Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Karim Aïnouz
Toni Servillo
Félix Dufour-Laperrière
Jayro Bustamente
Gilles Perret
Hélène Giraud
Ryusuke Hamaguchi
Rohena Gera







 (c) Ecran Noir 96 - 20



C'est en jogging (prête à aller faire un footing dans Paris) que nous accueille à bras ouverts et avec une bise, la somptueuse et talentueuse Natalia Tena, connue pour ses rôles de Nymphadora Tonks dans la saga Harry Potter, et de la sauvageonne Osha dans la série télévisée Le Trône de fer.. Souriante, drôle et naturelle, l'actrice aux yeux de chats s'est confié à Écran Noir sur 10 000 KM, son dernier film, mais aussi sur ses projets et son groupe de pop rock.
Écran Noir: J'ai entendu dire que le rôle d'Alex devait être pour une autre actrice à la base, comment avez-vous eu le scénario?




Natalia Tena: Oui c'est vrai c'était une autre actrice qui a fini par annuler. J'ai eu le scénario par mon agent Américain, pas espagnol mais bien Américain. Je faisais le film SuperBob en même temps et j'ai eu cet appel, un lundi je me souviens, de mon agent pour que je regarde ce scénario. Elle m'a expliqué que Carlos voulait vraiment me parler à propos de son film et qu'il me voulait dans la partie. J'ai donc attendu qu'il m'appelle, il ne l'a pas fait. De son côté il attendait mon appel aussi...c'était un véritable malentendu (rires). À ce moment là, j'étais en train de travailler en anglais américain, il y a une certaine différence entre l'anglais britannique et l'américain mais ce n'est pas aussi intense que ce qui m'attendait. C'était une idée intéressante mais vraiment lourde. J'avais peur que ce soit en catalan, si c'était en espagnol ça aurait été génial. Le vendredi suivant il m'a appelé. Comme j'étais en weekend à Los Angeles, je sortais avec des amis et je me suis retrouvée avec un appel à 0h. Je lui explique que je veux faire son film à condition que ce soit en espagnol et là il me répond «OUI bien-sûr!!!».

EN: Et travailler en espagnol pour la première fois c'est comment?
NT: Oui c'était ma première fois et c'était flippant. Ma famille est espagnole mais j'ai grandi en Angleterre du coup je ne savais pas comment le faire, je ne l'avais jamais fait avant. J'ai oublié beaucoup de mots en espagnol car je ne le pratique pas beaucoup. Bien évidemment au bout d'une ou deux semaines ça allait. Par contre, lorsqu'il s'agissait d'apprendre les répliques...en anglais c'est très simple mais en espagnol c'est très difficile pour moi!

EN: Et c'était comment de jouer avec des ordinateurs?
NT: (Ricanement) Avec les ordinateurs, c'était dur! Je n'utilise aucune de ces choses: Facebook, Twitter, je n'y comprends rien. C'est utile de temps en temps je n'y pense même pas. Par contre j'ai adoré jouer avec David, mon partenaire du film. David est l'homme le plus cool du monde, il est juste incroyable. C'était un plaisir de travailler avec lui chaque jour...mais vraiment chaque jour, chaque jour, je l'adore tellement mon Dieu.

EN: Comment vous vous êtes approprié le personnage d'Alex? À quel point vous vous êtes connectée à elle?
NT: Vous savez, chaque fois c'est différent. Avec elle c'est très porté sur l'observation, elle observe tout. J'ai essayé de jouer avec l'appareil photo que l'on m'a confié afin de voir comme elle.

EN: Avez-vous réellement pris des photos, celles que l'on voit dans le film par exemple?
NT: Non je n'ai pas pris les photos. L'un des amis du réalisateur s'en ait chargé. C'est à lui que l'on doit toutes les photos que mon personnage a prises. Je suis d'ailleurs nulle pour prendre les photos, le professeur qui m'enseignait comment en prendre perdait patience (rires).

EN: Vous semblez avoir une alchimie très forte avec votre partenaire David Vergader. Je repense à la scène du petit déjeuner que j'affectionne particulièrement, on dirait un vrai couple, c'en est presque magique et c'est très rare au cinéma autant de réalité...
NT: Nous avons été guidés par Carlos et il est vrai que nous avons essayé d'être le plus réel possible. Nous avons beaucoup improvisé ensemble. De plus nous devions tenir 23 minutes en un shoot...c'était intense de faire ça bien, avec toute l'équipe technique.

EN: Vous avez improvisé, j'ai également vu que vous avez rajouté des dialogues...
NT: Oui, d'ailleurs Carlos nous a encouragé à improviser de nombreuses scènes. Au début quand je suis arrivée en Espagne pour le tournage je ne connaissais pas encore le scénario. On a improvisé beaucoup de choses: la première fois qu'ils se sont rencontrés, leur premier baiser, leur première relation sexuelle, leur envie d'avoir un bébé qui est d'ailleurs au cœur de l'histoire. On a fait beaucoup de choses et ça a marché entre nous, du coup il a filmé.

EN: Et en ce qui concerne le point de vue technique?
NT: Nous avons fait tout ça de manière chronologique. Première séquence dans la boîte, trois jours après on faisait l'acte 2, ensuite l'acte 3 qui était la fin. J'aime particulièrement l'acte 1 et 2, le 3 un peu moins car c'était la fin et j'étais tellement triste vous ne pouvez pas imaginer. Tout le monde allait me manquer terriblement.

EN: Du coup ça fait quoi de travailler avec Carlos?
NT: Il est incroyable!! Il est devenu l'un de mes meilleurs amis, je serais prête à accrocher des photos de lui chez moi! C'est un réalisateur très émotif qui vous fait confiance et qui vous vient en aide lorsque vous êtes en difficulté.

EN: Vous avez une carrière plutôt diverse, comment vous choisissez vos rôles?
NT: Au début quand vous êtes artiste, vous êtes souvent au chômage, du coup lorsqu'un rôle vient à vous, il est très difficile de dire non. Je me souviens avoir rencontré Michelle Botelli, incroyable femme d'ailleurs, qui m'a dit «ce qui te définit ce n'est pas le travail que tu prends mais celui que tu refuses». Sa phrase m'a illuminé et du coup, même si je suis vraiment désespérée, j'essaye de dire non parfois car il vous suffit d'accepter quelque chose et de passer à côté d'autres choses de meilleures.

EN: Entre Harry Potter et Game Of Thrones, vous arrivez encore à vous balader tranquillement dans les rues?
NT: Personne ne me reconnaît! Après la saison 3 de Game Of Thrones, lorsque mon rôle (Osha) était un peu plus important, il y avait quelques personnes qui venaient vers moi mais sinon non. Comme mon personnage porte un long manteau et a une coupe de cheveux pas possible, je passe inaperçu!

EN: J'ai entendu que vous étiez chanteuse dans un groupe (Molotov Jukebox), du coup je suis partie écouter votre son et j'adore...
NT: Oui!!! Merci! Nous sommes en train d'enregistrer des nouveaux morceaux.

EN: Un concert en France est possible...
NT: J'adorerais jouer en France mais nous avons besoin de plus de promotions pour cela.

EN: Une comédie musicale ça vous tente?
NT: Ce serait intéressant! Après cela dépend du genre de musique et du rôle, mais ce serait super bien sûr!

EN: C'est quoi la suite pour vous?
NT: Je fais des nouveaux morceaux, il y a aussi l'album Tropical Gypsy qui arrive. Vous verrez ce sera rose, bien bruyant et drôle. Je vais également bientôt commencer la promotion de la série Les Réfugiés et du film SuperBob de Jon Drewer.


   cynthia