Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Karim Aïnouz
Toni Servillo
Félix Dufour-Laperrière
Jayro Bustamente
Gilles Perret
Hélène Giraud
Ryusuke Hamaguchi
Rohena Gera







 (c) Ecran Noir 96 - 20



La cinéaste danoise Lone Scherfig est aussi modeste et naturelle qu'elle est talentueuse. Drôle, attendrissante, les garçons de The Riot Club, Max Irons et Sam Clafin, avaient raison, elle a se petit côté maternelle qui la rend si formidable.
Écran Noir: Quand est-ce que vous avez entendu parler pour la première fois de la pièce Posh, qui a inspiré le film The Riot Club?




Lone Scherfig: Je préparais le film Un Jour et j'étais à la recherche d'acteurs pour ce film. J'ai voulu voir cette pièce car il y avait beaucoup de garçons dedans. Bon, je n'en ai sélectionné aucun, mais ce fut la première fois que j'ai vu Posh dans un théâtre très bourgeois d'ailleurs. C'était assez drôle, le public ressemblait aux gens sur scène (rires). Puis je l'ai revu dans un autre théâtre, bien différent du premier et je me suis dis qu'il ferait un bon film. J'ai ensuite demandé à Laura l'écrivain de me solliciter si elle avait l'intention un jour d'en faire un film...ce fut un bon début!

EN: Combien de temps y-a-t-il eu entre l'élaboration du scénario et la réalisation du film?
LS: Un an. Ce qui est très rapide, car en temps normal cela peut prendre des années entre la recherche du casting et l'adaptation du scénario.

EN: Il y a deux parties bien distinctes dans le film: celle où on aime ces garçons et on a envie de faire partie de leur club et l'autre partie, celle du restaurant, où on les déteste, j'ai l'impression que c'est une réflexion moderne sur la communauté bourgeoise dont Miles est la victime...
LS: Miles et même Alistair sont bourrés de doutes. Ils ne savent pas ce qu'ils doivent faire ou non. Ils aiment ces garçons, ils sont si charmants, attractifs et voilà qu'il y a deux places dans leur club et eux ils sont deux. Comme dit Laura, la scénariste, c'est un film de vampires! Vous savez lorsque vous voyez le changement de caractère des personnages. Le club a révélé le pire d'eux-mêmes. Quant à Miles, il est le plus inquiet mais aussi le plus faible parce qu'il pourrait quitter le club, mais il ne le fait pas. Il pourrait appeler un taxi et quitter le restaurant mais non. C'est une faiblesse humaine presque. Ils sont drôles, intelligents et de bonne compagnie mais petit à petit, vous prenez conscience en tant que spectateur, et surtout avec ses deux parties, que vous n'êtes pas comme eux et qu'ils ne sont pas excusables. Un film de vampires en somme.

EN: Surtout Alistair, au début on le croit timide et vulnérable et après c'est la décadence...
LS: Oui totalement! Et vous savez il y a cette histoire avec son frère aussi. Il était une légende du Riot Club pourtant il n'a pas eu de vrai travail après la fac. C'est lors de l'évocation de ce moment que l'on découvre la véritable peur de ces gens. C'est pour cela qu'Alistair au restaurant lève son verre puis le jette en hurlant «Je hais les gens pauvres!» (rires). Il a peur de finir ainsi.

EN: Quel est votre moment préféré du film?
LS: Je pense que c'est le milieu du film lorsque vous découvrez un à un qu'ils ne sont pas si appréciable que ça. Lorsqu'il prennent de la drogue et explose la pièce.

EN: Pouvez-vous me parler un peu de la petite copine de Miles? Elle semble être un ange au milieu de démons...
LS: Elle est surtout très intelligente. Elle aurait été commune si elle avait, par exemplen donner une seconde chance à Miles. Si vous regardez l'histoire de son point de vue, vous verrez par exemple que Miles n'a pas été le parfait petit ami. Il ne l'écoutait quasiment pas et après il s'est passé ce qu'il s'est passé vous savez et il n'a pas bougé le petit doigt donc elle s'est sentie trahi. Elle ne pouvait pas lui pardonner, elle est trop intelligente pour ça!

EN: Pouvez-vous imaginez un club comme celui-ci avec uniquement des femmes?
LS: Oui il y en a. Et j'ai entendu des histoires tellement horribles à ce sujet. Par exemple le premier critère pour faire partie du club de ces filles, c'est la beauté. Pourtant elles sont vraiment intelligentes, elles viennent de Cambridge et elles enchaînent devoir sur devoir. J'ai entendu une histoire sur une fille qui était membre de ce club à l'Université et qui a voulu reformer le club après quelques années. On lui a dit «désolée on ne peut plus te garder, tu n'es plus assez belle pour faire partie du club!». C'est horrible!
Aux États-Unis en ce moment, il y a un gros scandale à l'Université de Virginie à propos de tournantes et de viols dans les clubs. Du coup les filles s'inspirent de ces clubs pour faire les leurs. Bon, bien évidemment, il y a des bons clubs encore, comme le club du livre, celui de la science par exemple. Ce n'est pas que des clubs horribles non plus (rires). Même à Oxford, il y a de nombreux bons côtés.

EN: Si le Riot Club existait vraiment vous imagineriez qui comme acteur dedans?
LS: Comme membre?

EN: Oui comme membre
LS: Je ne voudrais y voir personne (rires)! Je voudrais que lentement mais sûrement ils arrêtent ces clubs. C'est peut-être une tradition, mais il s'agit d'une mauvaise tradition! Mais non je ne veux pas imaginer quelqu'un là dedans. Par contre, je crois qu'il y a pas mal d'acteurs anglais qui ont été à Oxford. Vous vous souvenez de l'oncle Jeremy dans le film? Et bien, l'acteur qu'il l'incarne a été à Oxford...

EN: En parlant d'acteurs, ça fait quoi de travailler avec tous ces jeunes et beaux garçons?
LS: Vraiment super (rires)! Ils travaillent sérieusement, ils sont gentils avec tout le monde et entre eux, ils sont toujours préparés. C'est un vrai groupe qui ne cherche pas qu'à briller. Même s'ils font la même chose et qu'ils s'habillent tous de la même façon, ils ont chacun une personnalité propre et jouent tous d'une façon différente.

EN: Comment les avez-vous sélectionnés?
LS: On avait vu tellement de gens. On a fait passer un casting à tout le monde. C'est parti d'un grand groupe qui rapetissait petit à petit. Avec Max j'ai su que c'était lui à la minute où je l'ai vu franchir la porte. Pour Sam, on voulait qu'il fasse le film mais il le souhaitait à condition qu'il soit Alistair. Il voulait jouer le méchant (rires) (lire notre interview avec Sam Clafin).

EN: À quel point êtes-vous proche du milieu bourgeois anglais?
LS: Je l'ai jamais été. J'ai déjà filmé à Oxford pour le film Une Éducation donc j'ai dû y être souvent mais sinon non je n'ai vraiment aucune connexion avec ce milieu. Du coup j'ai souvent dû faire des recherches pour la production, le maquillage, les costumes. Les acteurs ont fait des recherches également.

EN: Avez-vous tourné à Oxford même?
LS: C'est une combinaison entre Oxford et Winchester. Nous n'avons pas tourné qu'à Oxford, on était souvent à Londres aussi.

EN: Vous aimeriez que la famille royale d'Angleterre voit le film?
LS: Oui j'aimerais. Non pas que j'ai un message à leur transmettre mais je pense que la jeune génération de la famille royale d'Angleterre ont une influence sur la société. J'ai été plus qu'honoré d'ailleurs lorsque j'ai su que la Reine Elizabeth a demander à voir Une Éducation (rires).

EN: Entre Une Éducation et The Riot Club, vous semblez particulièrement apprécier l'enseignement anglais, je me trompe?
LS: C'est vrai, j'adore ça! Je pense que moi-même j'aurai aimé être à Oxford. C'est un monde fantastique avec tellement de connaissance et les gens semblent heureux d'y étudier. De plus ils ont les meilleurs enseignants du monde. Le seul problème est lorsque vous ne venez pas d'une classe sociale aisée. Il est plus difficile pour vous de vous intégrer. La classe dominante est la classe bourgeoise.

EN: Dans The Riot Club quel est votre personnage préféré? LS: Oh c'est dur de choisir. Ils sont tous géniaux! Mais si je devais les rencontrer, je veux dire dans la vraie vie, je n'en aimerais aucun! Je ne me sentirais pas en confiance non plus si je devais passer le weekend chez eux par exemple.

EN: Si vous aviez des amis comme eux, quel conseil pourriez-vous leur donner?
LS: Avec les privilèges viennent les responsabilités.

EN: Quel est votre prochain film?
LS: Je souhaite faire un film sur la seconde guerre mondiale et plus précisément sur la propagande, l'année prochaine. J'écris aussi un film américain. Ce sera d'ailleurs mon premier film à New-York.

EN: Si le Riot club vous recrute vous répondriez quoi?
LS: (Rires) je dirais «Non merci!»


   cynthia