Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Karim Aïnouz
Toni Servillo
Félix Dufour-Laperrière
Jayro Bustamente
Gilles Perret
Hélène Giraud
Ryusuke Hamaguchi
Rohena Gera







 (c) Ecran Noir 96 - 20



Actrice et réalisatrice espagnole, Iciar Bollain était présente au Festival du Film de Valenciennes édition 2008. Son dernier film, Mataharis, était présenté en compétition officielle. Najwa Nimri a d'ailleurs reçu le prix d'interprétation féminine lors de ce festival pour son interprétation d'Eva, l'une des trois personnages principaux de ce film.
EN : Au début du film, ces trois femmes apparaissent comme trois wonderwomen qui jonglent parfaitement avec leurs vies professionnelles et personnelles. Au fur et à mesure, on se rend compte que leurs mondes s’effritent peu à peu…
IB : Pour beaucoup de femmes, il est vraiment difficile de combiner bien ces deux choses. Pour l’une c’est difficile car elle a des enfants. Pour une autre c’est difficile d’allier ses propres idées et son travail. Le personnage d’Inés est assez représentatif de ce questionnement. « qQue vais-je faire pour gagner ma vie ? », tout le monde se pose cette question. Mais avec le métier de détective, il y a la question de morale qui rentre en ligne de compte. Le film parle aussi de cela ; comment bien allier les deux, travail et morale ? Inés veut bien faire son travail, mais pas n’importe quel travail. « Est-ce que ce que je fais est bien ? ». Tout dépend du point de vue ; par rapport au patron qui souhaite surveiller ses employés ou en se plaçant du côté de l’employé qui cherche à aider ses camarades ?

EN : Pourquoi avoir choisi ce sujet de l’espionnage ?
IB : Parce-que c’est une chose très actuelle. Les détectives m’ont dit que c’était un travail en forte hausse. Beaucoup de gens que ce qu’on pense font aujourd’hui appel à des détectives. Je pensais qu’il était surtout question d’histoires de couples, de familles, d’adolescents avec des problèmes…mais c’est essentiellement le monde du travail qui fait appel aux détectives. Le film ne raconte qu’un seul cas qui se passe dans le monde du travail mais il y en a en réalité énormément. Par exemple, il y a de très nombreux détectives qui travaillent pour le secteur des assurances. Beaucoup sont aussi employés pour vérifier la véracité des curriculum vitae, pour surveiller des employés soupçonnés de travailler pour plusieurs entreprises. Certains chefs d’entreprise utilisent aussi un système de webcams afin de surveiller leurs employés. En Allemagne, une entreprise utilisait ce système jusqu’en dans la cantine afin de savoir de quoi parlaient ses employés. Ca a fait un véritable scandale.
On gagne beaucoup de pouvoir à savoir ce que disent les autres. Les patrons se justifient en disant qu’ils doivent savoir ce qui se passe dans leur entreprise. Mais il faut aussi savoir où est-ce que l’on place la frontière.

EN : Cet appel aux détectives se fait-il aujourd’hui exclusivement dans le monde du travail ou encore dans la cellule du couple ?
IB : Dans les deux. Avant les détectives travaillaient surtout pour des affaires de couple. L’homme engageait quelqu’un pour savoir ce que faisait sa femme, tes parents pour savoir ce que faisait leur enfant… Mais aujourd’hui ce mode de « surveillance » s’est aussi beaucoup développé dans l’univers du travail.

Page précédentePage suivante