Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Andrew Steggall
Gabriele Mainetti
William Oldroyd
Sherwan Haji
Mike Mills
Mohamed Ben Attia
Majd Mastoura
Jihane Chouaib







 (c) Ecran Noir 96 - 17





Jean-Jacques Beineix, cinéaste en mal de projets (il prépare Mortel Transfert après avoir abandonné son projet de vampires), est vice président du conseil d'administration du Festival du Film de Paris. Une seule justification : il est cinéaste et parisien...
Ecran Noir : Bonjour. Quel est votre rôle en tant que vice-président du conseil d’administration du festival du film de Paris?

Le livre Bye Bye Bahia


Jean-Jacques Beineix : Je travaille dans une équipe avec Daniel Toscan du Plantier, Louisa Maurin... Je suis cinéaste parisien, né et élevé à Paris, première projection de film à Paris. Et puis, je fais des films à Paris, je travaille dans le cinéma depuis 30 ans. Donc, voilà, ça doit être pour ça qu'ils m’ont demandé de travailler avec eux.

EN : Quels sont les objectifs justement de ce festival?
JJB : Je crois que ce festival a une ambition: c’est d’être dans et avec la ville de Paris. C’est une ambition de la ville de Paris aussi de se doter d’un festival digne de ce nom. C’est très difficile de créer un événement dans une ville comme Paris, parce que c’est la plus grande salle de cinéma du monde. On peut voir chaque jour de l’année un film. Donc c’était normal, il y a une montée en puissance du festival, parce qu’en face vous avez Berlin, qui est une capitale européenne, Paris est une capitale européenne. Il y a un phénomène européen du cinéma qui est en train de naître. Je pense sincèrement que dans les trois ans qui viennent, on voit apparaître déjà en philigramme la silhouette d’un Airbus cinématographique. Je pense que c’est tout à fait possible. Je reviens d’Allemagne, mon prochain film est co-produit par les allemands, et il y a une volonté européenne, il y a une synergie européenne. Donc il y a une synergie Berlin-Paris, une émulation. Certains pourront dire une concurrence. Il n'y a que l’europe qui peut s’offrir ça.

EN : Justement, comment avez-vous choisi le président du jury de cette année, comment s’est passée la concertation?
JJB : C’est une concertation amicale. On passe en revue un certain nombre de présidents potentiels. Alors, entre les gens qui sont susceptibles de pouvoir tenir ce rôle, entre les libertés que les tournages des gens susceptibles d’être président, entre le temps que ça leur laisse, les dates de liberté, tout ça, on arrive à quelqu’un comme Jeunet qui est un jeune réalisateur tout en n'étant plus un jeune réalisateur parce qu’il a déjà à son actif une sérieuse liste de films. Une compétence, il a fait beaucoup de choses, et puis il a un style très personnel, il a été faire aussi un film au Etats-Unis, ce qui montre à valeur égale, je veux dire à arme égale, le cinéaste français fait largement aussi bien que n’importe quel autre cinéaste. Puis, je crois qu’il incarne aussi une personnalité du cinéma français. Je trouve que c’était bien que ça soit un cinéaste français qui préside ce festival. Cela aurait pu être un cinéaste européen, ça aurait pu être Stephen Frears, Emir Kusturica... Jeunet, ça tombe très bien voilà.

EN : Et comparé à 98, le jury est plus de français que l’année dernière, c’est un choix?
JJB : Oui, c’est certainement un choix, mais en même temps ce n’est pas une ligne éditoriale, mais ça tombe très bien, il y a une belle cohérence. Il y a une volonté de toute manière européenne. Chaque année aura sa particularité. Cette année, c’est un peu plus français. On ne va pas dire franco-français parce que ça a toujours l’air péjoratif, tous les gens qui sont dans le jury sont des gens de qualité.

EN : Quels sont vos souhaits pour ce festival de Paris 1999?
JJB : Mes souhaits, c’est que ce festival devienne de plus en plus important, que le public parisien prenne bien conscience de la chance qu'il a de vivre dans cette ville du cinéma. Que les français réalisent à travers les parisiens qu’ils ont eu un rôle extraordinaire à jouer dans l’édification d’une culture européenne, que nos yeux ne doivent pas être perpétuellement braqués vers les Etats-Unis, et qu’on a ici chez nous, en Europe, un immense marché, potentiel de création, une histoire, des lieux, des racines, des aventures, des expériences, un vécu, une civilisation, un humanisme. Et nos films, le cinéma européen, le cinéma français, c’est une alternative, c’est une autre vision du cinéma, elle est encore très humaine. C’est un lieu où les gens peuvent s’exprimer, c’est un miroir de notre société. Voilà, mon ambition, c’est que le festival de Paris participe de ça. Ce n’est pas d’en faire forcément le plus grand festival du monde. Tout ça, c’est des conneries! En réalité, c’est d’en faire un lieu d’échange qui permette aux parisiens de se situer dans l’espace culturel et cinématographique.

EN : Juste un mot sur votre prochain film?
JJB : Mon prochain film est en préparation, mais c’est surtout un film dans lequel Paris va être, je dirais, le premier personnage en dehors des acteurs. Ca se tourne à Paris, on survole Paris, on va découvrir Paris comme on ne l'a jamais vue. On va habiller de lumière la ville, on va faire beaucoup de choses. Et donc Paris sera vraiment célébrée dans ce film.

EN : Les acteurs sont déjà définit?
JJB : Il y a Jean Reno déjà, et puis un acteur anglais et une actrice dont je vous réserve la surprise...

EN : Et bien je vous remercie beaucoup Jean-Jacques Beineix.
JJB : Et bien c’est moi qui vous remercie.

propos recueillis par bertrabd


   bertrand