Tangerine contient beaucoup plus d'humour que de drama !

EN: Quel est le personnage principal de Tangerine?

SB: Je dois admettre que c'est le film de Sin-Dee. Alexandra et Razmik sont davantage là pour la soutenir !

EN: Le côté politiquement engagé du film était-il voulu?

SB: Eh bien, tous mes films ont un petit quelque chose de politiquement engagé. Mais c'est vrai que pour celui-ci, j'avais envie que les gens voient le film et rentrent chez eux, se posent des questions, aillent chercher des réponses sur Google et réfléchissent aux conditions de vie des transsexuels et pourquoi ils se retrouvent à bosser dans l'industrie du sexe !

EN: Combien de temps a duré le tournage?

SB: On a tourné pendant 23 jours. Aux Etats-Unis, ils veulent toujours que l'on accélère les cadences de tournage mais j'aimerais faire comme en Europe : ralentir le rythme et prendre le temps de bien faire les choses.

EN: Combien coûte un film comme Tangerine?

SB: Moins de 100.000 dollars, c'est certain ! (rires)

EN: Vous seriez prêts à tourner à nouveau avec uniquement des iPhone?

SB: Oui… Mais pas le prochain film ! (rires) J'aime travailler sur de nouvelles choses avec de nouvelles techniques donc pas tout de suite. Si je le fais, ce sera certainement pour un court-métrage. Quand on a tourné Tangerine, le nouveau stabilisateur d'Apple venait de sortir et c'était juste dingue. Il fallait qu'on essaye.

EN: Vous n'avez pas peur que l'on prenne Tangerine pour un simple film amateur réalisé par un professionnel?

SB: Mais j'espère que ce sera le cas ! (rires)

EN: Est-ce qu'après un tel film, on se sent plus proche de la communauté LGBT?

SB: Je suis complètement hétéro, j'ai des tas d'amis gays et Tangerine m'a surtout initié. J'ai appris tellement de Mya [Taylor] et Kiki [Rodriguez] ainsi que de leurs amis que je me sens surtout éduqué. Ça m'a ouvert les yeux mais je ne peux pas dire que je me sens plus proche de la communauté LGBT dans son ensemble. Cela rassemble tellement de personnes, de groupes, de cultures qu'au mieux, je peux dire que je suis désormais plus proche de la communauté transsexuelle.

EN: Tangerine a-t-il changé votre vision du sexe?

SB: Pas nécessairement. Je suis du genre "fais ce qui te plaît tant que tu ne fais pas de mal aux autres" donc pas vraiment !

EN: Vous pensez un peu aux Oscars?

SB: Eh bien aux Etats-Unis, les producteurs commencent à pousser les campagnes de "For Your Consideration" et veulent mettre Mya Taylor (qui jouer Alexandra, NDLR) en avant, donc la réponse est oui.

EN: La mise en avant de Mya Taylor au lieu de Kitana Kiki Rodriguez (qui incarne Sin-Dee, NDLR) est-il un choix politique d'après vous?

SB: Pour certaines raisons, Mya [Taylor] plaît davantage à une certaine catégorie de personnes. Vous voyez ce que je veux dire…

EN: Hollywood est-il vraiment tolérant en ce qui concerne les personnes transgenres?

SB: Peu importe ce que l'on fait, à Hollywood, tout est question d'argent. C'est avant tout un business. Hollywood est contraint d'être ouvert, notamment à cause des différentes polémiques. Aujourd'hui au moins, il y a des directeurs de casting qui sont prêts à engager des transsexuels pour jouer des transsexuels. Pas comme avec Dallas Buyers Club où on prend Jared Leto !

EN: D'après vous, verra-t-on bientôt une personne transgenre remporter un Oscar?

SB: Je pense ! On a bien donné un Emmy Award à Laverne Cox pour Orange is the New Black hein.

EN: Toujours pour parler d'Oscars, vous pensez que Leonardo DiCaprio remportera le sien prochainement?

SB: Bien évidemment ! Même s'il a 65 ans ou qu'il est mort, on lui filera quelque chose. Il n'y a qu'à voir la bande annonce de son prochain film The Revenant pour se dire que le mec mérite un prix.

EN: Vous seriez prêt à réaliser un film de commande?

SB: Oui, mais seulement si j'ai la mainmise sur le final cut. C'est ma seule exigence.

EN: Vous pensez que le prochain Star Wars sera un director's cut?

SB: C'est une bonne question… J'ai quelques doutes : Star Wars c'est quand même un énorme film pour le studio en question !

EN: Quel est votre acteur préféré?

SB: J'aurais tendance à dire Gene Hackman ! Ce type est génial dans tout ce qu'il fait - même quand c'est nul. (rires)

EN: Si vous pouviez diriger un épisode de série, ce serait quoi?

SB: Je ne peux pas répondre à cette question ! (rires) Toutes les séries que j'adore (The Office, Les Sopranos, The Wire) sont terminées et je pense que si j'avais bossé dessus, je les aurais massacrées. Cela dit, P'tit Quinquin m'attire vraiment beaucoup.


   wyzman