Mel Gibson tourne « Dragged Across Concrete » de S. Craig Zahler

Posté par redaction, le 11 août 2017

On vous le disait en février. Avec le succès et les nominations aux Oscars de Tu ne tueras point, Mel Gibson avait retrouvé les faveurs des studios.

L'un de ses projets, le thriller Dragged Across Concrete vient de débuter son tournage à Vancouver sous la direction de S. Craig Zahler. On savait que Vince Vaughn (qui faisait parti du casting de Tu ne tueras point et qui a joué devant la caméra de Zahler dans Brawl in Cell Block 99) était le partenaire de Gibson dans ce polar autour de la brutalité policière.

Le duo doit incarner deux flics suspendus, l'un vieille garde, l'autre très "volatile", quand une vidéo révèle leurs méthodes violentes. Ils vont alors s'introduire dans le milieu criminel pour réaliser leur vengeance.

Le casting s'est élargit avec l'arrivée de Don Johnson, ancien Flic à Miami, Jennifer Carpenter (Dexter, Limitless), qui sont tous deux également à l'affiche de em>Brawl in Cell Block 99, Michael Jai White (Black Dynamite, Arrow/em>) et Tattiawna Jones (The Handmaid's Tale).

Brawl in Cell Block 99 sera présenté à Venise et Toronto.

Deauville 2017 : hommage à Darren Aronofsky et projection de Mother!

Posté par wyzman, le 10 août 2017

Adoré par la critique, Darren Aronofsky aura droit à un traitement bien particulier lors du prochain festival de cinéma américain de Deauville qui se tiendra du 1er au 10 septembre. Si l'on vous disait récemment que Laura Dern et Michelle Rodriguez seraient de la partie, le réalisateur de Requiem for a Dream devrait être la principale attraction de cette édition pour de nombreux festivaliers.

Et cela sans doute parce qu'outre la présence du cinéaste américain de 48 ans, l'édition 2017 du festival de Deauville sera aussi l'occasion de découvrir en avant première Mother!, son nouveau film porté par la superstar Jennifer Lawrence. L'affiche officielle vient d'être mise en ligne et la bande annonce dévoilée dans la foulée n'a laissé personne indifférent. Mother! sortira le 13 septembre en France.

Pour rappel, seul le dernier film de Darren Aronofsky a laissé la presse mitigée. Noé racontait entre autres le destin exceptionnel d'un homme se préparant à vivre l'Apocalypse avec sa famille. Sorti en avril 2014, Noé a tout de même amassé plus de 360 millions de dollars dans le monde, devenant ainsi son plus gros carton devant Black Swan.

Omar Sy joue les flics chez Rachid Bouchareb

Posté par redaction, le 10 août 2017

Rachid Bouchareb a attaqué la post-production de Belleville Cop, son onzième film. L'un des cinéastes français les plus réputés (sélections à Cannes, trois fois sélectionné à Berlin, trois fois nommé aux Oscars) a enrôlé la star française la plus "bankable", Omar Sy.

Il s'agit d'une comédie policière dans le genre "buddy movie". Omar Sy est accompagné par Luis Guzman, qu'on a pu voir dans les séries Oz et Narcos, et dans des films comme Les Miller, une famille en herbe, L'attaque du métro 123, Punch-drunk love - Ivre d'amour, Magnolia, Traffic, ou encore Snake Eyes.

Le reste du casting est composé de Franck Gastambide, Julie Ferrier, Eriq Ebouaney, Justin Smith, Biyouna, Tatum Price et Mike Benitez.

Le scénario est coécrit par Bouchareb, Marion Doussot (Numéro une) et Larry Gross (48 heures, Prozac Nation).

Belleville Cop est l'histoire d'un flic, Baaba, qui ne veut pas quitter le quartier de son enfance. Un soir, son ami Roland, agent de liaison au consulat français de Miami, est tué devant lui. Baaba va devoir aller en Floride pour résoudre l'affaire et faire équipe avec Ricardo, malgré leurs différences.

Le film sera distribué en France par Metropolitan, vraisemblablement en 2018.

Enregistrer

Vous allez entendre parler de Danielle Macdonald

Posté par redaction, le 9 août 2017

La jeune Australienne Danielle Macdonald a le vent en poupe. Depuis la présentation de Patti Cake$ à Sundance et à la Quinzaine des réalisateurs (il sort en salles le 30 octobre), les projets s'accumulent pour la comédienne. Dernier en date, le premier rôle de White Girl Problems, adaptation du best-seller de Babe Walker (inédit en France). Cela fait quatre ans que le projet est en développement.

Le film sera réalisé par Lauren Palmigiano, dont ce sera le premier long métrage de cinéma après de nombreux courts et réalisations pour la télévision. L'histoire est une fausse biographie d'une jeune femme accro aux réseaux sociaux qui, en une après midi, dépense beaucoup trop sur Internet. Elle part en clinique pour se faire soigner, et décide d'écrire ses Mémoires.

Danielle Macdonald a tourné ces derniers mois Lady Bird de Greta Gerwig, avec Saoirse Ronan, qui sera présenté au festival de Toronto. Elle a aussi été filmée par Jay Lowi pour la comédie Extracurricular Activities.

Enfin, elle a été choisie pour être l'héroïne de Dumplin', d'Anne Fletcher, avec Jennifer Aniston. Il s'agit de l'adaptation du roman de Julie Murphy, Miss Dumplin. Macdonald incarnera Willowdeen, ado plutôt ronde mais surtout pas complexée par ses formes. Jusqu'au jour où elle rencontre le charmant Bo. Pour prouver au monde entier, et surtout à elle-même, que les filles comme elles ne doivent pas être cantonnées aux seconds rôles, elle s'inscrit alors au concours de beauté local présidé par sa propre mère, ex-miss au corps filiforme.

Passade : Rencontre avec Fanny Valette et Amaury de Crayencour

Posté par kristofy, le 8 août 2017

Passade est un film de Gorune Aprikian. Il sort en salles le 9 août.

Le pitch: Paul et Vanessa viennent de coucher ensemble. Ils ne sont pas destinés à se revoir. Elle est drôle, jolie, piquante. Lui a gardé une âme d'enfant. Intrigué par cette jeune femme espiègle et mystérieuse, il va faire de son mieux pour la retenir. Mais qui manipule qui ? Arrivera-t-il à assouvir son besoin d'amour et surmonter la peur, la maladresse, les conventions qui l'encombrent ?

Une nuit, une chambre d’hôtel, un homme et une femme : des multiples possibilités. Une rencontre a déjà eu lieu, ils ont déjà ‘fait’ l’amour et pourtant tout va commencer : la séduction… Alors que nombre de films romantiques se terminent au moment où deux personnages qui envisagent de former un couple s’embrassent enfin avant de passer au lit, le film Passade débute justement dans un lit avec deux personnes qui ne sont pas un couple. La nuit commence…

Le réalisateur Gorune Aprikian nous invite dans l’intimité de deux personnes qui vont apprendre à se connaître durant une nuit entre un lit et une porte. Passade nous arrive comme une nouvelle proposition de ‘film de chambre’ dans la lignée par exemple de ceux de Jacques Doillon où plus particulièrement  Nuit d’été en ville de Michel Deville (avec le couple Marie Trintignantmis et Jean-Hugues Anglade mis à nu…), ou encore de En la cama de Matías Bize et Room in Rome de Julio Medem.

Passade reunit Fanny Valette et Amaury de Crayencour le temps d’une nuit pour la découverte de l’autre et le dévoilement de soi, mais les apparences peuvent être trompeuses…
Après une première séance au Festival romantique de Cabourg avec l’équipe, une rencontre dans un hôtel :

Ecran Noir : Passade s’est d’abord présenté à vous avec un scénario atypique. Il s'agit seulement un huis-clos avec un minimum de personnages. Qu’est ce qui vous a séduit ou effrayer dans ce projet ?

Fanny Valette : Je pense que ce qui nous a attirés dans ce projet c’est justement qu’il nous a fait un peu peur aussi, avant que le réalisateur nous explique et nous rassure sur ses intentions. Ce qui est intéressant, c’est justement une forme de challenge, c’est ce côté atypique et original de l’exercice du huis-clos et des dialogues, avec aussi un côté poétique. Je trouve que c’est un film courageux à ces niveaux là.

Amaury de Crayencour : Oui, complètement. Ce qui a pu nous faire peur peut-être au début est ce qui nous a séduit, et c’est pour ça qu’on l’a fait. C’est excitant d’avoir ce défi là à jouer. On a tourné pendant un mois et demi dans l’ordre chronologique. On a eu cette sensation de vivre cette nuit que les personnages vivent mais de manière étirée, il fallait retrouver chaque jour l’énergie avec laquelle on avait terminé la veille.

EN : Les dialogues sont très très écrits. Est-ce que le réalisateur Gorune Aprikian était aussi très directif ou vous a-t-il laisser une part d’improvisation dans la manière de les dire ou de comment vous mouvoir dans l’espace ?

Amaury de Crayencour : On était assez libre sur la chorégraphie, on pouvait proposer pas mal de choses. On lui disait omment on avait envie de se déplacer dans cette chambre et il suivait. Pour le texte il y tenait beaucoup, c’était un défi de rendre vivant ce texte. En le mettant dans notre bouche, si on trouve qu’un mot comme ‘ok’ est mieux que ‘d’accord’, il fallait quand-même dire ‘d’accord’, c’est un bête exemple mais juste pour dire qu’il fallait suivre le texte comme il était écrit. Le film n’est pas réaliste ou naturaliste sur le plan du jeu, c’est quelque chose d’assez poétique et c’est assez beau pour ça. Mais du coup c’est un défi de rendre ce texte sans trop entendre du texte justement, tout en le respectant.

EN : Le film débute dans un lit où tous les deux vous êtes nus puis au fur et à mesure vous vous habillez légèrement. Est ce que le degré de nudité montré a été un sujet avant ou pendant le tournage ?

Fanny Valette : Pour moi principalement oui, c’est quelque chose qui me faisait un peu peur. J’en ai beaucoup parlé avant et pendant. C’était important pour moi que ça soit suggéré et qu’on ne voit pas grand-chose, et que ça soit très "ellipsé" et donc joli.

EN : Amaury, quelques mots pour décrire votre travail durant Passade avec Fanny ?

Amaury de Crayencour : C’était bienveillant, c’était joyeux, c’était sexy, c’était chouette !

EcranNoir : Fanny, également quelques mots pour décrire votre travail sur ce film avec Amaury ?

Fanny Valette : C’était surprenant, d’ailleurs pendant la scène où tu parles de ta femme j’étais à la fois mon personnage et aussi spectatrice. Les mêmes mots que toi, l’écoute, le partage, la bienveillance, c’était très agréable.

EN : Puisque vous accompagnez l’avant-première de Passade au Festival romantique de Cabourg… A un moment les deux personnages regardent un film en dvd qui les fait se rapprocher. Quel film romantique aurait ce pouvoir de faire se rapprocher deux personnes ?

Amaury de Crayencour : Moi j’aime beaucoup les films romantiques, j’adore Coup de foudre à Notting Hill qui est d’ailleurs aussi la rencontre de deux personnes très différentes. Il y a une star de cinéma jouée par Julia Roberts et un type timide qui tient une librairie par Hugh Grant. Je retrouve cette sorte de rapport dans Passade, mon personnage met vraiment sur un piédestal celui de Fanny parce que justement elle lui fait penser à une femme de cinéma, à son personnage de bande-dessinée qu’il a inventé, il la regarde comme une espèce d’objet d’admiration. Coup de foudre à Notting Hill c’est un film d’adolescence pour moi, je l’ai vu trois fois au cinéma.

Fanny Valette : il y a Quand Harry rencontre Sally que j’aime bien et qui est un chouette film romantique de rencontre. On nous a comparé un peu à un Pretty Woman des temps modernes, on a entendu ça comme compliment.

"Je crois que c’est important d’avoir des films comme ça qui sont un peu différents"

EN :  Lors de cette première au Festival de Cabourg pour faire découvrir Passade à un premier public, quelle sensations avez-vous ressenti dans la salle ?

Amaury de Crayencour : C’était assez excitant parce qu’on a eu avant quelques projections du film qui était plutôt techniques ou professionnelles, et ici à Cabourg c’était un peu le baptême du feu pour Passade. C'est-à-dire que c’était la première fois que du "vrai" public voyait le film, et c’était chouette. Il y a eu effectivement une dame qui nous a dit que c'était un Pretty Woman des temps modernes. Tant mieux.

Fanny Valette : On a eu un super accueil, vraiment. Le film a étonné parce qu’il est particulier dans le bon sens du terme, et on a eu des jolis retours après, c’était très agréable. La première en public c’était quand-même assez stressant, alors c’est chouette de savoir qu’on a participé à un projet qui touche les gens.

Amaury de Crayencour : Je crois que c’est ça, ça touche les gens. En tant que spectateur on est vraiment avec ces deux personnages-là dans leur intimité. Comme si on regarde par le trou d’une serrure ce qui se passe la nuit dans cette chambre d’hôtel, et ensuite on dépasse le trou de serrure parque qu’on est vraiment très proche d’eux. On s’attache aux personnages et on a envie de savoir ce qui va leur arriver. Je crois que c’est ce qui ressort de ce film, on s’attache à ces deux personnalités qui ont encore une part d’enfance en eux, et qui sont plein de fragilité, et qui se trouvent le temps d’une nuit.

Fanny Valette : Ce genre de terme atypique ne veut pas dire qu’il faut avoir peur, au contraire. C’est intéressant de défendre un premier film, et un film qui a été fait avec un tout petit budget. C’est poétique, c’est du vrai cinéma, c’est particulier, je crois que c’est important d’avoir des films comme ça, qui sont un peu différents, et qu’il faut les encourager.

Un scénario de Damien Chazelle trouve son réalisateur

Posté par redaction, le 8 août 2017

Un scénario de Damien Chazelle, The Claim, va être porté sur grand écran par Ericson Core à qui on doit le remake de Point Break et le film Invincible avec Mark Wahlberg (inédit en France). Il avait été auparavant chef opérateur de films comme Fast and Furious, Payback et Daredevil.

Le scénario de ce thriller est sur la Black List d'Hollywood (les meilleurs scénarios jamais produits) depuis 2010. Le récit se concentre sur un père célibataire qui doit découvrir ceux qui ont kidnappé sa fille tandis qu'un autre clame que c'est la leur.

Damien Chazelle a été deux fois nommé pour l'Oscar du meilleur scénario, avec La La Land et Whiplash. Ce dernier avait aussi fait partie de la Black List. Il prépare actuellement le tournage de First Man, biopic sur Neil Armstrong, incarné par Ryan Gosling. Mais pour ce film, prévu en salles en octobre 2018, pour la première fois, il n'a pas écrit le scénario.

Le court gayromantique « In a Heartbeat » passe le cap des 20 millions de vues sur Youtube

Posté par vincy, le 7 août 2017

C'est assez rare pour être souligné: un court métrage d'animation a dépassé les 20 millions de vues hier sur Youtube. Et c'est réjouissant de voir qu'il s'agit, en plus, d'une histoire romantique entre deux personnes de même sexe.

Esteban Bravo et Beth David ont réussi en quelques jours un joli coup avec la rencontre amoureuse de Sherwin et Jonathan dans In a Heartbeat.

Dans un style assez proche de Pixar (y compris avec la métaphore du cœur qui jaillit de celui qui a le coup de foudre), l'histoire de 4 minutes réalisée par ces deux étudiants américains montre à la fois la difficulté d'aimer, et celle d'afficher un amour homosexuel au grand jour. A partir de ces risques, le conte romantique se déroule avec ses petits rebondissements et gags. Pour eux il s'agissait de répondre au manque de représentation des homosexuels dans la culture populaire. "Il est très rare qu'un personnage LGBT soit mis en avant", a expliqué récemment Esteban Bravo à à NBC News, ajoutant: "Spécialement dans les films d'animation majoritairement destinés aux familles et aux enfants."

Le film est aussi décliné sur un compte Tumblr et une page Facebook.

Mais le plus simple, c'est de le voir...

Enregistrer

Bécassine en tournage

Posté par redaction, le 7 août 2017

Ça y est: Bruno Podalydès tourne ce mois-ci sa version de Bécassine, l'héroïne de BD la plus bretonne. Le défi est grand de lui rendre une certaine dignité tant son nom est synonyme de stupidité.

112 ans après sa création par Joseph-Porphyre Pinchon et Jacqueline Rivière, elle est devenue une star passant du périodique à l'album BD (plus de 50 volumes au total entre 1913 et 2005), et même consacrée par une chanson affreuse de Chantal Goya.

Chiche?

Le tournage de la "comédie poétique", selon les termes du cinéaste, a lieu en Ile de France et en Normandie durant trois mois. Egalement scénariste, Bruno Podalydès va sans doute proposer une version moins ringarde et moins dépassée de cette "bonne - détective". Emeline Bayart a la responsabilité de rendre crédible le personnage en l'incarnant. Elle est entourée de Karine Viard, Michel Vuillermoz, Vimala Pons et Josiane Balasko.

La sortie est prévue l'année prochaine (généralement les Podalydès sortent en juin).

Cela fait longtemps que les ayant-droits veulent réhabiliter Bécassine. Le cinéma lui a donné vie deux fois: en 1939 dans un film de Pierre Caron, avec Paulette Dubost, et en 2001, en dessin animé, Bécassine et le Trésor viking.

Albator au cinéma en 2020

Posté par redaction, le 6 août 2017

Après Nicky Larson par la bande à Fifi (on ne s'en remet toujours pas), voici qu'on s'attaque à Albator. Olivier Van Hoofstadt, à qui l'on doit le déjanté Dikkenek va donner corps au corsaire de l'espace.

Olivier Van Hoofstadt a annoncé sur Facebook en postant la capture d'écran d'Imdb Pro qu’il allait adapter Albator, en prises de vues réelles, pour le cinéma.

Luc Brunschwig, scénariste de bande dessinée (Bob Morane Renaissance parus en 2015 et 2016 chez Le Lombard), écrira le scénario d'après le manga de Leiji Matsumoto, créateur du Captain Harlock, dont les tomes de la série sont publiés en France chez Kana.

Albator est apparu en 1969 dans le manga Dai-kaizoku Harlock. Il apparaît dans 49 tomes de 13 mangas ou séries.
Les séries animées ont propagé le héros à travers le monde dès 1978. Six autres séries dérivées de l'univers ont été produites. (Albator 78) et Albator 84 diffusées sur Antenne 2 dans les années 1980. Il y a déjà eu trois adaptations animées pour le cinéma dont la plus récente, Albator, corsaire de l'espace, en 2013, a attiré 725000 spectateurs en France.

Reste à savoir qui sera le Corsaire. Le film est prévu pour sortir en 2020.

Isabelle Huppert dans une série du créateur de « Mad Men »

Posté par vincy, le 5 août 2017

Isabelle Huppert va tourner pour la télévision. Elle sera dans le nouveau projet de Matthew Weiner, le créateur de la série Mad Men. The Romanoffs a été commandé pour être diffusé sur Amazon.

L'actrice française profite de sa notoriété post-Oscars. D'autant que la série de Weiner est forcément attendue: il n'a rien fait depuis la fin de Mad Men en 2015.

Pour The Romanoffs, Huppert sera accompagnée de Christina Hendricks et John Slattery (tous deux issus de la série Mad Men), Jack Huston, Amanda Peet et la grande Marthe Keller. Jon Hamm pourrait les rejoindre.

Amazon coproduit la série avec The Weinstein Company.

Pour le pitch, rien à voir avec un "drama" en costumes d'époque. Cela se passe de nos jours. Plusieurs personnes croient descendre de la dynastie russe. On n'en sait pas beaucoup plus si ce n'est que Weiner réalisera quatre des huit épisodes, qui, particularité, n'ont rien en commun. Le tournage est prévu dans plusieurs pays et la diffusion devrait commencer au printemps 2018.