Sara Forestier
Sara Forestier. Elle trouve que son nom est passe-partout, alors elle emprunte celui de Bahia BenMahmoud pour Le nom des gens. Rencontre avec une actrice nature et généreuse.



Karim Aïnouz
Toni Servillo
Félix Dufour-Laperrière
Jayro Bustamente
Gilles Perret
Hélène Giraud
Ryusuke Hamaguchi
Rohena Gera







 (c) Ecran Noir 96 - 20



Il est bavard. Passionné en fait. Nils Tavernier adore parler de son docu. Ou plutôt du sujet du docu. 2 ans après le putsch des cinéastes contre les Lois Debré, De l'autre côté du Périph' co-réalisé par Tavernier père et fils fait encore parler de lui, au FCMM ou au FIPA. C'est en terrasse, l'automne dernier que le pas du tout matinal Nils nous a fait partager son expérience de documentariste.
Ecran Noir - Y avait-il un scénario pré-conçu ?





Nils Tavernier - Il n'y avait rien. Juste la lettre d'un ministre qui disait à mon père: "Vous ne savez pas ce que c'est l'intégration! Allez voir aux Granbds Pêchés, à Montreuil, une cité à côté de Paris." Mon père a été voir, et suite à un débat-discussion, j'allais essayer de faire un film. Il m'a envoyer sur le terrain pour voir si c'était possible de faire un film, si on puvait circuler dans la cité... J'ai tourné mon premier tier seul et après j'ai essayé de faire les rendez-vous avec lui, du genre toutes les 2 heures. Mais on a très vite arrêté cette méthode.

EN - On a l'impression d'un point de vue téabli dès le départ, notamment dans le choix de vos personnages...

NT - Je ne sais pas si il ya un point de vue dès le départ. On a simplement montré ce qu'il y avait sur le terrain. Mais si je pouvais filmer dans la cité, cela signifiait surtout que ce n'était pas la guerre civile. L'endroit n'était pas hostile. Ça ne veut pas dire que c'était facile. Ça reste une des cités chaudes autour de Paris. Le taux de chômage est élevé. le taux de criminalité aussi. C'est clair que c'est pas le 16ème à Paris [quartier chic]. Mais c'est pas non plus Beyrouth. J'ai l'impression que la représentation des Cités en France dans l'inconscient collectif n'est pas juste. Cette image est faussé.e C'est vrai que je n'irais pas en baskets à 600 francs et avec ma veste à 1000 balles. On me les aurait taxées.
C'était intéressant de rencontrer des gens qui cassaient un peu l'image qu'ont ces Cités en général. Il y a un vrai racisme par rapport aux Cités. C'est dû à une méconnaissance.

EN - Que connaissiez-vous des Cités ?

NT - Je n'ai pas ces ignorances. J'y traîne depuis que j'ai 5 ans. Ça n'a pas été uen découverte. Par contre, ce qui a été une révélation, c'est le côté humain, les personnes que j'ai rencontré. Un homme dans un bar mais un mec magnifique. C'était vachement agréable.

EN - Ce n'est pourtant pas un havre de paix. Vous-même vous parliez d'une cité chaude...

NT - Pas particulièrement chaude. C'est une des cités chaudes mais elle n'est pas plus dangereuse qu'une autre. Ça fait partie des quartiers, des lieux en France qui ont le plus haut taux de criminalité. Dans cette banlieue de Paris, le taux d'immigration est aussi très élevé. Mais les Grands Pêchés ce n'est pas une cité plus chaude que les autres. Quand un Minsitre envoie une lettre en disant "Allez voir les Grands Pêchés!", il ne sait pas de quoi il parle.
Ce qui est sûr c'est que l'intégration - même si je ne sais pas encore ce que ça veut dire - aux Grands Pêchés se passe bien. Les noirs, les arabes, les blancs cohabitent. Il n'y a pas de racisme. En tout cas je n'en ai pas vu.

EN - Vous parlez relativement peu du FN...

NT - Parce qu'on ne peut pas le voir. Ils ne vont pas se présenter à nous. Les gens savent très bien qu'on adopte pas ces idées là.
Dans cette cité, il n'y avait pas de FN parce qu'ils n'ont pas de problème d'intégration. Il y a des jeunes de toutes les couleurs. Cet été, j'ai travaillé dans une cité beaucoup plus chaude où vivent 25 000 personnes. Là il y a vraiment des ghettos: blacks, arabes, blancs... les gens se détestent, font des bagarres rangées parce qu'ils veulent garder la circulation et les rues pour la came. Les Grands Pêchés ce n'est pas ça. Il y a une économie parallèle, on peut trouver du shit, mais je n'ai pas vu de grosses drogues. Forcément il doit y avoir un dealeur ou deux planqué(s) dans une piaule. Mais dans la rue, je l'aurais repéré.

EN - La présence de la caméra a forcément changer la façon de vivre des habitants, ça a du calmer l'ambiance? Certains semblaient dire que la présence de Nils et Bertrand Tavernier avaient calmé les jeunes, d'autant que ces habitants voulaient répliquer au Ministre...

NT - Oui. Même s'il y avait des mômes qui n'avaient pas cette volonté. Certains, dès mon arrivée m'ont dit: "On va te tuer!" Ils ne voulaient pas que je tourne dans la cité. Notamment une bande de 4-5 mecs entre 17 et 20 ans, les caïds du coin. Je cassais leur réputation de fouteurs de merde si je tournais. Ils avaient donc plutôt envie de montrer que la Cité était dangereuse.
Sinon il n'y a pas eu moin ou plus de crime parce que nous étions là. Les flics m'ont dit que c'était plus calme. En même temps, les flics, on ne les a pas vus. Mais c'est possible que des "grands frères" aient donnéd es consigne du genre "Ce soir pas de voiture cassée!"

EN - Tu viens de dire que les 17-20 ans étaient les plus violents. Dans le docu, c'est aussi pour ceux-là qu'il y a le moins d'équipement social, sportif, culturel...

NT - C'est clair. C'est le drame. Tout est fait jusqu'à tes 15 ans. Après il n'y a plus rien. Pas de bar, pas de boîte de nuit. C'est une tranche d'âge difficile. J'ai travaillé avec des jeunes cet été, des 17-21 ans. Ils sont en perte de confiance. A 17 ans, ils ont des parents au chômage, un peu de came dans le sang, pas d'avenir sur lequel se projeter, des potes morts. Tu vis plutôt au présent dans ce cas.
Par exemple, de donner un local dans une cité chaude, dans ces "bad neighbors" ce n,est pas évident. Les mômes vont être intéressés par ce local 2 semaines. Après ils se remettront à taper sur une bagnole.

EN - Justement le maire parle de donner un local. Ça a été fait ?

NT - Non. mais je pense que c'est difficile de donner un local. Ça nécessite au moins 2 éducateurs sur place. Et savoir quoi en faire. En même temps c'est indispensable. Mais monter des projets avec des 17-21 ans... Je leur ai fais faire de sfilms cet été à La Madeleine [Cité en banlieue de Paris], ça s'est très bien passé. C'est éminemment ludique, ça ne dure que 2 semaines. Mais si ça avait duré 3 semaines? Et un local ce n'est pas pour 2 semaines.
Ce sont des cités qui n'ont pas été construites pour des mômes, entre 15 et 20 ans, en échec scolaire.

#

La conversation continue. Il est curieux, alors parfois les questions pour lui deviennent des questions pour nous. Acteur, journaliste, cinéaste, sans cesse l'oeil rivé sur les jeunes et belles femmes, Tavernier Junior discute des différences entre les systèmes éducatifs français et nord-américains. Puis on revient au sujet...

Ecran Noir - L'échec scolaire c'est un problème majeur.

Nils Tavernier - Y a pas d'autres sorties. (...) EN - Pourquoi n'avez-vous pas été à l'EDF pour leur poser la question à propos du système absurde qu'ils ont imposé à la Cité ?

NT - Je ne sais plus. C'est peut-être une question de temps... Je ne peux pas te répondre à cette question...

EN - Vous avez tourné combien de temps finalement ?

NT - 3 mois. 3 mois de terrain totalement improvisé.

EN - Comment a fonctionné la production ?

NT - C'est mon père qui a tout payé. On a commencé sans argent. On a loué une caméra [une Bétacam]. On a tourné. C'était mon 15ème docu. Je n'avais jamais été sur un système de production comme celui-là.
En général, en tant que journaliste, on présente des idées aux chaînes, et si ces chaînes aiment les idées, elles vous donnent de l'argent qui permettent de le faire. Mon père n'a pas ce problème là. Il y est allé, il l'a fait, et après il a vendu le film correctement, donc il n'a pas perdu d'argent.

EN - La réputation de votre père vous a-t-elle aidé dans vos prises de contact avec les habitants de la Cité, avec l'administration... Je crois savoir que vous avez eu des problèmes avec l'Éducation nationale...

NT - L'éducation nationale n'a pas voulu nous recevoir. Donc je ne peux pas te dire si ça aide ou pas. C'est forcément pas pareil. Maintenant je vais avoir du mal à comparer avec quelqu'un qui n'a pas de nom.

EN - Est-ce que les jeunes de la cité vous le font remarquer ?

NT - En plus, à cette époque, j'avais une pub qui passait à la TV avec ma tronche. J'avais cette pub pour un téléphone et 2 téléfilms, et un long métrage diffusé à la télé...

EN - Bref ils te reconnaissaient...

NT - C'est bizarre comme ça va très très vite...Ils savaient vite que j'étais le fils de. Ils savaient très bien qui j'étais.

EN - Parmi vos rencontres, quelles ont été les plus marquantes ?

NT - Monsieur Olivier, un bel être... Mais bon pour moi, ce sont les filles, celles qui ne sont pas dans le film, qu'on n'a pas réussi à filmer ou qui n'étaient pas là ce jour là.
Ce qui m'a le plus marqué c'est la montée de l'intégrisme. C'est le fait qu'il n'y ait pas de filles dans la rue. C'est le fait de tomber amoureux de filles, mais parce qu'elles sont musulmanes, tu vas foutre en l'air leur vie.
Et puis Bouba, la soeur de Bouba, la balck qui chantait et avec qui je suis toujours resté pote. Ce qui m'a marqué sur le film, c'était de bosser avec mon père, objectivement. Cette notion de respect qui est venue comme une évidence. Et puis le plaisir d'aller sur le terrain avec une caméra...

EN - La journée se passait comment? Vous arriviez tôt le matin ?

NT - Pas forcément je suis pas très matinal [Il est arrivé en retard à tous es RV matinaux...]. On a fait quasiment 3 mois de tournage, à peu près tous les jours, sauf quelques week-ends. Et puis pendant qu'Ils montaient le film, on avait envie de revenir sur le terrain, tout le temps. Des liens s'étaient tissés. On s'inventait des films, le fait qu'il nous manque des plans, pour prétexter d'aller là bas. On se donnait bonne conscience en amenant une caméra, alors qu'on avait juste envie de traîner...

EN - Y compris après le passage sur France 2 ?.

NT - J'y vais de temps en temps, encore. Ça fait partie de ma vie cet endroit...J'aime bien continuer à voir des gens que j'aime.

EN - Et pour les habitants de la cité, ça a eu quel impact ?

NT - Leur vie a explosé, je crois. Individuellement.

EN - De quelle manière ?

NT - Ce sont des stars maintenant! Ils ont leur tête à l'écran. Il y a une reconaissance délirante. Le film a très bien marché en France. J'espère qu'il sera distribué au Québec. Ça boulevrse la vie d'un homme. Peut-être pas sur la longueur. Mais pendant les 2-3 ans qui suivent, les mecs ne se font pas regarder pareil. Ça, c'est une réalité.

# Enfin nous abordons la dernière série de question. Le soleil d'automne a pointé. Nils vide son paquet de clopes. On est très loin des Grands Pêchés. Pourtant la France continue très méfiante sur l'immigration. Les banlieues des grandes villes sont toujours aussi insécuritaires. Le chômage diminue trop peu. Une interview ne suffirait pas à constater cette fracture sociale, thème cher à l'actuel Président de la république.

Ecran Noir - Le documentaire est monté comme un film. C'est particulièrement flagrant en voyant les deux parties bout à bout...

Nils Tavernier - C'est en effet extrêmement bien monté. La monteuse s'appelle Luce Grunenwaldt avec qui j'ai monté 10 films; elle est aussi la monteuse de mon père. Elle est aprtie il ya 3 mois. C'était une monteuse délirante. Elle étaita dmirable. Ça représente 10 mois de montage. On avait le temps. On ne pouvait pas le rater! je suis très fier de ce film, de ce qu'il raconte; j'ai aimé le faire. On s'est offert le luxe de pouvoir y travailler longtemps. En France, en documentaire, si tu arrives à travailler pendant 4 semaines, à le monter durant 6 semaines, c'est déjà un docu riche. Là c'est donc vraiment hors normes.

EN - Humainement, vous avez aussi eu le temps de vous attacher aux personnes...

NT - Oui, mais parce que nous avons eu le temps, ça a été possible. Si je te mets dans un lieu demain, et je te dis : "tu vas dans une fête, tu as 2 heures pour trouver une femme que tu aimes." T'as peu de chances... Alors que si tu as 10 ans, les femmes que tu vas aimer sont forcément de spersonnages que tu vas mieux me présenter, que tu vas mieux connaître. Tu auras eu le temps de les aimer. La qualité de l'émotion est aussi due au temps que tu passes avec les autres. Des coups de foudres, tu n'en as pas toute la journée.
Ce qui est terrifant en TV, et c'est pour ça que la presse a très mauvaise image dans toutes les cités, c'est que les mecs viennent tourner 2 jours; ils n,en ont rien à carrer: il ya uen bagnole qui flambe, ils shootent, et ils se barrent. Quand je suis arrivé avec mon assistant, nous étions super mal vus! Pas de tout le monde, mais des jeunes, des voyous...

EN - Les gens sont-ils venus spontanément vers vous ?

NT - Après, oui. C'était même impossible de prendre des rendez-vous: on se faisait appeler par les gens. Ils étaient contents de nous voir. On était content d'être là. Il n'y avait pas de mensonge. On était ouverts. On passait notre temps à se demander qui d'intéressant on va rencontrer.

EN - Il y avait leur réaction à la lettre du Ministre. Outre cela, que vouliez-vous montrer d'autre ?

NT - La revanche ce n'est pas suffisant pour faire un film. Je n'ai pas le même point de vue que mon père par rapport à ça. Pour moi, c'est un film qui prouve qu'en passant du temps avec les gens, ça peut-être merveilleux. De manière basic, c'est un film très humaniste. Que tu sois black ou rebeu tu peux être quelqu'un de merveilleux. Ce sont des idées qui ont été un peu perdues, surtout dans les grosses métropoles. C'est aussi un film très anti-lepéniste. Il doit donner envie aux gens de s'écouter.

De manière pragmatique, c'est un film qui a permis à l'OPHLM de récupérer 3 millions de Francs (457 320 euros) en double carreaux pour diminuer le chauffage. C'est ponctuel. Mais 3 millions dans une cité c'est important. Quand les films comme ça passent à la TV, durant 2 heures et demi, le samedi soir sur une des plus grosses chaînes nationales, je crois que c'est surtout un courant de pensée qu'il véhicule. C'est quelque chose d'actif. Sans être un coup de poing. C'est une belle vie que de rencontrer des gens merveilleux. Après tu vas me traiter d'humaniste imbécile. Tant mieux, ou tant pis. Si ça te donne la pêche, ça me fait plaisir. Mais à côté de ça c'est un film qui te raconte qu'il y a de l'économie parallèle, qu'il ya de sbagnoles qui flambent...

Je crois que mes 15 docus racontent à peu près la même chose à chaque fois. Je me suis inventé le fait d'aimer des sujets différents... Faut être humble par rapport à ça. J'ai fais un film sur la résistance des femmes en Algérie. Le film ne raconte pas autre chose que "Nils a envie de rencontrer des gens merveilleux."

EN - L'Islam te fascine ?

NT - Je suis très énervé par toutes les formes de religion en ce moment. J'ai un rejet profond pour toute sorte de culture religieuse. Une haine terrible.

EN - Pourquoi ?

NT - Parce que je trouve que c'est en ce moment le meilleur moyen pour créer des guerres, pour pervertir le monde, pour atteindre le droit de la femme. C'est terrifiant. Ça me fait gerber, complétement. Plus j'avance dans la vie et plus je déteste toutes sortes d'églises. La manière dont la pape a parlé du SIDA, je trouve ça dégueulasse. De toute façon, quand il ya 4 ou 5 personnes autour d'une table qui pensent la même chose, ça me fait très peur...

EN - Attention, là on est 3 à penser la même chose...

NT - La montée de l'intégrisme muslman en France m'effraie terriblement.

EN - Parce qu'il est manipulé ?

NT - Parce que c'est de la merde. Il entraîne l'aliénation. Ce sont des garçons qui ont un problème d'impuissance, Les Talibans [en Afghanistan] c'est pathétique. [Nous dérivons donc sur la religion aux USA, les sectes, Kenneth Starr, et l'économie mondiale...]
J'ai été mis à mort par le GIA pendant un an et demi, en France, à cause de mon film. Maintenant que j'ai un gamin, je vais me calmer. J'ai envie de rester en vie, ça se comprend.

EN - Et cette montée de l'intégrisme, tu l,as constaté dans les Cités ?

NT - C'est flagrant. Les barbus en babouches - comme on les appelait - trainaient il y a 15 dans les squares pour parler aux mômes. Ces mômes, aujourd'hui, sont hyper-muslumans, attachés à des valeurs imbéciles. L'idée de cacher la femme, ça veut dire que tu as peur de mal la sauter?! Si tu penses que ta meuf est amoureuse de toi, tu devrais être peinard. Ils ont un inconfort par rapport à leur bite qui est pathétique.
Quand j'étais en Iran, il y avait eu à l'époque 250 femmes lapidées parce qu'elles avaient trompé leur mec. Tout ça au nom de la religion. C'est un prétexte que je veux continuer à attaquer. Et forcément elles vont m'attaquer. Un mec a été condamné en France parce qu'il avait fait une photo, publiée, avec une fille nue sur la croix. On nage en plein délire.

EN - Pour finir, le film ne répond pas vraiment à la question: y a-t-il intégration ou pas ? Tu nous parles de cohabitation pacifique entre les communautés, et paradoxalement de la montée de l'intégrisme. La réelle menace n'est donc pas l'intégration telle qu'on le dit...

NT - Je ne crois pas du tout au problème de l'intégration. Les chiffres sont très clairs. En France, tu as un flux migratoire de 200 000 personnes sans papiers, qui repartent après. Ça ne change pas depuis 6 ans. Ces personnes travaillent au noir et ils repartent avec de l'argent. Si ils viennent en France, c'est pour ça. Le gouvernement français emploie des fonctionnaires pour sanctionner ce travail au black. Il y a un mec pour 2 arrondissements. Tu te dis que le gouvernement n'en a rien à foutre. Ces fonctionnaires sont en place pour rassurer la population. Tu ne peux pas fermer les frontières, il te faudrait 2 contingents de l'armée. Donc le monde va continuer d'immigrer.
Par contre, j'au vu des filles de 17 ans incapables de me serrer la main en me regardant dans les yeux. J'ai vu des gamines de 14 ans vendues à des oncles pour faire la pute dans la Cité. Ce sont des objets, et ça n'a rien à voir avec l'intégration. C'est plus lié au chômage, à la came... A La Madeleine y a des ghettos à l'intérieur des ghettos. Les bandes se tapent entre elles. Il suffirait d'obliger le mélange pour que ça change. Mais on construit des batiments pour que les nouveaux arrivants soient proche de leur famille.

EN - Le problème c'est l'urbanisme là. Le modèle du Corbusier...

NT - Enorme. Considérable. Il faudrait empêcher les gens de prendre que des maliens dans le même bloc d"immeubles. Pour le Maire de Montreuil, le véritable échec se situait là.

EN - Pour finir, quel a été l'impact du docu sur le public ?

NT - Incroyable. Ça a été une bombe. Les gens en ont parlé, Libé en a fait sa une...

Interview Vincy Thomas / Octobre 98.


   vincy