Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Mike Mills
Mohamed Ben Attia
Majd Mastoura
Jihane Chouaib
João Pedro Rodrigues
Radu Mihaileanu
Lucy Boynton
Todd Solondz







 (c) Ecran Noir 96 - 17





Le dernier film de Pedro Almodovar « la mauvaise éducation » appartient à cette catégorie de films qui nous transportent et nous chavirent, ceux qu'on aimera regarder dès que l'on voudra se rappeler ce qu'est, ou ce que devrait être le Cinéma. Comme souvent on retrouve chez l'auteur hispanique, des dédoublements, des jeux de miroirs, des allers retours entre passé et présent, le trouble. Comme toujours le cinéaste concilie avec brio une multiplicité, une complexité du scénario et une mise en scène, à couper le souffle, qui ferait pâlir n'importe quel peintre. Pedro Almodovar nous offre un superbe mélo sur l'homosexualité, la pédophilie, la passion dévastatrice et le cinéma ; Un film noir, percutant, complexe et adulte qui fera beaucoup parler de lui lors de sa sortie. Certaines associations catholiques commencent déjà à distribuer des tracts pour appeler à « boycotter » sa sortie, ce qui paraît bien ridicule car au-delà du fait qu'on est en démocratie, vouloir empêcher une œuvre de sortir c`est bien supposer que l'on a quelque chose à se reprocher.

Le plaisir fut donc immense de rencontrer le Génial Pedro Almodovar le mercredi 27 avril dernier au cœur d'un grand hôtel parisien !

Ecran Noir: Comment est née l'idée de « La mauvaise éducation » ?




Pedro Almodovar: Dans les années 70, j'avais écrit un récit très court dans lequel je racontais l'histoire d`un travesti qui venait présenter un spectacle dans la ville où il avait étudié, et qui retournait dans son ancienne école, une école catholique, pour régler ses comptes avec un prêtre, pour se venger.
Et puis j'ai laissé ce récit au fond d`un tiroir, sans plus y penser. C'est seulement dans les années 90 que je l'ai retrouvé par hasard, et c`est à ce moment là que je me suis dit que je pourrais en faire un film. Mais le récit ne comprenait qu'une des histoires que l`on retrouve dans « la mauvaise éducation », et à partir de là j'ai commencé à chercher, puis à trouver les différentes histoires que je voulais raconter.
Je ne voulais pas parler uniquement de l`église catholique et des travestis. Je voulais aussi parler d`un frère, d`un prêtre défroqué, de la passion fatale que peuvent ressentir certaines personnes, et de la nécessité de vivre dangereusement.

EN: Etes vous d`accord pour dire que vous avez été rarement aussi loin dans la provocation avec « la mauvaise éducation » ?
PA: J'ai tout à fait conscience que mes films font souvent scandale, mais choquer n`est pas ma motivation première. Lorsque j'écris une histoire, je ne cherche pas à faire scandale, je cherche avant tout à raconter une histoire. Bien entendu je me rends bien compte que ce film va en choquer beaucoup, en frapper certains, leur paraître scandaleux ou au contraire être un reflet d`eux-mêmes.
En fait ce qui m'importe, quel que soit le thème de mon film, c'est d'émouvoir le spectateur et avec ce film de le frapper.

EN: Vous êtes agnostique et pourtant vous dites être fasciné par la religion catholique, pourquoi ?
PA: S'il fallait décrire la liturgie catholique, je dirai d`abord que les textes sont magnifiques, que les paroles utilisées sont lyriques et que la mise en scène est superbe. C'est une mise en scène qui éveille à la fois l'émotion et qui a en même temps beaucoup de significations.
Toute cette liturgie est très riche, elle est spectaculaire.
Par exemple si l`on considère le sacrement du mariage, on se rend compte combien les paroles sont belles, même si l'on peut penser qu`elles ne sont pas vraies. Et s'il y a un écrivain derrière tout ça, il est excellent !
Enfant, j`avais sans doute déjà la vocation de réalisateur car j'étais fasciné par tous ces rituels religieux, et même par les défilés militaires !! (rires)

EN: Avez vous conscience de la réaction que le film va provoquer chez les catholiques lors de sa sortie française ?
PA: Je crois qu`en France l'église catholique est civilisée et qu'il n'y aura probablement pas de réactions extrêmes. J`ai beaucoup plus peur de l`Italie avec le Vatican ! J'espère, quoi qu`il en soit, qu`il n`y aura pas de réactions. D'ailleurs si ça gêne l'église qu'on dénonce ses abus sexuels elle se discrédite, car on en parle tous les jours dans les journaux ! Aussi je pense qu'elle s'abstiendra de réagir.

EN: Il y a plusieurs histoires au sein même de l`histoire. Ne craignez-vous pas que le spectateur se disperse, qu'il perde le fil ?
PA: C'est vrai que la dispersion est un danger, et j'ai un peu peur que les spectateurs se perdent. Tout mon effort se concentre sur ce point. Malgré la complexité, la multiplicité de l'histoire, je mets tout en œuvre pour que le spectateur ne se perde pas dans ce labyrinthe.
Mais c'est vrai que je suis spécialisé dans les films qui ne vont pas « tout droit ». Les histoires de mes films sont des sortes de ramifications, des branches d'un arbre au tronc commun.

EN: Le Franquisme et la Movida sont les toiles de fond du film. Vous ne souhaitiez pas développer davantage le coté social de ces deux périodes ?
PA: Il est vrai qu'au début du film, l'action se déroule dans une Espagne sombre, répressive, l'Espagne des années 60, celle du Franquisme, qui contraste avec l'époque de liberté personnelle que vivent les personnages dans les années 80, la deuxième partie du film. Mais c'est vrai que je n`ai pas développé le côté social. Ces époques servent de toiles de fond aux deux parties du film, mais je n'ai pas voulu faire un film sur le Franquisme ou la Movida.

EN: Au fur et à mesure de vos films, on sent votre cinéma plus sombre, plus mélancolique. Cela correspond t-il avec votre état d'esprit actuel ?
PA: Je crois que c'est bien sur lié au passage du temps et à la maturité. Mais en ce moment je travaille sur une comédie avec plein de personnages féminins, et c'est une comédie !

EN: « La mauvaise éducation » va ouvrir le 57ème festival de Cannes. Que ressentez-vous ?
PA: C'est une joie et un grand privilège ! C'est la première fois qu`en 57 ans qu'un film espagnol ouvre le festival. J'espère d'autant plus que ce sera une grande fête, car le film est sorti en Espagne quelques jours après les attentats, et nous avons du annuler toutes les festivités prévues à cet effet.
Cannes sera donc, en quelque sorte, la sortie mondiale du film !

EN: Quel regard portez-vous sur votre carrière et vos débuts ?
PA: Je crois que j'ai eu beaucoup de chance dans ma carrière professionnelle si je me compare à d'autres réalisateurs espagnols qui souvent font un ou deux films , mais qui malheureusement n'arrivent pas à en faire une quinzaine.
J'ai eu la grande chance de pouvoir faire exactement les films que je voulais faire. Je suis né au mauvais endroit et au mauvais moment, un peu comme quelqu'un qui serait né au Japon et qui rêverait de devenir torero.
A ma grande joie, j`ai réussi, malgré tout, à faire de mon rêve une réalité.

Propos recueillis par Charlotte de Rémur - Avril 2004


   charlotte