Le British Film Institute s’encanaille avec une collection érotique

Posté par vincy, le 19 mars 2017

Le vénérable British Film Institute a décidé depuis quelques semaines de vous chauffer les hormones. En effet, le BFI a mis en ligne une vingtaine de films érotiques anglais, tous réunis dans la collection "The Pleasure Principle". Ces films couvrent la période allant de 1896 au début du XXIè siècle, et ont été numérisés, dans le cadre du programme Britan on Film Project qui prévoit la numérisation de 10000 films archivés tous genres confondus.

Une femme nue batifolant dans  la mer, une autre plus distinguée s'amusant avec ses jupons, une princesse grecque et son esclave serbe, un documentaire sur les stripteaseuses de Soho, une comédienne (Fiona Richmond) répondant à une interview de 9 minutes entièrement nue et même un film d'animation où l'on fantasme sur les seins. L'érotisme est avant tout féminin. La plupart de ces films étaient diffusés dans les clubs anglais réservés aux hommes.

Le BFI souhaitait rendre ces films disponibles: "Nous voulons retracer l'histoire de ces films souvent interdits. C'est un voyage social et culturel à travers le XXe siècle, avec des œuvres qui ont souvent gêné les gens" explique le conservateur de l'institut Vic Pratt dans le Guardian.

Le plan de numérisation prévoit d'autres films comme Boys and Girls Together, qui montre la sexualité de plusieurs locataires d'une maison, en 1979. C'est d'ailleurs le premier film montrant deux homosexuels mâles faisant l'amour.

Malheureusement, il fallait bien une mauvaise nouvelle, même si la plupart des films sont gratuits, ils sont indisponibles quand on veut les voir à l'étranger. Un Brexit automatique.

Festival 2 Valenciennes 2017 : De toutes mes forces et The Young Lady raflent la mise

Posté par wyzman, le 19 mars 2017

Jour 4. Fictions. Au top de leur forme, les organisateurs du 7ème Festival 2 Valenciennes nous ont encore fait rêver hier, jour de la fameuse cérémonie de clôture. Après avoir trois jours centrés sur le cinéma documentaire, c'est avec un vrai plaisir que nous avons découvert leur sélection côté fiction. Et au cas où vous ne l'auriez pas compris plus tôt, nous avons été pleinement conquis. Entre petits films, petits bijoux et succès annoncés, les 8 films en compétition n'ont pas manqué de nous surprendre à tour de rôle.

Dernier film de la compétition, Une vie ailleurs d'Olivier Peyon n'a pas manque d'émouvoir les festivaliers. Centré sur la quête d'une femme, Sylvie, qui veut retrouver son fils, enlevé quatre ans plus tôt par son ex-mari, Une vie ailleurs a permis au public de voyager pendant 1h36. Parfaitement castés, Isabelle Carré et Ramzy Bedia font parfaitement le boulot. Après Les Petites vacances, Olivia Peyon signe un joli nouveau film en salles le 22 mars.

Par la suite, les organisateurs du Festival 2 Valenciennes ont eu la bonne idée de projeter Going to Brazil, nouvelle comédie déjantée de et avec Patrick Mille. Venu exprès pour l'occasion, le réalisateur a répondu aux questions du public avec humilité. Pour rappel, Going to Brazil raconte comme trois amies venues au Brésil pour le mariage d'une vieille copine finissent par tuer un jeune homme trop instant. Film de potes à voir entre potes, Going to Brazil devrait ravir tous les amoureux d'Alison Wheeler et de l'humour de Franck Gastambide.

Mais s'il y a bien une chose qu'il ne fallait pas manquer hier soir, c'est sans aucun doute la cérémonie de clôture. Toujours présentée par Nathalie Corré, cette cérémonie a été l'occasion de remercier les innombrables partenaires du festival, d'applaudir l'organisation de l'équipe technique et de rendre un bel hommage à Marthe Keller. Une actrice visiblement très appréciée des femmes de Valenciennes et dont l'accent ne cessera jamais de nous faire craquer ! Quant au palmarès, celui-ci s'est finalement réparti entre trois films, ceux dont nous avons beaucoup parlé ces derniers jours et à l'intérêt plus que certain : De toutes mes forces de Chad Chenouga, The Young Lady de William Oldroyd et Tunnel de Kim Seong-hun.

Grand Prix : The Young Lady

Prix du Jury : Tunnel

Prix de la Critique : De toutes mes forces

Prix du Public : Tunnel

Prix des Etudiants : De toutes mes forces

Prix d'interprétation masculine : Khaled Alouach (De toutes mes forces)

Prix d’interprétation féminine : Florence Pugh (The Young Lady)

Cannes 70: 70 ans de fashion faux pas

Posté par cannes70, le 18 mars 2017

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le Festival de Cannes. En partenariat avec le site Critique-Film, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd'hui, J-61.

Le festival de Cannes a toujours fait rêver le commun des mortels avec ses strass, ses paillettes et ses stars magnifiques. Mais c'est comme tout : rien n'est parfait, et le festival a connu, connaît et connaîtra (pour le plus grand bien de notre plume et de notre quotidien) des fashion faux pas! Retour sur les fautes de goût les plus drôles et à éviter pour vos soirées (sauf si vous avez l'ambition de rentrer célibataire, auquel cas suivez le guide).

1953: Le peintre Pablo Picasso foule les marches du célèbre festival avec une veste qui rappelle papy, le dimanche devant la cheminée fumant sa pipe, aux côtés de sa femme qui a clairement confondu son dressing avec sa nappe.

1988: La Cicciolina débarque seins nus et parties intimes à peines voilées sur les marches. Aurait-elle confondu le podium des anges de Victoria's secret avec la croisette?

1991: Madonna tente de créer le buzz (ou ne s'est pas bien réveillée dans son hôtel 5 étoiles) en arrivant en dessous sur le tapis rouge. Venue présenter In Bed With Madonna (y aurait-il un lien?), un documentaire retraçant sa tournée, la madone a monté les marches avec une brassière iconique signé Jean-Paul Gaultier et une culotte taille haute à faire trembler Bridget Jones. Pour le buzz, c'est fait mais pour le goût... NON !

1995: Sharon Stone se veut princesse et déboule sur le red carpet avec une robe tellement bouffante qu'elle aurait pu camoufler tous les photographes de la croisette en dessous. Quoique les petits flasheurs professionnels auraient pu repartir avec des sacrés clichés.

1997: Luc Besson et Milla Jovovitch ont fait sensation sur le tapis rouge... enfin presque! La tenue de Mila faisait davantage penser à Halloween qu'à la fête du septième art et la belle aux yeux revolver aurait pu être confondue avec la Princesse Leia dans sa tenue d'esclave. Ce qui ferait de Luc Besson Jabba The Hutt ? (#réflexionpurementpersonnelle)

1997: La même année, Roman Polanski et son costume trop grand pour lui ont capté l'audience (il aurait pu prêter sa veste à Mila, c'était pile poil sa taille, à la demoiselle). Mr Polanski est tout de même excusable... après tour il est très difficile de s'habiller quand nous avons le diamètre corporel d'un télétubbies.

1998: L'équipe du film Taxi monte les marches tandis que nos yeux se posent instantanément sur Marion Cotillard vêtue d'une tenue blanche fantomatique et d'une écharpe plumeau qui nous a coupé la vue. Oui, la môme a eu une vie de fashion faux pas avant le glamour qu'on lui connaît désormais. Comme quoi de kebab fashion à Oscar fashion, il n'y a qu'un pas.

2001: La robe acidulée de Björk, qui faisait penser à un malabar recraché sur la croisette, a marqué cette année. Et comme un fashion faux pas n'arrive jamais seul, la belle chanteuse primée la même année pour Dancer in the Dark a continué dans le massacre visuel avec sa robe cygne (ou comment affoler un membre de la wwf myope) composée du corps d'un faux cygne et repris plus tard en moquerie dans certaines émissions américaines. Ils ont raison, mieux vaut en rire !

2005: Loana (nous ne savons toujours pas à l'heure actuelle pourquoi elle était à Cannes) monte les célèbres marches du palais avec un tissu transparent et des talons qui faisaient penser à l'époque Spice Girls mais version Journal du Hard sur Canal + les dimanches, et en crypté (faites pas genre, nous savons que vous connaissez). Pour le glamour et la classe, nous repasserons!

2015: Viann Zhang et sa robe à fleurs sponsorisée par Jardiland à attaqué nos rétines tel un gang de moustiques un soir d'été. Si nous avions un arrosoir dans nos bagages, nous l'aurions clairement utilisé sur l'actrice asiatique de The Empress of China.

2015: La même année, l'actrice humoristique Mindy Kaling est arrivée en robe rose et violette façon Bollywood, et c'est raté! Nous avons eu plus envie de la rhabiller que de lui offrir un poulet tandoori !

2015: Encore cette année (franchement, quel cru !), ce fut au tour de la mannequin et présentatrice tv d'origine russe, Elena Lenina, de lancer un sacrilège visuel au festival de Cannes. La blonde a défié la loi de Newton sur la gravité avec une coupe de cheveux phallique et extra-terrestre accompagnée d'une robe drapée façon nappes de restaurant sans chef étoilé. Nous aurions pu faire pouet-pouet sur sa tête mais nous avons préféré détourner vite le regard.

Pour les 70 ans du festival, on espère que les stars des marches nous réservent quelques cadeaux... du plus mauvais goût. Car sans ses fashion faux pas qui mettent si bien en valeur l'élégance des autres stars, Cannes ne serait paradoxalement pas si glamour.

Cynthia Hamani d'Ecran Noir

Festival 2 Valenciennes 2017 : Tunnel explose, 7 minuti rayonne

Posté par wyzman, le 18 mars 2017

Jour 3. Fictions. Alors que le public tentait encore de se remettre de Mauvaises herbes, énorme bombe comique projetée le deuxième jour, les organisateurs et programmateurs du F2V ont choisi de tout donner le lendemain. Animations, séances spéciales, hommages et questions-réponses, le vendredi 17 mars 2017 est un jour que les festivaliers n'oublieront pas.

La raison ? Elle est simple. En concentrant sur ce jour tout ce qui fait la richesse et la diversité du festival, les organisateurs ont réussi à élever encore un peu plus le niveau de la compétition coté Fictions. Ainsi, rares sont ceux qui n'ont pas été abasourdis devant les péripéties du protagonistes de Tunnel de Kim Seong-hun, véritable génie sud-coréen. Enseveli sous un tunnel,  un homme voit peu à peu ses chances d'être secouru s'envoler. Et sous ses faux airs de 127 heures survitaminé, Tunnel s'offre le luxe de proposer une critique à la fois cocasse et pertinente de la vie médiatique du pays. En alternant pointes d'humour et désarroi le plus total, Kim Seong-hun parvient à réaliser le survival movie le plus efficace de l'année.

Après ça, le Wilson de Craig Johnson avait tout d'une petite pépite acidulée. Objet typiquement "cinéma indépendant américain", Wilson raconte comment un misanthrope tente de reconstituer sa famille, en retrouvant son ex-femme et leur fille dont il ignorait l'existence pendant 17 ans. Drôle et impertinent, Wilson est l'adaptation d'un comics très populaire outre-Atlantique. Véritable bouffée d'air frais, Wilson est tout ce dont n'importe quel festivalier avait besoin hier, après avoir vu Tunnel.

Mais s'il y a bien un film dont on risque de parler un moment - et de retrouver au palmarès du Festival 2 Valeniennes 2017 -, c'est bien évidemment 7 minuti de Michele Placido. Co-production italo-franco-suisse, 7 miinuti raconte comment onze déléguées du personnel doivent décider de l'avenir de leur usine de textile italienne après qu'elle a été rachetée par un grand groupe français. Film social, 7 minuti est avant tout (et surtout) un grand film, un de ceux qui marquent tant sa tension dramatique est savamment exploitée. Doté d'un casting d'actrices toutes plus incroyables les unes que les autres, 7 minuti sortira en juin dans nos salles. Un conseil : ne le manquez sous aucun prétexte !

Adam Driver et Rihanna poussent la chansonnette dans Annette

Posté par vincy, le 18 mars 2017

Amazon Studios distribuera en Amérique du nord Annette, le drame rempli de musique de Leos Carax, avec Adam Driver et surtout, surprise!, Rihanna en vedettes. Annoncée en novembre (lire notre article sur le projet de Leos Carax), Rooney Mara a abandonné le projet, à cause d'autres engagements incompatibles avec le tournage du film. Les producteurs cherchent une remplaçante selon Variety.

Ce premier film en anglais de Carax, avec des chansons originales du groupe Sparks, est donc le dernier pari en date du groupe Amazon, fort de ses trois récents Oscars (Manchester by the Sea pour l'acteur et le scénario, Le client pour le film en langue étrangère). Le nouveau venu hollywoodien mise aussi cette année sur le prochain film de Todd Haynes, Wonderstruck, avec Julianne Moore et Michellle Williams, la comédie de Kumail Najiana, plébiscitée à Sundance, The Big Sick, et le prochain film de Marc Webb, The Only Living Boy in New York.

Le tournage d'Annette doit débuter ce printemps à Los Angeles et dans plusieurs autres endroits dans le monde. La coproduction est elle-même internationale avec Arena Films (France), Vega (Suisse), Eurospace (Japon) et Wrong Men (Belgique).

Adam Driver, qui est passé de Star Wars à Jim Jarmusch, de Jeff Nichols à Martin Scorsese, sera à l'affiche dans les prochains mois de Logan Lucky de Steven Soderbergh et de Star Wars: Episode VIII - The Last Jedi de Rian Johnson.

Après un gros break cinématographique, Rihanna sera sur les écrans cet été avec Valérian et la Cité des Mille Planètes de Luc Besson, et l'été suivant, en 2018, l'une des cambrioleuses de Ocean's Eight de Gary Ross.

Cannes 70 : la comédie musicale sur le tapis rouge

Posté par cannes70, le 17 mars 2017

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le Festival de Cannes. En partenariat avec le site Critique-Film, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd'hui, J-62.

C’était il y a quelques semaines : Damien Chazelle devenait le plus jeune cinéaste à recevoir un Oscar du meilleur réalisateur pour La La Land, juste après avoir égalé le record de 14 nominations et gagné 6 Golden Globes (réalisation, scénario, musique…). Médiatisé au-delà du possible, le film cartonne au box-office et va même faire chanter certains spectateurs dans les salles avec une ressortie en version karaoké !

Alors, bien sûr, La la land n'était pas à Cannes (il a fait l’ouverture de Venise), contrairement au premier film de Damien Chazelle (Whiplash) sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs. Pourtant, il sonne certes comme un hommage aux classiques américains du genre, mais il est surtout sous l'influence d'un film souvent cité par le réalisateur lui-même : Les parapluies de Cherbourg de Jacques Demy. Qui, lui, avait été sacré Palme d’or du Festival de Cannes 1964. Le genre de la comédie musicale qui semblait un peu tombé en désuétude revient donc sur le devant de la scène. En fait, ce n’est pas vraiment la première fois, et c’est d’ailleurs à Cannes que la comédie musicale a plusieurs fois fait son retour.

A noter d'ailleurs que le premier film musical "palmé" sur la Croisette, c'est Orfeu Negro de Marcel Camus, présenté en 1959. Cette année-là, cette adaptation d'une pièce de Vinícius de Moraes, qui revisite le mythe d'Orphée et Eurydice sur fond de Bossa Nova, l'emporte devant Les 400 coups de Truffaut, ou Hiroshima mon amour d'Alain Resnais.

Mais revenons-en à 1964. Le Festival de Cannes est donc "enchanté" par Les parapluies de Cherbourg : les dialogues en chanson de Jacques Demy ont été mis en musique par Michel Legrand, et en fait on y entend peu la voix des acteurs principaux (Catherine Deneuve, Nino Castelnuovo) qui sont doublés par de véritables chanteurs. La comédie musicale qui est souvent dans l’imaginaire fantaisiste est ici ancrée dans le réel : au début des années 60, un jeune homme doit partir faire la guerre en Algérie et quitter une jeune-fille enceinte avant d’être mariée…

Catherine Deneuve est l’actrice au parcours unique dans le genre de la comédie musicale au Festival de Cannes : après Les parapluies de Cherbourg en 1964, elle va chanter et danser dans Dancer in the dark du danois Lars Von Trier en compétition officielle en 2000. Le Palmarès sera au diapason : Palme d’or pour le film, doublé d’un prix d’interprétation de meilleure actrice pour Björk, personnage principal qui chante et compose chansons et musiques. Là encore, film musical rime avec drame, les épreuves les plus tragiques de l’héroïne Björk sont supportée par son amour des comédies musicales qu’elle se chante et danse dans sa tête.

Dans le film Catherine Deneuve accompagne Björk dans deux séquences musicales : Cvalda dans l’usine quand le bruit des machines devient un rythme qui devient une chorégraphie, et My favourite things à la chorale durant les répétitions d’un spectacle joyeux (chanson qui sera reprise larmoyante de désespoir par Björk seule dans sa cellule de prison). Dans Dancer in the dark, chaque séquence chantée et dansée est une échappatoire joyeuse et résignée pour supporter un moment réel pénible, et juste ensuite survient un nouveau drame encore plus tragique…

Après Dancer in the dark, souvenez-vous quel a été le film d’ouverture choisi l’année suivante ? Encore une comédie musicale !  Moulin Rouge de Baz Luhrmann est bien plus virevoltant, avec quantité de reprises de chansons pop (David Bowie, Elton John, Police…), mais son finale n’en reste pas moins (encore) la mort d’une histoire d’amour...

C’est en 2007 que la comédie musicale fait un beau retour en compétition à Cannes avec Les chansons d’amour de Christophe Honoré qui réunit Alex Beaupain à la composition des musiques et Chiara Mastroianni, la fille de Deneuve, à l'écran aux côtés de Ludivine Sagnier, Lous Garrel et Clotilde Hesme. Cette fois, il y a moins de chorégraphie mais tout autant de chansons qui forment des dialogues sur le trouble amoureux (et le deuil) entre un garçon qui aime deux filles dans un ménage à trois qui se complique quand il est lui-même aimé par un autre garçon… Le film repart bredouille, mais Christophe Honoré sera de retour en 2011 avec Les bien-aimés, présenté en clôture.  Un autre film musical dans lequel on retrouve... Catherine Deneuve. Comme pour boucler la boucle.

Cannes fera connaître dans quelques semaines quels seront les films qui seront sélectionnés pour cette 70 édition, mais, ici, on peut déjà vous pronostiquer que la comédie musicale fera de nouveau l’événement lors du Festival... 2018 : en effet, Léos Carax travaille en ce moment sur son prochain film Annette (avec Adam Driver et une actrice encore inconnue en remplacement de Rooney Mara et de Rihanna initialement attachées au projet) qui « sera envoûtant, noir et cruel, mais aussi drôle et joyeux et saura s’inscrire dans la riche histoire d’amour entre le cinéma, la musique et les voix » d’après ses propres mots. Gilles Jacob (ex président du Festival de Cannes) est déjà emballé par le scénario qu’il a lu : « Je pense que ça va être quelque chose ! Can't wait ». Nous non plus.

Kristofy d'Ecran-Noir

Festival 2 Valenciennes 2017 : The Young Lady divise, Les Mauvaises herbes cartonne

Posté par wyzman, le 17 mars 2017

Jour 2. Fictions. Après le carton de Sage femme hier soir, la compétition Fictions continue avec de nouvelles pépites. Si l'an dernier, La Saison des femmes et Chala : Une enfance cubaine ont reçu les honneurs du Festival 2 Valenciennes, cette année, il semble impossible de faire un quelconque pronostic. Les plus pragmatiques diront que c'est parce que seule la moitié des films en compétition a été vue quand les autres argueront que même à ce stade, des tendances devraient se dessiner.

Deuxième film projeté, De toutes mes forces de Chad Chenouga n'a pas manqué de faire réagir les dizaines de festivaliers présents pour l'unique projection. Insouciant, Nassim perd sa mère et se retrouve placé dans un foyer. Malgré la bienveillance de la directrice de l'établissement, le jeune homme alors en première tente de naviguer entre deux vies auxquelles il n'appartient pas complètement. Jeu d'équilibriste, De toutes mes forces passe ainsi de la chronique de la jeunesse parisienne à un drame profond et tangible sur les travers du système et la difficulté qu'ont certains à réaliser leurs rêves. A la fois naïf et dur, De toutes mes forces impressionne par la performance de Yolande Moreau et la révélation Khaled Alouach, un acteur à suivre de près.

Par la suite, les festivaliers ont eu le plaisir de découvrir The Young Lady, adapté du roman de Nikolai Leskov, La Lady MacBeth du district. Drame passionné et passionnant sur une femme qui tente de s'émanciper à une époque où on la réduit trop souvent à l'état d'objet, The Young Lady est porté par une Florence Pugh plus fascinante que jamais et qui n'est pas sans rappeler Natalie Dormer période The Tudors. Cruel et percutant, le film de William Olroyd n'a pas manqué de diviser. Parce que le scénario laisse entrevoir toutes les options que les personnages ont, nombreux été ceux à être incommodés par la noirceur de l'ensemble. Néanmoins, le film dispose d'une photographie et d'une mise en scène particulièrement incroyables qui relèvent d'être notées.

Enfin, comment ne pas évoquer Les Mauvaises herbes de Louis Bélanger ? Comédie dramatique, le film raconte les péripéties d'un acteur criblé de dettes qui se retrouve à cultiver du cannabis avec un ermite grognon et une jeune technicienne ultra sensible. Pêchu et imprévisible, Les Mauvaises herbes est sans aucun doute la comédie la plus caustique de cette septième édition du Festival 2 Valenciennes. Entre son trio d'acteurs principaux absolument bluffant et ses répliques déjà culte et qui s'enchaînent à une vitesse folle, on ne sait plus où donner de la tête. Plus encore, sous ses airs de film de potes, Les Mauvaises herbes traitent de sujets sérieux tels que le coming-out, la filiation et l'addiction. Un beau moment de cinéma !

Un amour impossible entre Virginie Efira et Niels Schneider

Posté par vincy, le 17 mars 2017

Catherine Corsini va réunir deux des acteurs francophones - une Belge et un Québécois - les plus tendance du moment, dans Un amour impossible, adaptation de l'auto-fiction de Christine Angot publiée en 2015. Virginie Efira et Niels Schneider incarneront respectivement la mère et le père du personnage principal de l'histoire. Le Film français révèle que le tournage débutera le 1er juin, produit par Chaz productions (qui vient de sortir Jours de France cette semaine) et ultérieurement distribué par Le Pacte.

Virginie Efira vient d'être nommée au César de la meilleure actrice pour Victoria tandis que Niels Schneider a été récompensé par le César du meilleur espoir masculin pour Diamant noir.

Catherine Corsini et Laurette Polmanss on adapté le roman de Christine Angot (Prix Décembre 2015), qui se déroule de 1958 à nos jour et raconte l'amour inconditionnel entre une mère et sa fille. A Châteauroux, fPierre séduit en effet Rachel mais refuse de l'épouser. Il accepte cependant d'avoir un enfant avec elle, Christine, qu'elle devra élever seule. A l’adolescence, Pierre reconnaît officiellement sa fille, qui, fascinée par ce qu’il lui fait découvrir, s’éloigne de sa mère. Bien plus tard, Rachel apprend que Pierre viole Christine depuis des années (histoire que la romancière a raconté dans L'inceste, 1999).

Le tournage se déroulera à Châteauroux, Reims, Strasbourg, Paris, Nice et Gérardmer.

Christine Angot vient d'adapter Un amour impossible au Théâtre de l'Odéon, avec une mise en scène de Célie Pauthe et Maria de Medeiros et Bulle Ogier dans les rôles de la fille et de la mère. La pièce se joue jusqu'au 26 mars.

C'est la deuxième fois qu'un de ses romans est porté à l'écran, après le très beau Pourquoi (pas) le Brésil? en 2004, réalisé par Laetitia Masson.

Cannes 70 : Joyeux anniversaire, Isabelle Huppert !

Posté par cannes70, le 16 mars 2017

70 ans, 70 textes, 70 instantanés comme autant de fragments épars, sans chronologie mais pas au hasard, pour fêter les noces de platine des cinéphiles du monde entier avec le Festival de Cannes. En partenariat avec le site Critique-Film, nous lançons le compte à rebours : pendant les 70 jours précédant la 70e édition, nous nous replongeons quotidiennement dans ses 69 premières années.

Aujourd'hui, J-63.


Plus que nulle autre actrice, grâce à ses choix éclectiques et sa curiosité indéfectible qui la pousse à s'intéresser aux cinéastes ambitieux, qu'ils soient déjà établis ou simplement prometteurs, Isabelle Huppert possède un lien très fort avec le Festival de Cannes. Elle apparaît dans plus d'une quarantaine de films passés sur la Croisette, dont près d'une vingtaine en compétition officielle, d'Aloïse de Liliane de Kermadec en 1975 à Elle de Paul Verhoeven en 2016. Et c'est probablement loin d'être fini !

Ça commence avec Toscan


Après des apparitions déjà marquantes dans Les Valseuses de Bertrand Blier et Dupont Lajoie de Yves Boisset, elle devient réellement familière du grand public avec deux films «cannois» : La Dentellière de Claude Goretta et un an plus tard Violette Nozière de Claude Chabrol qui lui a permis de remporter son premier prix d'interprétation mais surtout de débuter une belle amitié cinématographique avec son réalisateur. La shampouineuse et la parricide auxquelles elle prête ses taches de rousseur imposent une présence à part. Ces deux personnages montrent deux facettes bien différentes. De la fragilité dans le premier (un registre plutôt abandonné depuis), une force qui n'appartient qu'à elle dans le deuxième et que l'on retrouvera dans la suite de sa filmographie, avec de multiples variantes et évolutions.

Cette union avec Cannes est la conséquence directe de la première rencontre majeure de son parcours de comédienne, sa double histoire avec le producteur Daniel Toscan du Plantier, professionnelle autant que personnelle, évoquée dans l'ouvrage Toscan ! de Jean-Marc Le Scouarnec, récemment publié aux éditions Séguier, qui revient notamment sur la profondeur de leur lien. «Avant beaucoup d'autres, avant même le tournage de La Dentellière, Toscan a effectivement pressenti quelque chose en moi. […] Il a eu cette confiance dans la jeune actrice que j'étais». Elle prend de l'assurance à son contact. «Ma timidité, on en a longtemps rigolé avec Daniel […] Je n'étais pas très consciente des codes de représentation vestimentaire qu'une jeune actrice devait afficher. Pour autant, ma timidité disparaissait dans la sphère qui m'était la plus familière au fond : comme actrice j'ai été très tôt prête à toutes les audaces».

Gilles Jacob témoigne : «Toscan a beaucoup fait pour la carrière d'Isabelle. […] Les premières années, elle a souvent tourné grâce à lui. Il était le catalyseur : il montait des projets autour d'elle, il cherchait des rôles qui pouvaient lui convenir». Le terme Pygmalion, souvent évoqué pour définir leurs rapports, ne plaît guère, on le comprend aisément, à l'actrice : «Daniel aimait bien dire que c'était autant les producteurs qui faisaient les actrices que les actrices qui faisaient les producteurs. C'est grâce à moi qu'il a rencontré Pialat, que Chabrol est venu chez Gaumont. Le relation ne fonctionnait pas que dans un sens. Il s'est trouvé à la croisée de certains projets parce qu'ils arrivaient par moi. Le terme de Pygmalion est réducteur, et pour moi et pour lui. C'est compréhensible que notre alliance […] ait pu mener à ce genre de cliché facile, obsolète et rétrograde». Lors d'un hommage à la cinémathèque de Toulouse en 2003, elle évoquait ainsi sa mémoire : «Ce qui me manque le plus quand je pense à lui, et j'y pense plusieurs fois par jour, c'est son intelligence profonde et sa compréhension des choses et des êtres».

Une exigence de romanesque


Dans les interviews qu'elle a accordées tout au long de sa carrière, elle s'est surtout exprimée sur l'exercice de son métier, peu sur des sujets personnels. Ce qui ressort notamment est son rejet des rôles trop réalistes et sa méfiance du naturalisme. «Les sujets où je ne vois pas la possibilité d'introduire une dimension un peu mythologique me gênent» disait-elle déjà dans le numéro double de mai 1981 des Cahiers du cinéma. Au Figaro, le 14 mai 2001, elle explique avoir refusé Funny Games pour des motifs similaires : «Il n'y avait aucun romanesque, aucun espace fictionnel où les acteurs puissent s'échapper. Pour moi, l'acteur doit voir une part d'imaginaire où il puisse vivre. La plupart des films ont un scénario qui vous nourrit et vous protège. Funny games, c'était la reproduction brute et brutale de la réalité».

Lire le reste de cet article »

Festival 2 Valenciennes 2017 : Sage femme et A voix haute font sensation

Posté par wyzman, le 16 mars 2017

Lancée lundi dernier, la 7ème édition du Festival 2 Valenciennes achevait hier sa compétition Documentaires. Outre les sacres de  L'Opéra de Jean-Stéphane Bron (Prix de la Critique) et de La jeune fille et son Aigle d'Otto Bell (Prix du Public), ce sont le Prix des Etudiants et le Grand Prix que l'on retiendra avant tout. Le premier a été attribué à A voix haute - La Force de la parole, superbe documentaire centré sur des orateurs du 9-3 tandis que le second (Finding Phong) traite brillamment de la transsexualité d'une jeune femme vietnamienne.

Mais outre la remise des prix adressés aux documentaires, la cérémonie d'ouverture de la compétition Fictions a également été l'occasion de rendre un hommage on ne peut plus dynamique et surprenant au cascadeur Michel Carliez (Fanfan la Tulipe, Ne le dis à personne) et à l'acteur François Berléand (Le Transporteur, Les Choristes). Présentée par Nathalie Corré, cette cérémonie d'ouverture s'est terminée sur la présentation et la projection du film Sage femme de Martin Provost.

Comédie dramatique pur jus, le nouveau film du réalisateur de Séraphine et Violette raconte les péripéties d'une sage-femme (Catherine Frot) dont la vie est bouleversée par le retour de Béatrice (Catherine Deneuve), la maîtresse de son défunt père. Film subtil sur la vie, la mort et le deuil, Sage femme donne raison aux bons vivants et encourage tous les autres à profiter de tout ce qu'ils possèdent. En somme, une belle leçon de vie portée par deux actrices dont le talent n'est plus à démontrer mais à l'impressionnante complicité. Et si Catherine Frot est toujours aussi remarquable de justesse, les répliques offertes à Catherine Deneuve font de cette co-production Curiosa Films, France 3 Cinéma et Versus Production un véritable must-see. Parmi les meilleures pépites, on retiendra "Avec le temps, je me dis que les enfants c'est quand même pratique : c'est là, ça remplit un vide" et "Tu sais que t'es belle quand tu t'encanailles toi !"